Ouvrir le menu principal

Great Britain

navire musée britannique

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grande-Bretagne.

Great Britain
Image illustrative de l’article Great Britain
Lancement du SS Great Britain à Bristol, en 1843
Type Paquebot
Histoire
Chantier naval Bristol
Lancement 1843
Statut navire musée conservé à Bristol
Équipage
Équipage 130
Caractéristiques techniques
Longueur 98,15 m
Maître-bau 15,39 m
Propulsion à vapeur (hélice) et à voiles
Vitesse 12,5 nœuds sans l'assistance des voiles
Caractéristiques commerciales
Passagers 252 ; puis 730
Carrière
Armateur Isambard Kingdom Brunel
Pavillon Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Protection National Historic Fleet

Le SS Great Britain est un paquebot à vapeur britannique de 3 300 tonnes, construit par le grand ingénieur Isambard Kingdom Brunel, le premier navire de haute mer doté d'une coque de fer et d'une propulsion à hélice. Il est conservé dans le port de Bristol, où il est l'une des attractions touristiques les plus prisées.

Sommaire

Aspects techniquesModifier

Les machines à vapeur marines de l'époque étaient à rotation lente et à cylindres horizontaux (pour abaisser le centre de gravité du navire et améliorer sa stabilité), elles convenaient bien aux régimes de rotation des roues à aubes mais beaucoup moins à la propulsion par hélice.

Isambard Brunel dut recourir à un système de surmultiplication par engrenages (en bois avec des dents en gaïac) et chaîne à denture interne (principe encore utilisé sur certaines motos japonaises modernes).

Malgré tout ce système révolutionnaire causa pas mal de déboires et fut maintes fois modifié, les avantages de l'hélice (invulnérabilité aux coups de mer, meilleur rendement) compensant les inconvénients d'une machinerie encore inaboutie.

HistoireModifier

Quand il fut lancé, en 1843, il était le plus grand navire à flot. Il transportait 120 passagers de 1re classe (dont 26 passagers en cabines simples), 132 passagers de 2e classe et 130 officiers et membres de l'équipage. L'ajout d'un pont supplémentaire fit ensuite passer le nombre de passagers à 730.

Il mit 14 jours pour traverser l'Atlantique, soit un jour de moins que le Great Western.

En 1882, le navire est converti en voilier et destiné au transport de charbon. Il est racheté par la Falkland Islands Compagny et est alors utilisé pour le stockage de charbon. En 1937, devenu trop dangereux, il est remorqué jusqu'à Sparrow Cove, une baie située près de Port William, et est abandonné sur place, la coque percée.

Retour à BristolModifier

En 1970, l'architecte naval Ewan Corlett organise le renflouage et le sauvetage du navire échoué. La coque, montée sur un énorme ponton submersible, est remorquée d'abord jusqu'à Montevideo, puis traverse l'Atlantique jusqu'à Barry Docks, à l'est de Cardiff. La coque ayant subi des réparations de grande envergure, le bateau est remis à l'eau et remonte la rivière de l'Avon jusqu'à Bristol. Cette remontée, largement couverte par les médias, attire une foule nombreuse le long de la rivière. Le passage du navire sous le pont suspendu de Clifton, un autre ouvrage de Brunel, est particulièrement médiatisé. Le reportage "The great iron ship"[1], réalisé par BBC chronicle, revient sur le sauvetage.

À l'issue de ce voyage, le navire rejoint la forme de radoub dans laquelle il a été construit 117 ans auparavant.

RestaurationModifier

1984, l'American Society of Mechanical Engineers classe le navire comme International Historic Engineering Landmark (en)[2].

Il était au départ prévu de restaurer le navire dans son état original de 1843. Mais face à la dégradation des matériaux originaux, leur conservation devient une priorité. Dans la muséographie actuelle, le bas de la coque, sous une ligne de flottaison matérialisée par un plancher en verre, est conservé dans une atmosphère à faible taux d'humidité, afin de préserver le fer original de la coque de la rouille. Au-dessus de la ligne de flottaison, le navire est exposé à l'air libre, et les parties métalliques sont protégées par de la peinture.

Le navire-muséeModifier

Le navire se visite depuis 2005, et fait partie intégrante d'un musée comprenant plusieurs parties[3] :

  • les docks : reconstitution historique avec présentation des métiers de la construction navale,
  • la cale sèche, avec accès à la partie inférieure de la coque,
  • une section muséale consacrée à l'histoire du navire, avec de nombreux dispositifs interactifs,
  • le pont : activité d'escalade des haubans
  • intérieur du navire : reconstitution historique de la vie quotidienne à bord, avec des mannequins en cire,
  • une section consacrée à l'ingénieur Isambard Brunel.
 
Le Great Britain, conservé dans sa forme de radoub (cale sèche) d'origine, à Bristol

RéférencesModifier

  1. John Salisbury, « BBC Chronicle 1970 - The Great Iron Ship - SS Great Britain Rescue », (consulté le 20 avril 2019)
  2. (en) « SS Great Britain », American Society of Mechanical Engineers,
  3. « Visit Bristol's No.1 Attraction | Brunel's SS Great Britain | », sur www.ssgreatbritain.org (consulté le 20 avril 2019)

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :