Ouvrir le menu principal

Grand Prix cycliste de Québec 2012

édition 2012 du Grand Prix cycliste de Québec, course cycliste canadienne
Grand Prix cycliste de Québec 2012 Cycling (road) pictogram.svg
Grand Prix Cycliste de Québec 2012, Peloton (7957888856).jpg
Généralités
Course3e Grand Prix cycliste de Québec
CompétitionUCI World Tour 2012 1.UWT
Date7 septembre 2012
Distance201,6 km
PaysCAN Canada
Lieu de départQuébec
Lieu d'arrivéeQuébec
Équipes22
Partants173
Arrivants111
Vitesse moyenne40,99 km/h
Résultats
VainqueurAUS Simon Gerrans (Orica-GreenEDGE)
DeuxièmeBEL Greg Van Avermaet (BMC Racing)
TroisièmePOR Rui Costa (Movistar)
Meilleur grimpeurCAN Bruno Langlois (Canada)
◀ 20112013 ▶
Documentation Wikidata-logo S.svg

La 3e édition du Grand Prix cycliste de Québec a lieu le .

Il s'agit de la 25e épreuve de l'UCI World Tour 2012. Avec le Grand Prix cycliste de Montréal qui se déroule deux jours plus tard, la course est l'une des deux seules épreuves World Tour organisées en Amérique du Nord.

Simon Gerrans (Orica-GreenEDGE) est victorieux de l'épreuve après avoir battu au sprint son compagnon d'échappée, Greg Van Avermaet (BMC Racing). Le Portugais Rui Costa (Movistar) prend la troisième place à 4 secondes du duo[1].

PrésentationModifier

 
Le Château Frontenac est l'hôtel officiel de l'événement et accueille les coureurs et le personnel d'encadrement du 4 septembre au 8 septembre[2].

ParcoursModifier

La course se compose de 16 tours d'un circuit vallonné de 12,6 km, et est exactement le même que lors de l'édition 2011. La ligne d'arrivée se trouve sur une montée régulière, large et en ligne droite sur la Grande Allée, une rue historique du Vieux-Québec. Le parcours favorise les grimpeurs et les puncheurs, car le dénivelé total est de 2976 mètres. Les difficultés principales sont:

  • Au kilomètre 9, côte de la Montagne : 375 mètres, dénivelé moyen de 10 % avec un passage de 165 mètres à 13 %
  • Au kilomètre 10, côte de la Potasse : 420 mètres, dénivelé moyen de 9 %
  • Au kilomètre 11, côte de la Fabrique : 190 mètres, dénivelé moyen de 7 %
  • Au kilomètre 11, montée vers la ligne d'arrivée : 1 kilomètre, dénivelé moyen de 4 %

Il est à noter que la descente de la Côte Gilmour comporte un passage technique, soit 2 virages successifs de 90 degrés vers la gauche alors que la descente est à plus de 10 % pour le premier virage. Les coureurs empruntent ensuite le Boulevard Champlain aux abords du Fleuve Saint-Laurent pendant 4 kilomètres, qui est plat mais ouvert aux vents[3].

ÉquipesModifier

L'organisateur a communiqué la liste des équipes invitées le [4]. 22 équipes participent à ce Grand Prix cycliste de Québec : 18 ProTeams et 3 équipes continentales professionnelles et une équipe nationale du Canada.

UCI ProTeams
Nom de l'équipe Pays Code
AG2R La Mondiale   France ALM
Astana   Kazakhstan AST
BMC Racing   États-Unis BMC
Euskaltel-Euskadi   Espagne EUS
FDJ-BigMat   France FDJ
Garmin-Sharp   États-Unis GRS
Katusha   Russie KAT
Lampre-ISD   Italie LAM
Liquigas-Cannondale   Italie LIQ
Lotto-Belisol   Belgique LTB
Movistar   Espagne MOV
Omega Pharma-Quick Step   Belgique OPQ
Orica-GreenEDGE   Australie OGE
Rabobank   Pays-Bas RAB
RadioShack-Nissan   Luxembourg RNT
Saxo Bank-Tinkoff Bank   Danemark STB
Sky   Royaume-Uni SKY
Vacansoleil-DCM   Pays-Bas VCD
Équipes invitées
Nom de l'équipe Pays Code
Cofidis   France COF
Europcar   France EUC
SpiderTech-C10   Canada SPI
Équipe du Canada   Canada

FavorisModifier

Philippe Gilbert (BMC Racing) n'est pas présent pour défendre son titre de vainqueur de l'édition 2011, lui qui court le Tour d'Espagne. Le lauréat du dernier Tour d'Italie, le Canadien Ryder Hesjedal (Garmin-Sharp) devrait tenter quelque chose devant ses compatriotes, il avait terminé quatrième en 2010. Thomas Voeckler (Europcar), vainqueur de l'épreuve en 2010, pourrait s'illustrer. Edvald Boasson Hagen (Sky) fait également figure de favori, lui qui a remporté le dernier Grand Prix de Plouay à la fin du mois d'août. Le Portugais Rui Costa (Movistar), dauphin de Boasson Hagen à Plouay, a ses chances. Le parcours pourrait également convenir au Slovaque Peter Sagan (Liquigas-Cannondale), qui a démontré ses habiletés de puncheur lorsque la ligne d'arrivée est située en côte.

Les coureurs suivants seront également parmi les favoris : Simon Gerrans (Orica-GreenEDGE), Pierrick Fédrigo (FDJ-BigMat), Jelle Vanendert (Lotto-Belisol) et Luis León Sánchez (Rabobank)[5],[6].

Récit de la courseModifier

Le signal de départ est donné par le maire de Québec Régis Labeaume et le maire de Bordeaux, Alain Juppé[7]. Pendant le déroulement du deuxième tour sur les seize prévus, huit coureurs se détachent du peloton et ils sont rapidement rejoints par un plus grand nombre. Un rassemblement général s'opère au kilomètre 45[8]. Au tour numéro 4, un autre groupe se forme, initié par Thomas Rohregger de la RadioShack-Nissan et l'échappée compte bientôt huit coureurs dans ses rangs. Les coureurs travaillent bien ensemble et creusent un écart maximal de 6 minutes et 10 secondes. Avec six tours à effectuer, les équipes Garmin-Sharp et Europcar prennent les rênes du peloton et travaillent à ramener les fuyards. Ils les rejoignent avec un peu plus de deux tours à faire, dans la Côte de la Montagne[9].

Peu après, Chris Anker Sørensen (Saxo Bank-Tinkoff Bank) et Bruno Langlois de l'équipe nationale canadienne tentent leur chance et creusent un avantage de 20 secondes au début de l'avant-dernier tour. Langlois est éventuellement lâché et Dries Devenyns (Omega Pharma-Quick Step) le remplace près de la ligne d'arrivée alors que la cloche sonne le dernier tour. Le duo travaille, mais est rejoint sur le Boulevard Champlain avec 4 kilomètres à parcourir. Greg Van Avermaet (BMC Racing) attaque dans la Côte de la Montagne et il est bientôt rejoint par le champion australien Simon Gerrans (Orica-GreenEDGE). Peter Sagan (Liquigas-Cannondale) jette toutes ses forces dans les deux derniers kilomètres pour essayer de rejoindre le duo de tête et passe bien près de réussir, se rapprochant à 30 mètres sous la flamme rouge. Il manque de jus et le peloton le rejoint[1]. Avec le groupe de poursuite lui soufflant sur la nuque, Gerrans bat au sprint le Belge Van Avermaet et s'adjuge la victoire sur la Grande Allée. Rui Costa (Movistar) prend la troisième place en réglant le sprint des poursuivants, 4 secondes après les hommes de tête[9].

Gerrans s'exprime après la victoire: "C'est une des courses les plus difficiles du calendrier. C'est fantastique de courir à Québec sur un circuit excitant avec une bonne foule et une bonne ambiance[8]."

 
L'Australien Simon Gerrans s'impose finalement.

Classement finalModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Alexandre Mignot, « Gerrans domine Van Avermaet », sur cyclismactu.net, (consulté le 8 septembre 2012)
  2. « Hôtel officiel », sur gpcqm.ca (consulté le 7 septembre 2012)
  3. « Parcours de Québec », sur gpcqm.ca (consulté le 10 septembre 2011)
  4. « Cofidis et Europcar invitées », sur cyclismactu.fr,
  5. « GP de Québec: Qui succédera à Gilbert? », sur rds.ca, (consulté le 7 septembre 2012)
  6. « 2012 Grand Prix Cycliste de Québec start list », sur cyclingnews.com, (consulté le 7 septembre 2012)
  7. « Québec: la victoire de Garrans, l'exploit de Parisien », sur 985fm.ca, (consulté le 8 septembre 2012)
  8. a et b (en) Ben Atkins, « Simon Gerrans takes breakaway sprint victory in GP Québec », sur velonation.com, (consulté le 8 septembre 2012)
  9. a et b (en) « Gerrans stakes his claim in Quebec », sur cyclingnews.com, (consulté le 8 septembre 2012)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :