Ouvrir le menu principal

Grande traversée des Alpes

sentier de grande randonnée
GTA
GR5 - TMB au nord du col du Bonhomme.jpg
Sentier de la GTA sur la partie commune au Tour du Mont Blanc
Localisation
Adresse
Désignation
Type
Tracé
Partie de
Point de départ
Longueur
600 km
Alt. maximale
Col de l'Iseran (2 764 m)
Alt. minimale
Dénivelé
30 000 m positifs
Indication de départ de la grande traversée des Alpes (GR5) à Saint-Gingolph (Haute-Savoie)

La Grande traversée des Alpes (GTA) est un sentier de grande randonnée dans les Alpes françaises, de Saint-Gingolph à Nice, reliant ainsi le lac Léman à la mer Méditerranée. Il constitue un segment du sentier de grande randonnée 5 (GR5).

Sommaire

HistoriqueModifier

La Grande traversée des Alpes a été créée au début des années 1970. Ce sentier a ensuite servi de modèle pour la création de son homologue italien, la Grande Traversata delle Alpi, également abrégé GTA.

Depuis 1999, la Via Alpina, réseau de sentiers de randonnée couvrant les huit pays alpins initialement subventionné par l'Union européenne, s'appuie, en France et en Italie, en bonne partie sur les tracés des GTA française et italienne pour revaloriser celles-ci à l'échelle internationale.

ItinéraireModifier

Ce sentier relie le Léman à la mer MéditerranéeNice) en traversant deux parcs nationaux — parcs de la Vanoise et du Mercantour —, quatre parcs régionaux — parcs du massif des Bauges, de Chartreuse, du Queyras et des Préalpes d’Azur — et six réserves naturelles[1]. Il représente environ 600 km de marche et 30 000 m de dénivelé positif à parcourir en 36 étapes. Il monte jusqu'à 2 743 m près du sommet de la Tête de Viraysse (dans la commune de Larche).

Notes et référencesModifier

  1. Fédération Française de la Randonnée Pédestre, « GR® 5 : de la mer du Nord à la mer Méditerranée - Mon GR® », sur Mon GR® (consulté le 24 juillet 2018)
  2. En 1947, l'Italie a dû céder à la France le mont Chaberton (3 131 m) dont le sommet est occupé par une batterie de 8 canons construite de 1898 à 1910.
  3. Philippe Trutmann, la Barrière de Fer, L'architecture des forts du général Séré de Rivières (1872-1914), Gérard Klopp Editeur, Thionville, 2000, p. 47

Voir aussiModifier

Liens externesModifier