Ouvrir le menu principal

Le grand prieuré d’Aquitaine - établit à Poitiers, il comprenait la Bretagne, l'Anjou, la Touraine, le Poitou, l’Angoumois et le Saintonge[1]. Il a été créé quelques années après la dévolution des biens de l'ordre du Temple[2] aux Hospitaliers[3]. En , le grand maître Foulques de Villaret ayant été déposé, le pape Jean XXII prend la direction de l'Ordre. À la suite d'une demande de plusieurs dignitaires Hospitaliers, il décide le démembrement du Prieuré de France, devenu trop important, et il crée deux autres prieurés, celui d'Aquitaine, et celui de Champagne. La Langue de France comprend alors, jusqu'à la Révolution, trois grand prieurés (Aquitaine, Champagne et France). Le , Jean XXII nomme Pierre de Mailg, prieur d'Aquitaine[4],[5].

Sommaire

Liste des prieursModifier

  1. Pierre de Mailg (21 juillet 1317 - ), commandeur de Loudun (1315 - 1317)[6],[7]
  2. Guillaume de Mailg (c.1330 - c.1340), ensuite prieur de France[8] (1339)[9]
  3. Ferry de Fougerolles (c.1340 - ?)[8], commandeur de Cerisiers (1317) puis prieur de Champagne (1330, 1345, 1349, 1353, 1356)[10],[11] ; Eugène Mannier indique Prieur de France (1337-1339)[9]
  4. Jean de Nanteuil (c.1344 - c.1354)[8] ; Chez Eugène Mannier on lit prieur de France et amiral de France (1345)[9] or il était en fait "lieutenant" (tenant lieu) du prieuré de France en 1345 et il ne devient Amiral de France qu'après la démission de l'amiral Pierre Flotte donc de fin 1347 à c.1356[12]
  5. [Vacant] (1356 - 1359) ; Ce n'est pas Jean de Duison qui était Lieutenant au prieuré de France et procureur en ce prieuré du maître de l'ordre de l'Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem (1359)[13] ; qui n'était donc pas prieur de France tel que c'est indiqué par Mannier[9] et qui n'est promu au prieuré d'Aquitaine que le 29 janvier 1359 sachant que la bulle de nomination est arrivée plus tard[12]
  6. Jean de Duison (1359 - )[12]
  7. Robert de Saint-Riquier (06 mars 1367 - ?), uniquement comme lieutenant (Locum tenens) au prieuré d'Aquitaine alors qu'il est commandeur de Bourgneuf et de Champgillon, ensuite commandeur de Beauvais-sur-Matha (1371)[14]
  8. Regnault de Nanteuil (c.1368/71 - 1384), commandeur de Fieffes (1351)[15]
  9. Girart de Fougerolles[réf. nécessaire]
  10. Philibert de Naillac (c.1390 - 1396), ensuite grand maître de l'ordre (1396 - †1421)[15]
  11. Girart de Fougerolles (c.1400 - 1407)[15]
  12. Aymé d'Oiselay (c.1412 - 1416)[15]
  13. Jean de Vivonne (c.1421 - 1433)[7],[15]
  14. Philibert de Laigue (c.1434 - 1448)[15]
  15. François du Bois (c.1454 - 1462)[15]
  16. Bertrand de Cluys (c.1463 - 1466)[15], ensuite grand prieur de France (1469)[9]
  17. Jean de Francières (c.1468 - 1488)[15]
  18. Charles de Nouroy (1488 - 1498)[15]
  19. Regnaud de Saint-Simon (c.1501 - 1519)[15]
  20. Charles Jouvenel des Ursins (c.1524 - 1531)[15]
  21. Jacques Péloquin (c.1535 - 1559), commandeur des Roches[15]
  22. Jean de Nuchèze (1559 - 1562)[15]
  23. Charles Hesselin (1563 - 1577)[15]
  24. Jacques d'Arquembourg (1578 - 1587)[15]
  25. Charles de La Rama (1588 - 1592)[15]. Originaire du Provinois[réf. nécessaire].
  26. Robert de Chazé (nommé par lettre de Henry IV du 4 avril 1594), auparavant commandeur de Nantes et de La Lande de Verché[15],[16]
  27. Georges Régnier de Guerchy (c.1593 - 1598)[15], ensuite grand prieur de France (1600)[9]
  28. Bertrand Péloquin (1598 - 1611), commandeur de Montgauger, anciennement grand prieur de France[15] (1593)[9]
  29. Henri d'Appelvoisin (1612)[15]
  30. Simon Cheminée de Boisbenest (1613 - 1621)[15]
  31. Jacques de Gaillarbois-Marconville (1621 - 1640)[15]
  32. Guy Turpin de Crissé (1640 - 1644)[17]
  33. Jacques Rouxel de Médavy (1644 - 1647), bailli de Morée[18]
  34. Pierre Fouquerand de Noue (1647 - 1662)[18]
  35. Gilbert de Vieilbourg (1663 - 1672)[18]
  36. Gabriel Dauvet des Marest (1679 - 1691)[18]
  37. Louis-Étienne Texier d'Hautefeuille (1691 - †1702), fait chevalier du prieuré de France en 1636, commandeur des Roches et de Villedieu[18]. Il fut également abbé commendataire du Mont-Saint-Michel (14 août 1670 - 3 mai 1702).
  38. Gabriel Chastellet de Fresnières (1705 - 1709)[18]
  39. Gabriel Thibault de la Carte (1709 - 1721)[18]
  40. Antoine-Théodoric Godet de Soudet (1723 - 1730)[18]
  41. Philippe-Joseph de Lesmerie-d'Eschoisy (1733 - 1752), † 30 mars 1754 à Poitiers[18]
  42. Armand-Louis-Joseph Foucault de Saint-Germain-Beaupré (1755), † 11 octobre 1767 à Paris[18]
  43. Paul de Vion (1767), † 24 mai 1770[18]
  44. Pierre d'Alsace-Hénin-Liétard (1770 - 1782)[18]
  45. Louis-Joseph des Escotais (1784 - 1791)[18]. Il fut aussi gouverneur militaire de l'île de Ré (1775-1791)[19],[20] et lieutement-général des armées du Roi (1780-1791)[21].
  1. Barthelemy de La Rama[réf. nécessaire]. Contraint à la permutation avec le grand-prieuré de France. Originaire du Provinois (le Plessis-Hénault).

CartesModifier

  Pour des articles plus généraux, voir Commanderie hospitalière, Baillie hospitalière et Prieuré hospitalier.

Ci-dessous une carte du grand prieuré d'Aquitaine tel qu'il se composait en 1373 (enquête dans les diocèses d'Anger et de Saintes) avec la possibilité d'afficher la carte des possessions provenant de l'ordre du Temple avant la dévolution de ses biens aux Hospitaliers[22]. L'enquête étant incomplète, il manque entre autres l'inventaire détaillé de leurs biens dans les diocèses de Luçon et de Maillezais.

Deux cartes du grand prieuré d'Aquitaine: Début XIVe siècle et en 1373[22]

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  • Robert Favreau, « L’enquête pontificale de 1373 sur l’ordre de l’Hôpital dans le grand prieuré d'Aquitaine », Bibliothèque de l'école des chartes, vol. 164, no 2,‎ , p. 447-538 (ISSN 0373-6237, lire en ligne)
  • Cabinet des titres, Recueil des noms et armes des Grands Maistres de l'Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, Grand Prieuré d'Aquitaine, (lire en ligne)
  • Anne-Marie Legras, Les Commanderies des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Saintonge et en Aunis, Éditions du CNRS, , 216 p. (ISBN 978-2-2220-3329-5, présentation en ligne)
  1. Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, tome 2, Poitiers, (lire en ligne), p. 789
  2. dissout le par le Pape Clément V.
  3. à l'exception des biens de la péninsule ibérique, les Hospitaliers reçoivent les biens de l'Ordre du Temple le .
  4. Guillaume Mollat, Jean XXII, lettres communes : analysées d'après les registres dits d'Avignon et du Vatican, , p. 408-410.
  5. Jean-Marc Roger, « Jean de Vivone, prieur d'Aquitaine (1421-1433) », Revue historique du Centre-Ouest, vol. VII,‎ , p. 315-316 (ISSN 1767-6320).
  6. Jean-Marc Roger, « La réforme de l'Hôpital par Jean XXII : Le démembrement des prieurés de Saint-Gilles et de France (21 juillet 1317) », dans Helen Nicholson, On the Margins of Crusading : The Military Orders, the Papacy and the christian world, Ashgate, , 4e éd., 224 p. (ISBN 978-1-4094-3217-3, présentation en ligne), p. 110 (notes 60-61)
  7. a et b Jean-Marc Roger, « F. Jean de Vivonne, prieur d'Aquitaine (1421-1433) », Revue historique du Centre-Ouest: Templiers et Hospitaliers (XIVe et XVe siècles), vol. 7, no 2,‎ , p. 287-400
    Pour Pierre et Guillaume de Mailg, voir en particulier les pages 317-318
  8. a b et c Henri Beauchet-Filleau et Charles Chergé, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, t. 2, Imprimerie Oudin et Cie, , 2e éd., disponible sur Gallica, p. 789
  9. a b c d e f et g Eugène Mannier, Ordre de Malte : Les commanderies du grand-prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux Archives nationales à Paris, Aubry & Dumoulin, (OCLC 15151153), p. XXXIV-XXXVI
    Liste des grands prieurs de France. Fiabilité de cette liste à vérifier
  10. Roger 2013, p. 110 (note 63)
  11. Inventaire sommaire des archives départementales de la Côte-d'Or antèrieures à 1790, vol. 1, Darantière, (présentation en ligne), p. 512 (en 1345) ; Mémoires de la société d'archéologie Lorraine, vol. 46, (présentation en ligne), p. 105 (en 1349) ; Paris et Ile-de-France : Mémoires, vol. 60, (présentation en ligne), p. 197 (le 19 juin 1353)
  12. a b et c Ghislain Brunel, Images du pouvoir royal : les chartes décorées des archives nationales, XIIIe-XVe siècle, Centre historique des Archives nationales, , 255 p. (présentation en ligne), p. 110
  13. Brunel 2005, p. 106 (doc. 13)
  14. Favreau 2006, p. 522 (note 177) ; Jean-Marc Roger, « F. Robert de Saint-Riquier, lieutenant au prieuré d'Aquitaine », Revue historique du Centre-Ouest, t. 1,‎ , p. 31-64
  15. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v et w Beauchet-Filleau et Chergé 1895, p. 790
  16. (fro) Chevalier Desclozeaux, Arrestz notables rendus par les cours souveraines de France en faveur de l'ordre S. Jean de Hierusalem sur differentes matieres, vol. I, (lire en ligne), p. 135-136
    24 décembre 1593: lettre patente par laquelle le roi de France accorde le grand prieuré d'Aquitaine « audict de Chase » avec l'acte de prise de possession daté du 24 mars 1594.
  17. Beauchet-Filleau et Chergé 1895, p. 790-791
  18. a b c d e f g h i j k l et m Beauchet-Filleau et Chergé 1895, p. 791
  19. Commission des arts et monuments de Charente-Maritime, Recueil des actes de la Commission des arts et monuments de la Charente-Inférieure, Hus (Saintes), (lire en ligne), p. 243
  20. M. de Roussel, Etat militaire de France pour l'année 1781, Onfroy, (lire en ligne), p. 56
  21. Code militaire contrnant tous les décrets de l'Assemblée nationale, Paris, 1791-1792 (lire en ligne), p. 135
  22. a et b Favreau 2006, p. 452, 460 ; Legras 1983, p. 19
  23. L. d'Agostino, F. Colin et Ph. Josserand, « Les principales maisons des ordres militaires en Bretagne à la fin du XIIIe siècle », dans Nicole Bériou (dir. et rédacteur), Philippe Josserand (dir.) et al. (préf. Anthony Luttrel & Alain Demurger), Prier et combattre : Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Fayard, , 1029 p. (ISBN 978-2-2136-2720-5, présentation en ligne), p. 175