Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Grand Prix automobile de Hongrie 2014

Grand Prix de Hongrie 2014
Tracé de la course
Données de course
Nombre de tours 70
Longueur du circuit 4,381 km
Distance de course 306,630 km
Conditions de course
Résultats
Vainqueur Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo,
Red Bull-Renault,
h 53 min 5 s 058
(vitesse moyenne : 162,691 km/h)
Pole position Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg,
Mercedes,
min 22 s 715
(vitesse moyenne : 190,674 km/h)
Record du tour en course Drapeau de l'Allemagne Nico Rosberg,
Mercedes,
min 25 s 724
(vitesse moyenne : 183,981 km/h)

Le Grand Prix automobile de Hongrie 2014 (Formula 1 Pirelli Magyar Nagydij 2014), disputé le sur le Hungaroring à Budapest, est la 908e épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950. Il s'agit depuis 1986 de la vingt-neuvième édition du Grand Prix de Hongrie comptant pour le championnat du monde de Formule 1, et de la onzième manche du championnat 2014.

La lutte pour la pole position entre les deux pilotes Mercedes tourne court sur le Hungaroring puisqu'une fuite d'essence provoque un début d'incendie sur la voiture de Lewis Hamilton dès sa première sortie en qualifications ; Kimi Räikkönen est également éliminé dès la phase Q1. Au début de la troisième phase qualificative, une averse s'abat sur une partie du circuit ; elle provoque l'accident de Kevin Magnussen et la sortie du drapeau rouge. Sous le drapeau à damier, Nico Rosberg devance Sebastian Vettel pour réaliser sa sixième pole position de la saison, sa troisième consécutive et la dixième de sa carrière. Derrière les deux Allemands, la deuxième ligne est constituée de Valtteri Bottas et de Daniel Ricciardo ; Fernando Alonso s'élance en troisième ligne aux côtés de Felipe Massa.

Daniel Ricciardo remporte, au volant de sa Red Bull RB10, sa deuxième victoire de la saison et la deuxième de sa carrière à l'issue d'une course démarrée sur piste mouillée et dont les cartes sont rebattues dès le neuvième tour à la suite de l'accident de Marcus Ericsson. La voiture de sécurité sort alors que les quatre premiers (Nico Rosberg, Valtteri Bottas, Sebastian Vettel et Fernando Alonso) ont passé l’entrée des stands et ne peuvent rentrer qu'un tour après tous les autres et se retrouvent piégés en milieu de peloton, tandis que le pilote australien prend la tête. Au cours d'un Grand Prix émaillé de dépassements où Lewis Hamilton, parti depuis la voie des stands et victime d'une sortie de piste dans le premier tour, réussit à se battre à l'avant, Ricciardo profite d'une stratégie d'arrêts idéalement gérée pour terminer la course chaussé de pneus neufs et ainsi dépasser Hamilton puis Alonso dans les trois derniers tours avant de franchir la ligne d'arrivée en vainqueur. Alonso, qui a effectué les trente-deux derniers tours de course avec le même train de pneus tendres, réalise le meilleur résultat de la Ferrari F14 T cette saison en prenant la deuxième place ; Hamilton finit troisième après avoir commencé depuis les stands. Il précède son coéquipier Nico Rosberg, tous regroupés en six secondes. Plus loin, Felipe Massa se classe cinquième, suivi par Kimi Räikkönen, Sebastian Vettel, Valtteri Bottas, Jean-Éric Vergne et Jenson Button. Les soixante-dix tours de course ont connu neuf changements de leaders.

Nico Rosberg conserve la tête du championnat avec 202 points contre 191 pour Hamilton. Daniel Ricciardo conforte sa troisième place (131 points) devant Alonso (115 points) ; Valtteri Bottas reste cinquième (95 points) devant Sebastian Vettel, sixième avec 88 points. Mercedes est toujours largement en tête du classement des constructeurs avec 393 points et devance Red Bull Racing (219 points). Ferrari (142 points) reprend la troisième place à Williams (135 points) ; Force India (98 points) précède McLaren qui compte 97 points ; suivent Toro Rosso (17 points), Lotus F1 Team (8 points) et Marussia F1 Team (2 points). Neuf des onze écuries engagées au championnat ont marqué des points, Sauber et Caterham n'en ayant pas encore inscrit.

Sommaire

Essais libresModifier

Première séance, le vendredi de 10 h à 11 h 30Modifier

Temps réalisés par les six premiers de la première séance d'essais libres[1]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Lewis Hamilton Mercedes 1 min 25 s 814
2   Nico Rosberg Mercedes 1 min 25 s 997 + 0 s 183
3   Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 26 s 421 + 0 s 607
4   Fernando Alonso Ferrari 1 min 26 s 872 + 1 s 058
5   Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 27 s 220 + 1 s 406
6   Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 1 min 27 s 357 + 1 s 543

Il fait beau et chaud, avec 23 °C dans l'air et 41 °C en piste, au départ de la première séance d'essais libres du Grand Prix de Hongrie, onzième manche du championnat. Aucun pilote de réserve n'est présent en piste, les équipes estimant que les titulaires ont besoin d'effectuer de nombreux tours pour appréhender ce tracé difficile. Pirelli propose ses pneumatiques « tendres » et « médiums » (plus durs). Le pneumatique « supertendre » n'a pas été sélectionné car les fortes chaleurs rencontrées en Hongrie contribuent, avec les importantes les charges latérales, à rapidement engendrer une trop forte dégradation des gommes[2],[3],[4].

Les pilotes s'élancent pour boucler leur tour d'installation et Nico Rosberg fixe le temps de référence en 1 min 32 s 027. Max Chilton, après seulement deux minutes en piste, ramène sa Marussia MR03 au stand : de la fumée et des flammes commencent à poindre en raison d'une fuite d'huile sur l'échappement. Les mécaniciens doivent procéder à un changement de boîte de vitesses et Chilton tente de se relancer quelques minutes avant la fin de la séance pour tout contrôler avant la séance de l'après-midi mais rencontre un nouveau problème l'empêchant de démarrer[2],[3],[4].

Lewis Hamilton améliore en 1 min 31 s 426 et la suite n'est qu'une lutte entre les deux pilotes Mercedes pour conserver la tête : Rosberg tourne en 1 min 28 s 754, Hamilton en 1 min 28 s 030 puis 1 min 27 s 604 et Rosberg réplique en 1 min 27 s 320. Alors qu'il reste un peu plus d'une heure, Nico Rosberg se relance et améliore à nouveau, en deux temps : 1 min 26 s 114 puis 1 min 25 s 997. Peu après, Lewis Hamilton se replace en tête en 1 min 25 s 814, meilleur temps de la session. Romain Grosjean est victime, en fin de séance, d'une fuite d'eau sur sa Lotus E22[2],[3],[4].

Deuxième séance, le vendredi de 14 h à 15 h 30Modifier

Temps réalisés par les six premiers de la deuxième séance d'essais libres[5]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Lewis Hamilton Mercedes 1 min 24 s 482
2   Nico Rosberg Mercedes 1 min 24 s 720 + 0 s 238
3   Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 25 s 111 + 0 s 629
4   Fernando Alonso Ferrari 1 min 25 s 437 + 0 s 955
5   Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 1 min 25 s 580 + 1 s 098
6   Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 25 s 730 + 1 s 248

La deuxième séance d'essais libres du Grand Prix commence sous une température ambiante de 26 °C. Les équipes vont passer l'essentiel de la séance à évaluer les deux types de pneumatiques à leur disposition avec diverses charges de carburant car le « graining » est particulièrement important sur ce circuit. Les pilotes s'élancent rapidement en piste et Max Chilton, qui n'a quasiment pas tourné le matin, fixe le temps de référence en 1 min 34 s 426[6],[7],[8].

Marcus Ericsson améliore en 1 min 34 s 239 puis est relayé en tête par Nico Hülkenberg (1 min 28 s 781) et Pastor Maldonado (1 min 28 s 751). Hülkenberg repasse en tête en 1 min 28 s 336 mais sa performance est battue par Fernando Alonso en 1 min 27 s 199. Les pilotes Mercedes sortent alors et prennent place en haut du classement, Nico Rosberg tournant en 1 min 27 s 112 et Lewis Hamilton en 1 min 26 s 225 puis 1 min 26 s 161. De nombreux pilotes partent à la faute ou sortent très largement dans plusieurs secteurs du circuit, comme Vettel, Hamilton ou Kimi Räikkönen, qui manquent le point de corde[6],[7],[8].

Bien avant la mi-séance, les pilotes se relancent avec les pneus tendres et, ainsi chaussé, Daniel Ricciardo, en 1 min 25 s 983, s'installe en tête du classement. Son coéquipier Sebastian Vettel améliore en 1 min 25 s 111. Felipe Massa, victime d'un tête-à-queue puis d'une sortie de piste dans les graviers après avoir chaussé ses pneus tendres, n'est pas satisfait du comportement de sa Williams FW36. Romain Grosjean quitte la séance après seulement sept tours, sa Lotus semblant affectée par un problème sur l'unité de puissance[6],[7],[8].

Les pilotes Mercedes reprennent à nouveau l'avantage, Rosberg tournant en 1 min 24 s 720 et Lewis Hamilton en 1 min 24 s 513 puis 1 min 24 s 482. Rosberg est averti par son stand que son choix de vitesse dans le virage no 1 risque de nuire à son moteur[6],[7],[8].

Troisième séance, le samedi de 10 h à 11 hModifier

Temps réalisés par les six premiers de la troisième séance d'essais libres[9]
Pos. Pilote Voiture Chrono Écart
1   Lewis Hamilton Mercedes 1 min 24 s 048
2   Nico Rosberg Mercedes 1 min 24 s 095 + 0 s 047
3   Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 24 s 455 + 0 s 407
4   Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 24 s 678 + 0 s 630
5   Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 24 s 685 + 0 s 637
6   Fernando Alonso Ferrari 1 min 24 s 769 + 0 s 721

La température ambiante est de 26 °C et la piste est à 44 °C au départ de la dernière séance d'essais libres. Les pilotes s'élancent sans tarder pour leur tour d'installation et Kamui Kobayashi établit le temps de référence en 1 min 36 s 947[10],[11],[12].

Son coéquipier Marcus Ericsson améliore en 1 min 32 s 616 mais cette performance est pulvérisée par Nico Rosberg, en deux temps (1 min 26 s 374 puis 1 min 26 s 292). Valtteri Bottas passe en tête en 1 min 26 s 240, Daniel Ricciardo tourne en 1 min 25 s 999 et Fernando Alonso en 1 min 25 s 954[10],[11],[12].

Alors qu'il reste moins de vingt minutes avant le drapeau à damier, Lewis Hamilton, en 1 min 25 s 682 est le dernier pilote à pointer en tête chaussé des pneus les plus durs. La piste n'offre pas assez d'adhérence pour ces pneus et nombreux sont les pilotes à partir à la faute, victimes de sous-virage dans le dernier secteur ou en manquant leur freinage dans la première courbe et à l'abord du virage no 4. Lewis Hamilton se plaint du comportement de ses freins et Romain Grosjean peine à trouver le point de corde. Ce manque d'adhérence s'explique en partie du fait que les pneus 2014 sont plus durs que les années précédentes pour supporter les contraintes de couple à l'arrière avec les moteurs turbocompressés[10],[11],[12].

En fin de séance, les pilotes se relancent en pneus tendres et Alonso passe en tête en 1 min 24 s 769. Rosberg, malgré une erreur dans le dernier secteur, tourne en 1 min 24 s 501 et Hamilton en 1 min 24 s 048 ; dans les derniers instants, Rosberg améliore par deux fois son meilleur temps, sans parvenir à faire mieux que son coéquipier[10],[11],[12].

Séance de qualificationsModifier

Résultats des qualificationsModifier

Session Q1Modifier

La séance qualificative du Grand Prix de Hongrie débute sous une température ambiante de 28 °C et sous un ciel couvert ; la température de la piste baisse alors de °C en quelques instants. Les pilotes s'élancent en piste dès son ouverture et Pastor Maldonado, victime d'une panne technique, immobilise sa Lotus E22 après deux minutes. Valtteri Bottas fixe le temps de référence en 1 min 25 s 690 quelques secondes avant que Lewis Hamilton n'abandonne sa monoplace avec un important incendie à l'arrière ; comme la Mercedes AMG F1 W05 ne peut être ramenée aux stands, Hamilton rentre à pied tandis que sa voiture continue à brûler[13],[14],[15].

Quelques instants plus tard, son coéquipier Nico Rosberg prend la tête du classement en 1 min 25 s 353 et améliore en 1 min 25 s 227 ; il devance les deux Red Bull RB10 de Daniel Ricciardo et Sebastian Vettel. Les éliminations de Maldonado et Hamilton donnent l'occasion à Jules Bianchi de viser la seizième position pour passer en phase Q2 mais Kobayashi conserve sa place pour moins de 2 centièmes de seconde puis améliore sa performance. Max Chilton est une nouvelle fois victime d'un problème technique qui affecte sa pression d'essence[13],[14],[15].

En fin de session, plusieurs pilotes chaussent leurs pneus tendres. Ce choix permet à Jean-Éric Vergne de prendre définitivement la tête en 1 min 24 s 941. Bianchi effectue un dernier tour lancé de haute volée qui exclut Kimi Räikkönen des qualifications. Les six pilotes éliminés sont Maldonado, Hamilton, Ericsson, Chilton, Kobayashi et Räikkönen[13],[14],[15].

Session Q2Modifier

Tous les pilotes se relancent en piste chaussés des pneus tendres et Sergio Pérez fixe le temps de référence en 1 min 25 s 211. Son coéquipier Nico Hülkenberg améliore en 1 min 25 s 049[13],[16],[17].

Daniil Kvyat prend la tête en 1 min 24 s 706 mais son temps est battu par les deux Williams FW36 de Felipe Massa (1 min 24 s 543) et Valtteri Bottas (1 min 24 s 001). Avec la même quantité de carburant et les mêmes pneus, le Finlandais tourne une demi-seconde plus vite que le Brésilien qui a manqué son freinage à l'abord de la chicane. Dans les tours suivants, Massa ne parvient pas à refaire son retard sur Bottas qui lutte contre les Red Bull et Fernando Alonso[13],[16],[17].

Nico Rosberg tourne en 1 min 23 s 310 et devance Sebastian Vettel et Daniel Ricciardo ; les trois pilotes regagnent dès lors leur stand et ne remontent plus en piste en fin de séance pour défendre leur position. La piste est très chargée car les pilotes Force India sont menacés d’élimination par des pilotes de la Scuderia Toro Rosso qui rivalisent avec les pilotes McLaren Racing. Hülkenberg améliore et passe en Q3, juste avant un drapeau jaune dû à une sortie de piste de Kvyat dans le dernier virage de son dernier tour. Les six pilotes éliminés sont Jules Bianchi, son compatriote Romain Grosjean, Esteban Gutiérrez et son coéquipier Adrian Sutil, Pérez et Kvyat[13],[16],[17].

Session Q3Modifier

La phase finale de la qualification débute sous une fine pluie ; Nico Rosberg est le premier à s'élancer, suivi par ses neuf rivaux. Malgré la pluie, tous sont chaussés en pneus pour piste sèche. Alors que Rosberg part à la faute dès le premier virage sans rien toucher, Kevin Magnussen écrase sa McLaren MP4-29 dans un mur de pneus ; Fernando Alonso et Jenson Button partent aussi à la faute et la direction de course sort immédiatement le drapeau rouge pour permettre aux commissaires de réparer le mur de pneus[13],[18],[19].

La séance est relancée après quelques instants ; les pilotes poursuivent avec leurs pneus tendres, sans grande connaissance des conditions de piste car les gouttes ont cessé de tomber sur certaines parties du circuit et reste très légère ailleurs. L'adhérence est trop importante pour rouler en gommes intermédiaires mais la piste est très piégeuse au niveau des deux premiers virages. Rosberg, prudent, fixe le temps de référence en 1 min 26 s 488, performance améliorée successivement par Valtteri Bottas, Alonso, Button, Daniel Ricciardo et Felipe Massa dès leur première tentative[13],[18],[19].

À dix minutes du drapeau à damier, Valtteri Bottas se place en tête du classement en 1 min 24 s 259. Sebastian Vettel améliore en 1 min 23 s 415 puis, à la fin de son troisième tour, Rosberg tourne en 1 min 23 s 236. Vettel, Alonso, Rosberg et Daniel Ricciardo rentrent changer de pneus, les autres poursuivant avec les mêmes gommes. Vettel reprend brièvement la tête en 1 min 23 s 201 mais Rosberg obtient sa troisième pole position consécutive en 1 min 22 s 715. Massa boucle son meilleur tour plus lent de presque une seconde que son équipier mais lui assurant la cinquième position. Rosberg prendra le départ depuis la première ligne juste devant Vettel ; suivent Bottas, Ricciardo, Alonso Massa, Button, Jean-Éric Vergne, Nico Hülkenberg et Magnussen[13],[18],[19].

Grille de départModifier

Résultats des qualifications[20]
Pos. Pilote Écurie Qualifications 1 Qualifications 2 Qualifications 3
1   Nico Rosberg Mercedes 1 min 25 s 227 1 min 23 s 310 1 min 22 s 715
2   Sebastian Vettel Red Bull-Renault 1 min 25 s 662 1 min 23 s 610 1 min 23 s 201
3   Valtteri Bottas Williams-Mercedes 1 min 25 s 690 1 min 23 s 776 1 min 23 s 354
4   Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 1 min 25 s 495 1 min 23 s 676 1 min 23 s 391
5   Fernando Alonso Ferrari 1 min 26 s 087 1 min 24 s 249 1 min 23 s 909
6   Felipe Massa Williams-Mercedes 1 min 25 s 592 1 min 24 s 030 1 min 24 s 223
7   Jenson Button McLaren-Mercedes 1 min 26 s 612 1 min 24 s 502 1 min 24 s 294
8   Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Renault 1 min 24 s 941 1 min 24 s 637 1 min 24 s 720
9   Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 1 min 26 s 149 1 min 24 s 647 1 min 24 s 775
10   Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 1 min 26 s 578 1 min 24 s 585 pas de temps
11   Daniil Kvyat Toro Rosso-Renault 1 min 25 s 361 1 min 24 s 706
12   Adrian Sutil Sauber-Ferrari 1 min 26 s 027 1 min 25 s 136
13   Sergio Pérez Force India-Mercedes 1 min 25 s 910 1 min 25 s 211
14   Esteban Gutiérrez Sauber-Ferrari 1 min 25 s 709 1 min 25 s 260
15   Romain Grosjean Lotus-Renault 1 min 26 s 136 1 min 25 s 337
16   Jules Bianchi Marussia-Ferrari 1 min 26 s 728 1 min 27 s 419
17   Kimi Räikkönen Ferrari 1 min 26 s 792
18   Kamui Kobayashi Caterham-Renault 1 min 27 s 139
19   Max Chilton Marussia-Ferrari 1 min 27 s 819
20   Marcus Ericsson Caterham-Renault 1 min 28 s 643
Temps minimal à réaliser pour la qualification : 1 min 30 s 886 (107 % de 1 min 24 s 941)
Nq.   Lewis Hamilton Mercedes pas de temps
Nq.   Pastor Maldonado Lotus-Renault pas de temps
La grille de qualification du Grand Prix automobile de Hongrie 2014.
La grille de départ du Grand Prix automobile de Hongrie 2014.

CourseModifier

Déroulement de l'épreuveModifier

S'il ne pleut pas, c'est sur une piste détrempée que le départ du Grand Prix de Hongrie va être donné ; tous les pilotes sont chaussés de pneus intermédiaires sur la grille de départ tandis que Daniil Kvyat, qui a calé au départ du tour de formation, rejoint Lewis Hamilton et Kevin Magnussen (qui dispose d'une nouvelle monoplace complète : nouveau châssis, nouvelle boîte de vitesses et nouveau moteur) dans la voie des stands. À l'extinction des feux, Nico Rosberg, en pole position, conserve la tête au premier virage ; Valtteri Bottas, en prenant l'intérieur, évite les projections d'eau, trouve une meilleure adhérence et, au premier freinage, prend le dessus sur Sebastian Vettel qui se fait également dépasser par Fernando Alonso au second virage. Lewis Hamilton, dont les freins ne montent pas en température, part en tête-à-queue dans le virage no 2 et endommage son aileron avant, ce qui provoque des vibrations gênantes. Alonso manque un freinage et Vettel reprend la troisième place. Au premier passage sur la ligne de chronométrage, Rosberg devance Bottas, Vettel, Alonso, Jenson Button, Daniel Ricciardo, Nico Hülkenberg, Felipe Massa, Jean-Éric Vergne, Sergio Pérez et Esteban Gutiérrez[23],[24],[25].

Devant, Rosberg mène avec 6 secondes d'avance après trois tours ; au sixième tour, son avantage passe à de plus de sept secondes. Hamilton, contraint d'attaquer pour empêcher son coéquipier Rosberg d'accroître son avance au championnat du monde, est le second pilote le plus rapide en piste : quinzième au cinquième tour, derrière Romain Grosjean et Kimi Räikkönen, il est treizième trois tours plus tard et se lance à la chasse des Sauber d'Adrian Sutil et de Gutiérrez. Dans ce même tour, Marcus Ericsson sort de la piste dans le virage no 3 et tape violemment le mur, provoquant la neutralisation de la course[23],[24],[25].

Tous les pilotes, à l'exception des quatre premiers (Rosberg, Bottas, Vettel et Alonso) piégés par la voiture de sécurité, rentrent chausser les pneus tendres pour le sec. Rosberg, Bottas, Vettel et Alonso doivent attendre un tour supplémentaire pour entrer. Au neuvième tour, sous le régime de la voiture de sécurité, Ricciardo, en pneus tendres mène devant Button (en pneus intermédiaires), Massa et Rosberg (tous deux en pneus tendres) et Magnussen (pneus intermédiaires). Alors que la course est en passe d'être relancée, Grosjean heurte à son tour le mur ; l'épreuve est relancée à l'entame du quatorzième tour et Button en prend immédiatement la tête grâce à ses pneus intermédiaires ; Hamilton poursuit sa remontée alors que Rosberg, en pneus pour le sec, est en difficulté sur une piste encore très humide. Les pneumatiques intermédiaires se révèlent les mieux adaptés puisque Magnussen dépasse Rosberg, suivi par Vettel et Hamilton. Toutefois, Button et Magnussen rentrent au seizième tour pour chausser des pneus pour le sec, la piste s'asséchant rapidement. Quelques instants plus tard, Nico Hülkenberg abandonne pour la première fois de la saison après un accrochage avec son équipier Pérez[23],[24],[25].

Au dix-huitième tour, Ricciardo précède Massa, Alonso, Vergne, Rosberg, Vettel, Hamilton, Pérez, Bottas et Gutiérrez. Pastor Maldonado percute Jules Bianchi au premier freinage et les deux pilotes passent par leur stand pour effectuer des réparations. Vergne et Vettel retiennent Rosberg et Hamilton alors que Ricciardo prend un bel avantage sur Massa et Alonso en tête de course. Au vingt-troisième tour, Sergio Pérez détruit littéralement sa Force India VJM07 contre le muret de la ligne des stands après une mauvaise sortie de virage ; une nuée de débris de carbone encombre la piste, imposant une seconde sortie de la voiture de sécurité pour permettre aux commissaires de piste de nettoyer le circuit. Une nouvelle valse d'arrêts aux stands est improvisée : Ricciardo rentre ainsi que Massa et Bottas qui prend le pari de chausser les pneus durs dont l'usage n'est pourtant pas obligatoire, la course ayant été déclarée « conditions humides ». Alonso prend le commandement devant Vergne, Rosberg, Vettel, Hamilton, Ricciardo, Massa, Gutiérrez, Räikkönen, Sutil, Kvyat, Button, Bottas, Magnussen, Kamui Kobayashi, Max Chilton, Bianchi et Maldonado[23],[24],[25].

La course est relancée à l'entame du vingt-septième tour et Alonso prend le large tandis que Vergne contient Rosberg. L'Espagnol possède plus de 2 secondes d'avance avant que l'utilisation de l'aileron arrière mobile ne soit à nouveau autorisée. Rosberg rentre changer ses pneus au trente-troisième tour mais cet arrêt est particulièrement long et il ressort onzième. Au même moment, Vettel fait un énorme tête-à-queue au début de la ligne droite, effleure le mur et poursuit sa course, n'ayant d'abîmé ses pneus ; il passe par les stands chausser un nouveau train de gommes tendres avec lesquelles il doit tenter de finir la course. Quelques instants plus tard, Hamilton prend l'avantage sur Vergne dans le virage no 4 et se retrouve en seconde position à 6 secondes de Fernando Alonso. Vergne change ses pneus au trente-cinquième tour, Button au trente-huitième et Alonso au suivant. Daniel Ricciardo occupe à nouveau la tête de la course avec 10 secondes d'avance sur Massa. L'Australien augmente son avance à 15 secondes en cinq tours mais s'inquiète du comportement de son moteur. Le stand Mercedes demande à Hamilton, qui chasse Alonso, de s'effacer derrière Rosberg qui est en pneus tendres et sur une autre stratégie que lui, en gommes médiums ; Hamilton refuse, alléguant que Rosberg, à moins d'une seconde (donc en mesure d'utiliser son aileron arrière mobile) et pouvant effectuer les vingt-et-un derniers tours avec ses pneus tendres n'a qu'à tenter de le dépasser à la régulière. Hamilton, Sutil, Magnussen, Räikkönen, Maldonado et Massa s'arrêtent entre le quarantième et le quarante-sixième tour[23],[24],[25].

Mercedes intime à nouveau à Lewis Hamilton de laisser passer son équipier mais Rosberg ne réussit pas à revenir au contact de son équipier qui ne ralentit pas. Après plusieurs tours, Hamilton ayant encore accru son avance, Rosberg passe à son stand au cinquante-septième passage, deux tours après Ricciardo, pour finir la course avec des pneus tendres neufs. Fernando Alonso mène désormais devant Hamilton et Ricciardo, le plus rapide en piste grâce à ses pneus frais. Nico Rosberg en septième position, profite de l'arrêt de Bottas au cinquante-neuvième tour et du dépassement de Räikkönen en piste pour atteindre la cinquième place, derrière Massa qu'il passe quelques instants plus tard[23],[24],[25].

