Gregory Reinhart

artiste lyrique
Gregory Reinhart
Description de l'image Gregory-Reinhart-2022.jpg.

Naissance (71 ans)
Pavilion, État de New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Artiste lyrique
voix de basse
Style Opéra
Formation New England Conservatory of Music

Gregory Reinhart, né le à Pavilion dans l’État de New York est un chanteur d'opéra franco-américain.

BiographieModifier

Gregory Reinhart est né le à Pavilion dans l’État de New York[1][source insuffisante].

Il acquiert la double nationalité française et américaine par décret en 2014. Il réside à Paris.[réf. nécessaire]

FormationModifier

Gregory Reinhart suit une formation au New England Conservatory of Music à Boston.

Il se produit rapidement en concert avec des formations baroques ou modernes, particulièrement le Boston Symphony Orchestra.

Grâce à une bourse d’Ethan Ayer, il reçoit en 1974 son diplôme Bachelor of Music « with Distinction » et continue ses études afin de recevoir son diplôme Master of Music en 1977.

C’est également l’année où il poursuit sa formation au Berkshire Music Festival (Tanglewood), grâce à une bourse de la Fromm Foundation.

Pendant l'été 1978, il suit une formation intensive à Graz, à l’American Institute of Musical Studies (AIMS), dans la classe de Patricia Brinton.

Grâce à un mécénat, Gregory Reinhart poursuit ses études avec Patricia Brinton et peaufine sa technique à Paris pendant un an.

CarrièreModifier

Les débutsModifier

 
Gregory Reinhart affiche Les Indes Galantes Venise 1983

Gregory Reinhart entame sa carrière de soliste à Paris dans un concert à la Conciergerie, dans la Cantate 82, Ich habe Genug de Bach, avec Jean-Claude Malgoire et la Grande Ecurie et la Chambre du Roi. Ce concert est suivi d’une centaine d’autres avec cette formation à travers la France, dans « Le Messie » de Handel, les « Passions » de Bach, et notamment la musique des compositeurs français dont Marc-Antoine Charpentier, Delalande, Lully, Gilles, et surtout Rameau, partitions souvent données pour la première fois à notre époque. Cette période fut aussi fructueuse en collaboration discographique avec ce chef.  

Avec le rôle-titre du Roi Théodore à Venise de Paisiello, pour l’inauguration de l’Atelier Lyrique de Tourcoing à l’invitation de Malgoire, il fait ses débuts sur scène en France. Ce début fut particulièrement remarqué par les grands journaux parisiens y compris la presse nationale.

Exprimant aussi sa passion pour la recherche et la redécouverte de partitions oubliées, Reinhart devint simultanément l’un des chanteurs fondateurs des Arts Florissants, l'un des piliers de cet ensemble aux côtés d'Agnès Mellon, Guillemette Laurens, Jill Feldman, Dominique Visse, Étienne Lestringant, Michel Laplénie, Philippe Cantor. Il marque de son extraordinaire voix de basse certains des meilleurs enregistrements réalisés par Les Arts Florissants au début des années 1980, comme Altri Canti (madrigaux des VIIe et VIIIe livres de Claudio Monteverdi) en 1981, la Pastorale sur la Naissance de N.S. Jésus-Christ H 483 de Marc-Antoine Charpentier en 1981, l'oratorioIl pecator pentito de Luigi Rossi en 1982, ou encore Il Ballo delle Ingrate de Monteverdi en 1983, où il est inoubliable dans le rôle de Pluton, qu’il reprend plusieurs fois dans sa carrière.

A cette même époque, Reinhart intègre Le Groupe Vocal de France, dirigé par John Alldis. Il y reste pour deux ans, et rencontre Olivier Messiaen et d’autres compositeurs français. Cette formation, subventionnée par l’Etat, fournit au jeune chanteur le double levier de salarié et résident en France, lui permettant de s’établir d’une manière définitive.

La maturitéModifier

Incontournable interprète de la musique baroque à ses débuts, il a ensuite étendu son répertoire dans toutes les directions. Gregory Reinhart a chanté sous la direction de chefs aussi divers que Pierre Boulez, Semyon Bychkov, Bruno Campanella (en), William Christie, Myung-Whun Chung, Joseph Colaneri (en), James Conlon, Dennis Russell Davies, Plácido Domingo, Paul Ethuin, Christoph von Eschenbach, John Eliot Gardiner, Daniele Gatti, Jane Glover, Bernard Haitink, Christopher Hogwood, James Levine, Jean-Claude Malgoire, Kent Nagano, Seiji Ozawa, John Pritchard, Jeffrey Tate, Klaus Weise.

Parmi ses partenaires on relève notamment : Arleen Augér, Gabriel Bacquier, Jules Bastin, Rockwell Blake, Grace Bumbry, Michel Dens, Maria Ewing, Renée Fleming, Thomas Hampson, Sumi Jo, Magdalena Kožená, Jean-Philippe Lafont, Jennifer Larmore, Marie-Nicole Lemieux, Edda Moser, Kenneth Riegel, Shirley Verrett.

En France puis internationalementModifier

 
Gregory Reinhart au HändelFestspiele, Agrippina à Halle 1999

Pour les célébrations en 1983 du tricentenaire de la naissance Jean-Philippe Rameau, Gregory Reinhart est choisi pour incarner Huascar dans Les Indes galantes, avec une somptueuse production à Paris, la première à cette échelle jouée entièrement sur instruments anciens, co-produite par le Théâtre du Châtelet, La Fenice de Venise, et l’Opéra de Dijon, lieu de naissance du compositeur. Signalé unanimement pour sa prestation par la presse internationale, télévisée par Antenne 2 et sur France Musique, il se distingue particulièrement dans les décors et costumes de Pier-Luigi Pizzi, qui le promeut désormais en France et en Italie.

Avec l'Opéra de Paris, Gregory Reinhart démontre les ressources de sa technique vocale entre 1984 et 2012, d’abord dans la Salle Favart, l’Opéra Garnier, et sur la scène de la Bastille, salle qu’il inaugure dans Les Troyens, grandiose production d’ouverture en 1990. On l’entendra à l’Opéra de Paris dans plus de 200 représentations d’œuvres de compositeurs aussi variés que Cimarosa, Berlioz, Strauss, Rossini, Hindemith, Janáček, Dusapin, Fénelon, Henze et Manoury.

À Nice, où il fut invité pendant une dizaine d’années, il fait son premier Sarastro dans Die Zauberflöte, et son premier Roi Marke dans Tristan et Isolde, rôles qu’il reprendra de nombreuses fois à l’étranger, en Allemagne puis aux USA.

Gregory Reinhart chante régulièrement sur des scènes françaises comme le Théâtre National de Strasbourg, Théâtre National de Bordeaux, Théâtre National de Lyon, à Nancy, Avignon et d’autres festivals comme Aix-en-Provence, Évian, ou Orange au Festival de l’Art Lyrique.  

 
Affiche Gregory Reinhart Avril 2016 Rio de Janeiro Dom Quixote

Récitaliste au répertoire très varié, il est demandé par le Théâtre du Châtelet, l’Auditorium des Halles, l’Opéra de Nice, le Festival d’Aix en Provence, le Festival de Saintes, pour des concerts publics de Radio France et France Musique, ou avec l’Ensemble intercontemporain, en plus de récitals privés à Paris ou Bruxelles.

A l’Opéra de Monte-Carlo, Gregory Reinhart fera la création mondiale de Basil Hallward dans le Dorian Gray de Lowell Liebermann.

En Italie, Gregory Reinhart est invité par le Rossini Festival de Pesaro pour le Gouverneur du Comte Ory, rôle qu’il reprendra ensuite à Venise dans le Théâtre La Fenice, puis à Lyon, Nice et Toulouse, et enfin au Festival d’Aix-en-Provence. Pour The Royal Opera House, Covent Garden, il étrenne le rôle de Zuniga de Carmen, en Israël, au Jerusalem Festival, en plein air sous les étoiles devant les remparts de la vieille ville. Aux USA, Reinhart incarne le Commandeur de Don Giovanni au Festival de Santa Fe, rôle qu’il reprend plus tard pour inaugurer le Festival Lacoste créé par Pierre Cardin en Provence, puis à Avignon.

Reconnu comme spécialiste des rôles de basse de Händel, Reinhart vient plusieurs saisons au HändelFestspiele (en) à Halle an der Saale, Allemagne (ville de naissance du compositeur), d’abord avec Zoroastro dans Orlando, rôle qu’il avait déjà chanté de nombreuses fois en Hollande, en France, et en Italie avec Ton Koopman et son Orchestre Baroque. Après son succès dans le rôle de Claudio, dans Agrippina, Reinhart est invité au New York City Opera pour incarner ce même personnage, particulièrement exigeant vocalement et scéniquement. Son succès lui vaut une invitation de revenir la saison suivante pour exploiter ses ressources humoristiques avec Pooh-Bah, dans The Mikado.  

Son début à San Francisco au War Memorial Opera House eut lieu dans le rôle du magicien Tchelio de L’Amour des Trois Oranges (version originale française) sous les auspices de L’ONU, célébrant leur 50ème anniversaire, dirigé par Kent Nagano. Créée à Lyon, puis donné à Strasbourg et au Festival d’Aix en Provence, puis San Francisco, cette production fut enregistrée et produite en DVD.

L’Opéra de San Carlo de Lisbonne l’engage pour chanter Hagen dans Götterdämmerung. Ensuite le Theatro Municipal de São Paulo (Brésil) le demande pour Hunding dans Die Walküre, qui lui ouvre une nouvelle carrière au Brésil : successivement Hagen de Götterdämmerung, Osmin dans L’Entführung aus dem Serail, enfin Don Quichotte de Massenet.

Au Metropolitan Opera de New York Gregory Reinhart eut l’occasion de débuter dans le Deuxième homme d’armes de Die Zauberflöte sous la direction de James Levine; depuis il est invité comme Principal Artist pour préparer des rôles de Wagner comme le Roi Marke, Gurnemanz, Landgraf, Fasolt, Hunding et Hagen. Il y travaille également comme doublure pour les rôles de Sarastro et le Commendatore.

Avec The Washington National Opera, il incarne le Vieillard hébreux de Samson et Dalila sous la direction de Plácido Domingo, rôle qu’il avait abordé en concert avec James Conlon et l’Orchestre de Paris. Ce personnage lui permit également de se produire à l’Opéra de San Diego en Californie.

Dans le répertoire français qu’affectionne particulièrement Gregory Reinhart il faut mentionner son interprétation d'Arkel dans Pelléas et Mélisande dirigé par Bernard Haitink en 2007 au Théâtre des Champs-Élysées, filmé par ARTE, son incarnation en 2012 du vieux soldat Mucien dans le Bérénice du compositeur français Albéric Magnard à New York au Carnegie Hall, avec l’Amercian Symphony Orchestra, mais surtout son Don Quichotte de Massenet, une production créée pour lui au Brésil, en co-production des Theatro San Pédro (en) à São Paulo et du Theatro Municipal de Rio de Janeiro. Cette interprétation du chevalier errant par Gregory Reinhart est couverte unanimement d’éloges, et l’ensemble de la production est nommée « Meilleur Production de l’Année » en 2016. Avec ce triomphe personnel, Gregory Reinhart présenta ses adieux à la scène.

