Grade universitaire en France

Les grades universitaires, degrés dans la hiérarchie des études supérieures, sont en France au nombre de quatre : le baccalauréat, la licence, le master et le doctorat[1]. Le grade de master a été créé en 1999 dans le cadre de la réforme LMD, alors que les trois autres remontent à la création de l'Université de France par Napoléon Ier (décret du ). Les grades universitaires français sont des grades conférés par l'État. L'État a le monopole de la collation des grades[2], ils sont validés par la signature d'un ministre ou d'une personne ayant reçu délégation de signature, en général le recteur de région academique sur délégation du ministre chargé de l'enseignement supérieur.

Doctorat (3) Doctorat (3)
Master (2) DEA-DESS (1)
Maîtrise (1)
Licence (3) Licence (1)
DEUG (2)
Actuel système
de Grade
LMD
Ancien système
de Grade

Les grades sont conférés aux titulaires de diplômes nationaux de l'enseignement supérieur délivrés sous l'autorité et au nom de l'État par les universités et les établissements habilités à cet effet. Les grades peuvent être également conférés aux titulaires de certains diplômes propres à des établissements (cas du grade de master).

  • Le baccalauréat est préparé au sein d'un lycée et obtenu après un examen national ;
  • Le grade de licence peut être obtenu par la préparation d'un diplôme national de licence au sein d'une université ;
  • Le grade de master peut être obtenu par la préparation d'un diplôme national de master, généralement au sein d'une université, mais aussi par la préparation d'un diplôme d'ingénieur ou bien celle d'un diplôme de fin d'études d'un institut d'études politiques ou de certaines écoles de commerce ;
  • Enfin, le doctorat est obtenu à la suite de la préparation d'une thèse de doctorat (à ne pas confondre avec les thèses d'exercice soutenues par les étudiants en santé et conférant également le titre de docteur, mais pas le grade correspondant[3]) et sa soutenance devant un jury constitué au sein d'une université ou d'un établissement d'enseignement supérieur habilité.

À ces grades peuvent être associés certains droits et privilèges[Lesquels ?], pouvant varier suivant les disciplines et les finalités.

Grade de baccalauréatModifier

Voie généraleModifier

Grade universitaire en France
 
Lieu France
Établissement Lycée
Direction Ministère de l'Éducation nationale
Sélection
Niveau ou grade requis Bac - 3 (Niveau 3)
Diplôme
Durée de la formation 3 ans
Diplôme délivré
Niveau délivré Bac + 0 (Niveau 4)
Grade délivré Baccalauréat
Débouchés
Diplômes accessibles Grandes Écoles, Licence, CPGE, BUT, BTS
 
Orientation dans le système éducatif secondaire français.

D’un point de vue légal, le but du baccalauréat général est de vérifier « un niveau de culture défini par les enseignements des lycées » d’une part et de contrôler les « connaissances dans des enseignements suivis par l’élève en dernière année » (c’est-à-dire en terminale) d’autre part[4]. Jusqu'à la session 2020, il y a trois séries[5] :

À la rentrée 2019, les trois séries sont supprimées pour la classe de première (et l’ont été pour la classe de terminale à la rentrée 2020). À cette date, les élèves choisissent trois enseignements de spécialité en classe de première, puis en gardent deux en classe de terminale. Ces enseignements de spécialité permettent de se spécialiser dans les matières que l'élève choisit. Il y a 12 spécialités :

Ce diplôme ne permet pas l’insertion professionnelle mais permet de continuer ses études à l’université ou en classe préparatoire aux grandes écoles. Les titulaires d’un baccalauréat général peuvent aussi poursuivre dans des filières technologiques et tenter d’obtenir un BTS ou un DUT.

Voie technologiqueModifier

L'obtention d'un baccalauréat technologique conduit à la poursuite d'étude dans l’enseignement supérieur[6]. Réformées en 2011 (session 2013), les séries sont maintenues lors de la réforme menée par Jean-Michel Blanquer en 2019. À la rentrée 2019, les élèves entrant en classe de première choisissent une série parmi huit :

La série sciences et technologies de l'hôtellerie et de la restauration (STHR) dispose d'un cursus en trois ans avec une classe de seconde spécifique.

Voie professionnelleModifier

Le baccalauréat professionnel permet une insertion rapide dans la vie active ainsi que la poursuite d'études supérieures, principalement dans les BTS qui accueillent désormais massivement les bacheliers de la voie professionnelle, voire en IUT ou dans les quelques classes préparatoires aux grandes écoles ECP (pour intégrer HEC ou ESSCA) qui leur sont ouvertes. Il permet également d'intégrer l'université. À partir de la rentrée 2019, le baccalauréat professionnel comporte près de 100 spécialités s'effectue en trois ans ou en deux ans après une classe de seconde « par famille de métiers » qui permet une spécialisation non plus en fin de troisième.