Au soixantième tour, le trio de tête est groupé en 2 secondes ; l'écart passe à une seconde au tour suivant. Sous pression, Fernando Alonso coupe la chicane et ralentit immédiatement pour éviter d'être pénalisé. Hamilton est plus préoccupé à défendre sa position sur Ricciardo qu'à attaquer sur Alonso ; pour autant, Ricciardo le dépasse dans le soixante-sixième tour et s'attaque à Alonso alors que Rosberg revient sur Hamilton. Ricciardo prend la tête au tour suivant et remporte sa deuxième victoire de la saison. Fernando Alonso termine deuxième, devant Hamilton ; suivent pour les points Rosberg, Massa, Räikkönen, Vettel, Bottas, Vergne et Button[23],[24],[25].

Classement de la courseModifier

Classement de la course[26]
Pos. no  Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 3   Daniel Ricciardo Red Bull-Renault 70 1 h 53 min 05 s 058 (162,691 km/h) 4 25
2 14   Fernando Alonso Ferrari 70 + 5 s 225 5 18
3 44   Lewis Hamilton Mercedes 70 + 5 s 587 pitlane 15
4 6   Nico Rosberg Mercedes 70 + 6 s 361 1 12
5 19   Felipe Massa Williams-Mercedes 70 + 29 s 841 6 10
6 7   Kimi Räikkönen Ferrari 70 + 31 s 491 16 8
7 1   Sebastian Vettel Red Bull-Renault 70 + 40 s 962 2 6
8 77   Valtteri Bottas Williams-Mercedes 70 + 41 s 344 3 4
9 25   Jean-Éric Vergne Toro Rosso-Renault 70 + 58 s 527 8 2
10 22   Jenson Button McLaren-Mercedes 70 + 1 min 07 s 280 7 1
11 99   Adrian Sutil Sauber-Ferrari 70 + 1 min 08 s 169 11
12 20   Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 70 + 1 min 18 s 265 pitlane
13 13   Pastor Maldonado Lotus-Renault 70 + 1 min 24 s 024 20
14 26   Daniil Kvyat Toro Rosso-Renault 69 + 1 tour pitlane
15 17   Jules Bianchi Marussia-Ferrari 69 + 1 tour 15
16 4   Max Chilton Marussia-Ferrari 69 + 1 tour 18
Abd. 21   Esteban Gutiérrez Sauber-Ferrari 32 ERS 13
Abd. 10   Kamui Kobayashi Caterham-Renault 24 Alimentation en carburant 17
Abd. 11   Sergio Pérez Force India-Mercedes 22 Accident 12
Abd. 27   Nico Hülkenberg Force India-Mercedes 14 Accrochage avec Pérez 9
Abd. 8   Romain Grosjean Lotus-Renault 11 Accident 14
Abd. 9   Marcus Ericsson Caterham-Renault 8 Accident 19

Pole position et record du tourModifier

Nico Rosberg part en pole position pour la dixième fois de sa carrière, la troisième fois consécutive.

Tours en têteModifier

Classements généraux à l'issue de la courseModifier

StatistiquesModifier

Le Grand Prix de Hongrie 2014 représente :

Au cours de ce Grand Prix :

