Ouvrir le menu principal
Grand Prix de Bordeaux

Données de course
Nombre de tours 120 à 123
Longueur du circuit 2.457 km
Distance de course 294,84 à 302,211 km
Conditions de course
Résultats
Vainqueur 1955 Drapeau : France Jean Behra,
Maserati,
Record du tour en course 1955 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss,
,
109,371

Le Grand Prix automobile de Bordeaux était une compétition automobile internationale de Formule 1 organisée par l'AC du Sud-Ouest (ACSO), qui se courut durant la première moitié des années 1950 entre la fin du mois d'avril et le début de celui de mai.

HistoireModifier

La première édition avec des voitures aux puissances réellement conséquentes a lieu sur un circuit urbanisé dans la commune de Saint-Médard-en-Jalles (au nord-ouest de Bordeaux), grossièrement rectangulaire à large base couvrant l'ouest de la localité, en empruntant la route de Lacanau vers Bordeaux, puis an passant par Hastignan, Picot et l'avenue de Monteillon longue de 1,8 kilomètres. Il n'y a pas de suite immédiate à cette course, organisée par l'ACSO, comme antérieurement pour des évènements aux Quatre Pavillons puis au Parc bordelais, et ultérieurement aux Quinconces.

Après-guerre l'épreuve se dispute encore, désormais donc à quatre reprises consécutives sur le circuit des Quinconces, qui a été créé pour l'occasion par Louis Baillot d’Estivaux le Président de l'ACSO et par son équipe, d'une longueur de 2,457 kilomètres.

À la suite de l'accident du Mans en 1955, l'édition 1956 de la course est annulée, car les nouvelles conditions de sécurité imposées ne sont plus réunies sur place.

En 1987 une édition commémorative de la course est montée sur le même parcours des Quinconces, pour les 90 ans de l'ACSO. Trintignant, Gonzalez et Fangio dans sa Gordini sont là, devant 50 000 personnes.

PalmarèsModifier

Palmarès de la course
Année Date Pilote Voiture Équipe Catégorie Distance Tours Durée / Moyenne horaire
1928[1],[2] 8 juillet   Pierre Darroman Amilcar ? Cyclecars et Voiturettes 270,2 à 328 km 33 à 40
selon les catégories
h 28 min 9 s (91,704 km/h)[3]
1929[4] 23 juin   Hector David[5],[6] Salmson ? Cyclecars 76 km 50 h 4 min 19 s (70,9 km/h)
1930-1931 Non couru
1932 26 juin   Lucien Demazel[7] Salmson Privée Formule libre 272,6 km 58 h 56 min 30 s 2 (92,666 km/h)
1933-1950 Non couru
1951[8] 29 avril   Louis Rosier Talbot-Lago T26C-DA Écurie Rosier Formule 1 302,211 km 123
1952 Non couru[9]
1953[10] 3 mai   Alberto Ascari[11] Ferrari 500 Scuderia Ferrari Formule 1 294,84 km 120
1954[12] 9 mai   José Froilán González[13] Ferrari 625 Scuderia Ferrari Formule 1 302,211 km 123
1955[14] 24 avril   Jean Behra Maserati 250F Officine Alfieri Maserati Formule 1 302,211 km 123

RemarquesModifier

  • Encore le 24 avril 1955, une deuxième compétition distincte dite Grand Prix est organisée, pour voitures de sport, et remportée par l'allemand Kurt Ahrens sur Porsche 550 (en moins d'une heure), devant Marcel Balsa avec la même voiture[15].
  • Toujours le 24 avril 1955, une troisième compétition distincte dite Grand Prix est organisée, cette fois pour de plus faible cylindrée et remportée par le français Raymond Rispal[16],[17], sur sa Renault 4CV modèle 747 (course des 1,1 l)[18].

Notes et référencesModifier

  1. Après un départ sur la route de Bordeaux, à côté de la côte des Quatre Pavillons et à cheval sur les communes de Cenon et de Lormont, le circuit -et le Grand Prix- également porteur(s) du nom des Quatre Pavillons, passe par Carbon Blanc en se situant sur la rive droite de la Garonne. La longueur de sa boucle est de 8.2 kilomètres, et l'organisateur en est le MCB -le Moto-Club de Bordeaux- de Georges Sarthou, placé sous l'égide de l'U.M.F. (l'Union Motocycliste de France). Un Grand Prix motocycliste séparé a lieu préalablement le 30 juin. L'épreuve automobile est un handicap de 4 catégories, cyclecars 1 100 cm3, voiturettes 1 100, 750 et 500 cm3.
  2. « Le Grand Prix des Quatre-Pavillons 1928 », sur ACSO-Classic
  3. Mais 102,145 km/h officieusement (à cause du handicap imposé de 4 tours).
  4. Au Parc Bordelais, plus commode d'accès mais trop court, car de 1.52 kilomètres.
  5. Deuxième encore Pierre Arroman, sur Amilcar
  6. (en) « 1929 Grand prix », sur Team DAN
  7. 22 partants, 16 arrivants; deuxième Lucien Lemasson, encore sur Salmson S4 privée
  8. 60 000 spectateurs
  9. En lieu et place, un "Circuit International de vitesse", pour voitures de sport et de Tourisme améliorées, encore avec le succès au rendez-vous
  10. Épreuve appelée "Grand Prix des Champions du Monde", car Giuseppe Farina (premier Champion 1950), Juan Manuel Fangio (Champion 1951) et Alberto Ascari (Champion 1952) sont là.
  11. Deuxième son équipier Luigi Villoresi, troisième Juan Manuel Fangio pour l'équipe française Gordini.
  12. Épreuve appelée "Grand Prix du Président de la République" grâce à René Coty.
  13. Triplé de marque, car deuxième Robert Manzon sur le même modèle, appartenant à Louis Rosier, et troisième Maurice Trintignant avec un modèle identique officiel.
  14. Triplé de marque d'usine, car deuxième Luigi Musso sur le même modèle, et troisième Roberto Mieres, tous pilotes officiels; au terme d'une chevauchée fantastique, Stirling Moss est encore quatrième avec une voiture identique, mais privée.
  15. (en) « Deuxième Grand Prix de Bordeaux 1955, Sport », sur RacingSportsCars.com
  16. Pilote également troisième 10 jours plus tard au Circuit des remparts d'Angoulême cette fois sur Renault 4CV 1063 Spéciale
  17. (en) « Circuit des remparts d'Angoulême 1955 », sur RacingSportsCars.com
  18. (en) « Troisième Grand Prix de Bordeaux 1955, Sport 1,1 l », sur RacingSportsCars.com

BibliographieModifier

  • Dictionnaire de Bordeaux, article d'Yves Baillot Destivaux, éd. Loubatières, 2006.

Liens externesModifier