Discographie sélective[réf. nécessaire]Modifier

  • Amy, Gilbert : Missa cum jubilo (Bass Soloist), Orchestre de Paris, Peter Eötvös, Erato
  • Bach, Johann-Sebastian : Bauern-Kantate, Kaffee-Kantate, Linde-Consort, Hans-Martin Linde, EMI
  • Beethoven, Ludwig van : Symphony No. 9 (Bass soloist), The Academy of Ancient Music, Christopher Hogwood, L’Oiseau-Lyre
  • Berlioz, Hector : L’Enfance du Christ (le Père de famille), Orchestra della Svizzera Italiana, Serge Baudo, Forlane
  • Boismortier, Joseph Bodin de : Les Quatre Saisons (Basse), Radio France, Le Chant du Monde
  • Campra, André : Tancrède (Isménor), Festival d’Aix-en-Provence, La Grande Ecurie et la Chambre du Roi, Jean-Claude Malgoire, Erato
  • Cesti, Antonio : L’Orontea (Creonte), Concerto Vocale, René Jacobs, Harmonia Mundi
  • Charpentier, Marc-Antoine : Le Jugement de Salomon (Dieu), Ensemble Stradivaria, Paul Colléaux, Arion
  • Charpentier, Marc-Antoine : Messe de Minuit (Basse), La Grande Ecurie et la Chambre du Roi, Jean-Claude Malgoire, CBS Masterworks
  • Delalande, Michel-Richard : Miserere (Basse), La Grande Ecurie et la Chambre du Roi, Jean-Claude Malgoire, CBS Masterworks
  • Fauré, Gabriel : Mélodies avec Dalton Baldwin, piano, Harmonia Mundi
  • Haendel, Georg-Friedrich : The Messiah (Bass soloist), Live recording, The Sixteen and  The Amsterdam Baroque Orchestra, Ton Koopman, Erato  
  • Haendel, Georg-Friedrich : Tamerlano (Leone), La Grande Ecurie et la Chambre du Roi, Jean-Claude Malgoire, CBS Masterworks
  • Haendel, Georg-Friedrich : Saul (Saul), Collegium Cartusianum, Köln, Peter Neumann, DG Gold
  • Kirchner, Volker David : Missa Moguntina (Bass Soloist), Mainzer Domorchester, Mathias Breitschaft
  • Lully, Jean-Baptiste : Alceste (Caron) Théâtre des Champs Elysées, La Grande Ecurie et la Chambre du Roi, Jean-Claude Malgoire, Disques Montaigne
  • Monteverdi, Claudio : Il Ballo delle Ingrate (Plutone), Les Arts Florissants, William Christie, Harmonia Mundi
  • Monteverdi, Claudio : Il Ballo delle Ingrate (Plutone), La Grande Ecurie et la Chambre du Roi, Jean-Claude Malgoire, CBS Masterworks
  • Monteverdi, Claudio : L’Incoronazione di Poppea (Seneca), La Grande Ecurie et la Chambre du Roi, Jean-Claude Malgoire, CBS Masterworks
  • Monteverdi, Claudio : L’Incoronazione di Poppea (Seneca) City of London Baroque Sinfonia, Richard Hickox, Virgin Classics/Technics
  • Mozart, Wolfgang Amadeus : Requiem (Bass Soloist), La Grande Ecurie et la Chambre du Roi, Jean-Claude Malgoire, CBS Masterworks
  • Prokofiev, Serge : L’Amour de Trois Oranges (Tchélio), Opéra de Lyon, Kent Nagano, Virgin Classics
  • Rameau, Jean-Philippe : Zoroastre (Abramane, Grand-Prêtre d’Ariman), La Petite Bande, Sigiswald Kuijken, EMI Harmonia Mundi
  • Rameau, Jean-Philippe : Les Paladins (Anselme), La Grande Ecurie et la Chambre du Roi, Jean-Claude Malgoire, Disques Pierre Vernay
  • Rameau, Jean-Philippe : Cantate Profanes : Aquilon et Orithie, Les Amants Trahis, Radio France, Le Chant du Monde  
  • Rameau, Jean-Philippe : Le Temple de la Gloire (L’Envie, Bélus, Junie) La Grande Ecurie et la Chambre du Roi, Jean-Claude Malgoire, CBS Masterworks
  • Rameau, Jean-Philippe : Dardanus, extraits (Anténor), La Grande Ecurie et la Chambre du Roi, Jean-Claude Malgoire, CBS Masterworks
  • Strauss, Richard : Daphné (Dritter Schäfer), Renée Fleming et WDR Symphonieorchester Köln, Semyon Bychkov, Decca

TélévisionModifier

  • ARTE Pelléas et Mélisande (Arkel) Claude Debussy, Théâtre des Champs Elysées, Bernard Haitink
  • France 2 Les Indes galantes (Huascar, Bellone), Jean-Philippe Rameau, Théâtre du Châtelet, Philippe Herreweghe
  • France 2 Les Troyens (Narbal) Hector Berlioz, Opéra de Paris / Bastille, Myung-Whun Chung
  • France 2 Guillaume Tell (Lieutold) Gioachino Rossini, Opéra de Paris / Bastille, Bruno Campanella

DVDModifier

  • L’Amour des Trois Oranges (Tchélio), Serge Prokofiev, Opéra de Lyon, Kent Nagano, Virgin Classics

En opéra et en concert, 1974-2016Modifier

Année Œuvre Rôle Chef / distribution Lieu / nombre de spectacles
1974 Vespro della Beata Vergine(Monteverdi) Bass soloist Tilson Thomas Wyner, Strebing, Aler Boston Symphony Orchestra

Symphony Hall (3) Boston, MA, USA

1974 Vespro della Beata Vergine (Monteverdi) Bass soloist Tilson Thomas

Wyner, Strebing, Aler

Boston Symphony Orchestra Symphony Hall (3)

Boston, MA, USA

1974 The Flood, A Musical Play (Stravinsky) God Tilson Thomas Evitts, Aler, Fifer Boston Symphony Orchestra, Symphony Hall Boston (3) USA
1976 Eugene Onegin (Tchaikovsky) concert version Ротный (Captain) Ozawa Vishnevskaya, Gedda, Luxom, Plishka Boston Symphony Orchestra

Notes et référencesModifier

  1. « Gregory Reinhart (Bass) - Short Biography », sur www.bach-cantatas.com (consulté le )

Liens externesModifier