Notes et référencesModifier

  1. Formula One Management, « FORMULA 1 PIRELLI MAGYAR NAGYDIJ 2014 PRACTICE 1 », sur formula1.com (consulté le 25 juillet 2014)
  2. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Hongrie L1 : Hamilton et Rosberg rassurent Mercedes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 4 août 2014)
  3. a, b et c Guillaume Navarro, « EL1 - Eviter la dégradation dans le second secteur », sur toilef1.com, (consulté le 4 août 2014)
  4. a, b et c (en) Formula One Management, « FP1 - Hamilton on top as Mercedes seize control in Hungary », sur formula1.com,
  5. Formula One Management, « FORMULA 1 PIRELLI MAGYAR NAGYDIJ 2014 PRACTICE 2 », sur formula1.com (consulté le 25 juillet 2014)
  6. a, b, c et d Daniel Thys, « F1 - Hongrie L2 : Hamilton confirme devant Rosberg », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 4 août 2014)
  7. a, b, c et d Guillaume Navarro, « EL2 - Mercedes surveille les freins de près », sur toilef1.com, (consulté le 4 août 2014)
  8. a, b, c et d (en) Formula One Management, « FP2 - Hamilton retains advantage in Budapest », sur formula1.com,
  9. Formula One Management, « FORMULA 1 PIRELLI MAGYAR NAGYDIJ 2014 PRACTICE 3 », sur formula1.com (consulté le 26 juillet 2014)
  10. a, b, c et d Daniel Thys, « F1 - Hongrie L3 : Hamilton et Rosberg comme à la parade », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 4 août 2014)
  11. a, b, c et d Guillaume Navarro, « EL3 - Hamilton toujours devant, Red Bull et Bottas devant Ferrari », sur toilef1.com, (consulté le 4 août 2014)
  12. a, b, c et d (en) Formula One Management, « FP3 - Hamilton fastest in Budapest but field closes in », sur formula1.com,
  13. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Formula One Management, « Qualifying - Rosberg on pole as Hamilton’s hopes go up in flames », (consulté le 4 août 2014)
  14. a, b et c Guillaume Navarro, « Q1 - La Mercedes de Hamilton en flammes, Räikkönen éliminé par Bianchi ! », sur toilef1.com, (consulté le 4 août 2014)
  15. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Rosberg décroche la pole après l'averse. Fin de qualification très compliquée pour les pilotes et les équipes. Q1 - 18 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 4 août 2014)
  16. a, b et c Guillaume Navarro, « Q2 - Hülkenberg se sauve de justesse, Vergne passe », sur toilef1.com, (consulté le 4 août 2014)
  17. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Rosberg décroche la pole après l'averse. Fin de qualification très compliquée pour les pilotes et les équipes. Q2 - 15 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 4 août 2014)
  18. a, b et c Guillaume Navarro, « Q3 - Rosberg décroche la timbale en dépit de la pluie », sur toilef1.com, (consulté le 4 août 2014)
  19. a, b et c Daniel Thys, « F1 - Rosberg décroche la pole après l'averse. Fin de qualification très compliquée pour les pilotes et les équipes. Q3 - 12 minutes », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 4 août 2014)
  20. Formula One Management, « FORMULA 1 PIRELLI MAGYAR NAGYDIJ 2014 QUALIFYING », sur formula1.com (consulté le 26 juillet 2014)
  21. a et b « Hongrie 2014 Grille de départ », sur statsf1.com, (consulté le 4 août 2014)
  22. (en) « Hamilton, Magnussen to start from pit lane after chassis changes », sur formula1.com, (consulté le 4 août 2014)
  23. a, b, c, d, e, f et g Daniel Thys, « F1 - Ricciardo remporte la bataille de Budapest ! », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 5 août 2014)
  24. a, b, c, d, e, f et g Guillaume Navarro, « Course - De l'eau et du Ricciard en Hongrie ! », sur toilef1.com, (consulté le 5 août 2014)
  25. a, b, c, d, e, f et g (en) Formula One Management, « Race - Ricciardo triumphs in Hungarian thriller », sur formula1.com, (consulté le 5 août 2014)
  26. Formula One Management, « FORMULA 1 PIRELLI MAGYAR NAGYDIJ 2014 RACE », sur formula1.com, (consulté le 27 juillet 2014)
  27. « Hongrie 2014 Qualification », sur statsf1.com, (consulté le 26 juillet 2014)
  28. « Hongrie 2014 Meilleur tour », sur statsf1.com, (consulté le 27 juillet 2014)
  29. « Hongrie 2014 tours en tête », sur statsf1.com, (consulté le 27 juillet 2014)
  30. « Hongrie 2014 Championnat Pilotes », sur statsf1.com, (consulté le 27 juillet 2014)
  31. « Hongrie 2014 Championnat Constructeurs », sur statsf1.com, (consulté le 27 juillet 2014)
  32. « Nico ROSBERG Pole positions », sur statsf1.com, (consulté le 26 juillet 2014)
  33. « Daniel RICCIARDO Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 27 juillet 2014)
  34. « RED BULL Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 27 juillet 2014)
  35. « RENAULT Victoires », sur statsf1.com, (consulté le 27 juillet 2014)
  36. « Mercedes Grands prix disputés 2014 », sur statsf1.com, (consulté le 27 juillet 2014)
  37. « Mercedes podiums », sur statsf1.com, (consulté le 27 juillet 2014)
  38. « Classement du championnat du monde 2014 », sur statsf1.com, (consulté le 4 août 2014)
  39. « Royaume-Uni Pilotes », sur statsf1.com, (consulté le 4 août 2014)
  40. « Hongrie, kilomètres en tête », sur statsf1.com, (consulté le 4 août 2014)
  41. Olivier Ferret, « F1 - Emanuele Pirro, commissaire en Belgique. Un deuxième Grand Prix de suite à ce poste », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 21 août 2014)

Lien externeModifier