Grade de licenceModifier

Grade universitaire en France
 
Certification du Ministère de l'Enseignement Supérieur garantissant son contrôle et l'authenticité du diplôme.
Lieu Europe
Établissement Université
Sélection
Diplôme requis Baccalauréat
Niveau ou grade requis Bac + 0 (Niveau 4)
Diplôme
Durée de la formation 3 ans
Niveau délivré Bac + 3 (Niveau 6)
Grade délivré Licence
Débouchés

En 2002, la réforme LMD redéfinit les notions de grades et de titres universitaires par rapport aux références européennes. La licence est alors l’un des quatre grades, avec le baccalauréat, le master et le doctorat [7]. Avec la loi LRU promulguée en 2007, le premier cycle universitaire, qui couvrait les deux premières années des études supérieures, est allongé d’un an pour correspondre aux enseignements menant au grade de licence[8].

Après les adaptations réglementaires successives, en 2018, le grade de licence est conféré de plein droit aux titulaires[9] d’un diplôme national de licence[10] ou d’autres type de licence (voir liste complète dans l'article détaillé).

Grade de masterModifier

Grade universitaire en France
 
Certification du ministère de l'Enseignement supérieur garantissant son contrôle et l'authenticité du diplôme.
Lieu Europe
Établissement Université
Sélection
Diplôme requis Diplôme national de licence
Niveau ou grade requis Bac + 3 (Niveau 6)
Diplôme
Durée de la formation 2 ans
Niveau délivré Bac + 5 (Niveau 7)
Grade délivré Master
Débouchés

Le grade de master est conféré par l’État aux titulaires du diplôme national de master ainsi qu'aux titulaires de certains diplômes (voir liste complète dans l'article détaillé). Il est également conféré par l’État aux titulaires de diplômes de certains établissements, après une évaluation nationale périodique. Un cahier des charges définissant les critères pris en compte lors de l'examen d'une demande visant à ce qu'un diplôme confère le grade universitaire de master est publié en 2014[11] et actualisé en 2020[12].

Grade de doctoratModifier

Diplômes de docteur conférant le grade de doctoratModifier

Grade universitaire en France
 
Certification du Ministère de l'Enseignement Supérieur garantissant son contrôle et l'authenticité du diplôme.
Lieu   France
  Union européenne
Établissement Université
Direction Ministère de l'Enseignement Supérieur (France)
Taux de réussite 74 % pour l'année scolaire 2019-2020
Sélection
Diplôme requis Master
Niveau ou grade requis Bac + 5 (niveau 7)
Diplôme
Durée de la formation 2 ans à 4 ans
Diplôme délivré Diplôme national de doctorat
Niveau délivré Bac + 8 (niveau 8)
Grade délivré Doctorat
Débouchés
Diplômes accessibles Habilitation à diriger des recherches (HDR)
Professions accessibles Professions intellectuelles

Le diplôme national du doctorat est le plus élevé des quatre grades universitaires. Il correspond au grade de docteur et sa collation est attestée par un diplôme national. Celui-ci peut être délivré, au nom de l'État, par les universités ou par d'autres établissements d'enseignement supérieur habilités à cet effet.

Les formations doctorales sont organisées dans le cadre d'écoles doctorales. Elles comprennent un encadrement scientifique personnalisé de la meilleure qualité ainsi qu'une formation collective comportant des enseignements, séminaires ou stages destinés à conforter la culture scientifique des étudiants, à préparer leur poursuite de carrière dans le secteur public comme dans le secteur privé et à favoriser leur ouverture internationale. Le diplôme de doctorat est délivré après la soutenance d'une thèse ou la présentation d'un ensemble de travaux scientifiques originaux. Cette thèse ou ces travaux peuvent être individuels ou, si la discipline le justifie, collectifs, déjà publiés ou inédits. Le diplôme de doctorat confère à son titulaire le titre de docteur.

La possession d'un doctorat donne donc droit à l'usage du titre de docteur devant le nom de la personne[13]. En France, certains professionnels de santé (médecins, pharmaciens, vétérinaires, dentistes) font usage du titre de docteur, mais cette utilisation est erronée car le titre de docteur est décerné exclusivement au détenteur d'un diplôme national de doctorat après des études de troisième cycle universitaire. Ce qui n'est pas le cas pour le médecin, pharmacien, dentiste, vétérinaire, etc. qui ont poursuivi des études de premier cycle universitaire, les diplômes d'Etat de docteur n'étant pas des doctorats universitaire[14].

Le doctorat est conféré, en principe, après trois années de recherche postérieures à l'obtention du grade de master et à la suite de la soutenance d'une thèse portant sur la réalisation de travaux scientifiques originaux. La préparation du doctorat constitue un parcours de troisième cycle de l'enseignement supérieur (d'autres exemples de 3e cycle sont les internats de médecine ou pharmacie). Il sanctionne « une formation par la recherche, à la recherche et à l'innovation » et « une expérience professionnelle de recherche »[15]. C'est le grade universitaire généralement nécessaire pour devenir maître de conférences ou chercheur dans un établissement public.

Diplômes de docteur ne conférant pas le grade de doctoratModifier

Au côté du doctorat défini par l'arrêté de 2016, existent plusieurs autres diplômes dont les titulaires sont appelés docteur bien que lesdits diplômes ne confèrent pas le grade de docteur :

  • Le diplôme d'État de docteur en médecine : il sanctionne la fin des études de médecine (9 à 11 ans d'études supérieures).
  • Le diplôme d'État de docteur en chirurgie dentaire : il sanctionne la fin des études odontologiques (6 ans d'études supérieures dans le cas général, 8 à 9 ans en cas d'internat).
  • Le diplôme d'État de docteur en pharmacie : il sanctionne la fin des études de pharmacie (6 ans d'études supérieures dans le cas général, 9 ans en cas d'internat).
  • Le diplôme d'État de docteur vétérinaire : il sanctionne la fin des études vétérinaires de second cycle (7 ans d'études supérieures, pouvant être suivies de 3 ans de troisième cycle)[16].

Ces diplômes sont obtenus à l'issue d'une soutenance de thèse d'exercice, préparée en un an. La durée de la soutenance est de vingt minutes et le mémoire moins long que celui d'un doctorat. Ces diplômes ne doivent pas être confondus avec les anciens doctorats d'État en biologie humaine, doctorat d'État en sciences pharmaceutiques et doctorat d'État en odontologie qui sont des doctorats de type recherche.

Enfin, le Doctorat honoris causa est un titre honorifique pouvant être remis par une université ou un autre établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel à des personnalités de nationalité étrangère en raison de services éminents rendus aux arts, aux lettres, aux sciences et techniques, à la France ou à l'établissement qui décerne le titre. Il ne peut conférer à son titulaire les droits attachés à la possession du diplôme national de doctorat[17].

Notes et référencesModifier

  1. Encart du B.O. no 41 du 6 novembre 2003, article 2.1 : « Architecture des diplômes et des grades ».
  2. Article L. 613-1 du code de l'éducation.
  3. « Le Doctorat », sur [Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation] ; « Circulaire du 23 octobre 2014 relative aux modalités d'élaboration et de délivrance des diplômes nationaux et de certains diplômes d'Etat par les établissements d'enseignement supérieur relevant du ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche », sur Légifrance
  4. Article L334-1 du code de l’éducation.
  5. Article D334-3 du code de l’éducation.
  6. Article L336-1 du code de l’éducation.
  7. Article D613-3 du code de l’éducation anciennement décrets no 2002-481 du 8 avril 2002 relatif aux grades et titres universitaires et aux diplômes nationaux et no 2002-482 du 8 avril 2002 portant application au système français d’enseignement supérieur de la construction de l’Espace européen de l’enseignement supérieur
  8. Article L612-1 du code de l’éducation
  9. Article D612-32-2 du code de l’éducation en vigueur au 18 mai 2018, consulté le 24 mai 2018
  10. Arrêté du 1er août 2011 relatif à la licence
  11. Arrêté du 22 janvier 2014 relatif au cahier des charges des grades universitaires de licence et de master.
  12. Arrêté du 27 janvier 2020 relatif au cahier des charges des grades universitaires de licence et de master.
  13. LOI n° 2020-1674 du 24 décembre 2020 de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 et portant diverses dispositions relatives à la recherche et à l'enseignement supérieur (1) - Article 32, (lire en ligne)
  14. Legendre, Renald (2005). Dictionnaire actuel de l'éducation, 3e édition. Éditions Guérin. p. 433.
  15. Arrêté du 7 août 2006 relatif à la formation doctorale, article 1.
  16. « Diplôme d'Etat de docteur vétérinaire », sur Onisep (consulté le )
  17. Articles D612-37 et suivants du code de l'éducation

Voir aussiModifier