Ouvrir le menu principal

Grand Prix cycliste de Montréal 2012

édition 2012 du Grand Prix cycliste de Montréal, course cycliste canadienne
Grand Prix cycliste de Montréal 2012
2012 GP Montreal podium.jpg
Généralités
Course
3e Grand Prix cycliste de Montréal
Compétition
Date
Distance
201,6 km
Pays
Lieu de départ
Lieu d'arrivée
Pays traversé(s)
Équipes
21Voir et modifier les données sur Wikidata
Coureurs au départ
167
Coureurs à l'arrivée
118
Vitesse moyenne
38,8 km/h
Résultats
Vainqueur
Deuxième
Troisième
Meilleur grimpeur

La troisième édition du Grand Prix cycliste de Montréal a eu lieu le . Il s'agit de la vingt-sixième épreuve de l'UCI World Tour 2012. Elle se déroule deux jours après le Grand Prix cycliste de Québec.

PrésentationModifier

ParcoursModifier

La course se déroule au centre-ville de Montréal et emprunte un circuit de 12,1 kilomètres que les coureurs parcourent dix-sept fois, pour un total de 205,7 kilomètres. Le parcours ayant un dénivelé total de 3 893 mètres et comportant des montées courtes mais raides et nombreuses, les grimpeurs et les puncheurs sont avantagés. La ligne d'arrivée est située sur l'Avenue du Parc, au sommet d'une petite bosse de 560 mètres de longueur à 4 %. Un virage à droite serré de 180 degrés est situé à 500 mètres de l'arrivée, après quoi le trajet est droit. Les principales difficultés sont[1]:

  • au kilomètre 2, côte Camilien-Houde : 1,8 kilomètre, dénivelé moyen de 8 % ;
  • au kilomètre 6, côte de la Polytechnique : 780 mètres, dénivelé moyen de 6 % avec un passage de 200 mètres à 11 % ;
  • au kilomètre 11, avenue du Parc : 560 mètres, dénivelé moyen de 4 %.

ÉquipesModifier

L'organisateur a communiqué la liste des équipes invitées le [2]. 21 équipes participent à ce Grand Prix cycliste de Montréal - 18 ProTeams et 3 équipes continentales professionnelles :

UCI ProTeams
Nom de l'équipe Pays Code
AG2R La Mondiale   France ALM
Astana   Kazakhstan AST
BMC Racing   États-Unis BMC
Euskaltel-Euskadi   Espagne EUS
FDJ-BigMat   France FDJ
Garmin-Sharp   États-Unis GRS
Katusha   Russie KAT
Lampre-ISD   Italie LAM
Liquigas-Cannondale   Italie LIQ
Lotto-Belisol   Belgique LTB
Movistar   Espagne MOV
Omega Pharma-Quick Step   Belgique OPQ
Orica-GreenEDGE   Australie OGE
Rabobank   Pays-Bas RAB
RadioShack-Nissan   Luxembourg RNT
Saxo Bank-Tinkoff Bank   Danemark STB
Sky   Royaume-Uni SKY
Vacansoleil-DCM   Pays-Bas VCD
Équipes invitées
Nom de l'équipe Pays Code
Cofidis   France COF
Europcar   France EUC
SpiderTech-C10   Canada SPI

FavorisModifier

 
Sur le Mt-Royal

Vainqueur deux jours plus tôt du Grand Prix cycliste de Québec, l'Australien Simon Gerrans (Orica-GreenEDGE) peut devenir le premier à remporter les deux courses canadiennes la même année. Il fait donc figure de favori tout comme le Belge Greg Van Avermaet (BMC Racing), le Slovaque Peter Sagan (Liquigas-Cannondale) et le Portugais Rui Costa (Movistar), tenant du titre et également troisième cette année à Québec. Les autres outsiders sont les Français Tony Gallopin (RadioShack-Nissan) et Thomas Voeckler (Europcar), le Canadien Ryder Hesjedal (Garmin-Sharp), le Norvégien Edvald Boasson Hagen (Sky), le Russe Alexandr Kolobnev (Katusha) et l'Espagnol Luis León Sánchez (Rabobank)[3],[4].

Récit de la courseModifier

La première échappée significative s'enclenche au kilomètre 31, lorsque Manuele Boaro (Saxo Bank-Tinkoff Bank) sort, aussitôt rejoint par Cyril Gautier (Europcar) et Egoi Martínez (Euskaltel-Euskadi). Il s'agit de la deuxième tentative de Boaro, dont le premier essai s'était avéré infructueux. Le trio construit un avantage de cinq minutes, pendant ce temps Simone Ponzi (Astana) et Kristjan Koren (Liquigas-Cannondale) s'extirpent du peloton pour entamer la chasse, et cela a pour effet de faire perdre le contact à quelques coureurs[5]. Les poursuivants sont ramenés au bercail avec quarante-cinq kilomètres à parcourir, et le groupe de tête passe de trio à duo car Boaro se fait lâcher. Les deux rescapés, Martínez et Gautier, se font finalement rejoindre sur la Côte de la Polytechnique pendant l'avant-dernier tour. D'autres attaques sont portées, mais ce qu'il reste du peloton (environ trente coureurs) entame le dernier tour groupé[6].

Sur la Côte Camilien-Houde, David Veilleux (Europcar) attaque, pendant que Janez Brajkovič (Astana) et Gerald Ciolek (Omega Pharma-Quick Step) font une collision et sont au sol durant l'ascension. Le Canadien Ryder Hesjedal (Garmin-Sharp) travaille pour ramener le groupe de tête en un seul morceau. Avec sept kilomètres à faire, Greg Van Avermaet (BMC Racing) place une attaque tranchante qui sera rejointe et suivie d'une autre attaque par Lars Petter Nordhaug (Sky). Il se fait crier à la radio par son équipe de tout donner car son coéquipier Edvald Boasson Hagen manque d'énergie[5].

Nordhaug est rattrapé par Moreno Moser (Liquigas-Cannondale) et Alexandr Kolobnev (Katusha) sur l'Avenue du Parc, près de la flamme rouge. Kolobnev produit une accélération à cinq cents mètres de la ligne, ses chances semblent excellentes mais Nordhaug le dépasse et prend la victoire par deux secondes, Moser termine deuxième et Kolobnev tient bon pour la troisième place. Simon Gerrans (Orica-GreenEDGE), qui a remporté le Grand Prix cycliste de Québec deux jours avant, règle le sprint des poursuivants pour la quatrième place[7].

 
Le Norvégien Lars Petter Nordhaug a gagné l'événement

Classement finalModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Parcours Ville de Montréal », sur gpcqm.ca (consulté le 15 août 2012)
  2. « Cofidis et Europcar invitées », sur cyclismactu.fr,
  3. « Rui Costa, bis repetita ? », sur eurosport.fr,
  4. « Revanche à Montréal », sur velochrono.fr,
  5. a et b (en) Sadhbh O'Shea, « Nordhaug guts out a victory in Montréal », Cycling News, Future Publishing Limited,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Kyle Moore, « Lars Petter Nordhaug nails career best win in GP Cycliste de Montréal », Velo Nation, Velo Nation LLC,‎ (lire en ligne)
  7. « Nordhaug remporte le GP de Montréal », sur rds.ca, (consulté le 10 septembre 2012)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :