Grégor Puppinck

juriste et essayiste français d'extrême droite
Grégor Puppinck
20191009213624!Paris - Marche pour la Vie 2015 - 5 (détail).jpg
Grégor Puppinck en 2015 lors de la Marche pour la vie
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (45 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Grégor Puppinck est un juriste, essayiste et militant associatif français. Il est notamment le directeur du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ), un Groupe de défense d'intérêts européen, chrétien et conservateur, qualifié de "bras juridique" de la Manif pour tous[1].

Il représente également le Saint-Siège en qualité d'observateur au Comité Directeur des Droits de l'Homme (Conseil de l'Europe).

Il s'est fait connaître notamment pour son attachement à la possibilité de critiquer l'islam, notamment en des termes outranciers[source insuffisante], pour son opposition à une reconnaissance de la filiation à l'endroit de parents de même sexe ainsi qu'au financement de l'avortement par l'argent public[2].

BiographieModifier

ÉtudesModifier

Grégor Puppinck est docteur en droit privé[3] et diplômé de l'Institut des hautes études internationales à l'université Paris II. Il a enseigné aux facultés de droit de Mulhouse et de Strasbourg[4].

Carrière professionnelleModifier

Il est directeur depuis 2009 de l'ONG internationale et think tank chrétien conservateur Centre européen pour le droit et la justice (en anglais European Centre for Law & Justice). L'ECLJ, fondé en 1998 à Strasbourg, est titulaire depuis 2007 du statut consultatif spécial auprès des Nations-Unies à l'ECOSOC[5],[6]. L'ECLJ est affiliée à l'American Center for Law and Justice (en)[7].

En 2010-2011, avec l'ECLJ, il se porte tierce partie aux cotés du gouvernement italien pour défendre auprès de la grande chambre de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) la présence des crucifix dans les écoles italiennes dans l'affaire Lautsi et autres c. Italie[6]. Avec l'ECLJ, il intervient également dans une quarantaine d'autres affaires auprès de la CEDH[5], notamment en se portant tierce partie dans une affaire où une personne transgenre désirant se marier avec une personne ayant le même sexe à la naissance attaque un pays interdisant le mariage entre personnes de même sexe[8]. Il intervient également contre l’autorisation de la PMA aux couples homosexuels, contre la reconnaissance de citoyenneté des enfants issus d’une gestation pour autrui (GPA)ou encore pour maintenir en vie Vincent Lambert [1].

En 2018 Grégor Puppinck s'engage pour la liberté d'expression en matière religieuse, en l'espèce pour la critique de l'Islam, dans l'affaire E. S. c. Autriche (N° 38450/12)[9] suite à la validation par la CEDH de la condamnation d'Elisabeth Sabaditsch-Wolff, militante anti-islam et anti-musulmans[10],[11], à une amende pour avoir, dans une réunion publique, qualifié Mahomet de « pédophile » en raison de son mariage avec Aicha, et affirmé qu'il « aimait le faire avec les enfants »[12] (condamnation sur la base de l’article 188 du Code pénal autrichien interdisant toute « humiliation du dogme religieux »)[13]. À cette occasion, il a publié plusieurs articles dénonçant une atteinte à la liberté d'expression[14], cosigné une pétition[15] demandant la révision de cette décision de la CEDH, enfin participé à la rédaction du livre The Truth is No Defense[16] publié ensuite par la conférencière Elisabeth Sabaditsch-Wolff.

Observateur auprès du Conseil de l'Europe, il participe aux travaux du Comité d'experts sur la réforme de la Cour européenne des droits de l'homme, où il représente depuis 2012 le Saint-Siège[17],[18].

Grégor Puppinck est aussi le président de l'initiative citoyenne européenne (ICE) « Un de Nous »[4] contre le financement de l'avortement sur fonds publics[19], et pour le respect de l'embryon humain[6].

En 2014, il organise, pour des représentants d'organisations catholiques françaises, « défenseurs de la famille traditionnelle », une rencontre avec des responsables religieux et politiques russes, visant à mettre en place « une coopération pour la protection de la morale chrétienne » [20].

En 2016, Puppinck est nommé au sein du Panel d'experts de l'OSCE/ODIHR sur la liberté de religion et de croyance pour une durée de trois ans[21].

Il s'oppose à ce qu'il considère comme étant les dérives transhumanistes - c'est-à-dire sans motif médical - prévisibles dans la législation à partir des progrès réalisés par la biotechnologie dans le domaine de la procréation comme la procréation médicalement assistée (PMA) non thérapeutique et, surtout, gestation pour autrui (GPA)[22]. Il intervient souvent dans la presse, en particulier dans Valeurs Actuelles et sur le FigaroVox. En , il a été invité par Alain Finkielkraut dans l'émission Répliques pour un débat consacré à la philosophies des droits de l'homme[23].

Gregor Puppinck est également responsable de la communication au sein de l'Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem[24].

ŒuvreModifier

Dans son livre Les droits de l'homme dénaturé, publié en 2018 aux Éditions du Cerf, il décrit le passage des droits de l’homme de 1948 aux droits de l’individu des vingt dernières années, puis aux droits transhumains actuellement en formation. Pour lui, cette évolution reflète celle du rapport de l’homme à la nature. Alors que les droits de l’homme de 1948 reflétaient des droits naturels, l’affirmation de l’individualisme aurait généré de nouveaux droits antinaturels, tels que le droit à l’euthanasie ou à l’avortement, conduisant à leur tour à l’émergence de droits transnaturels qui garantissent aujourd’hui le pouvoir de redéfinir la nature, tels que le droit à l’eugénisme, à l’enfant, ou au changement de sexe. Plus profondément, cette évolution témoignerait d’une transformation profonde de la conception de la dignité humaine qui tendrait à être réduite à la seule volonté individuelle, ou à l’esprit par opposition au corps -une dignité désincarnée -, et qui envisagerait toute négation de la nature et des conditionnements comme une libération et un progrès[25].

En février 2020, il publie avec l'ECLJ un rapport sur les ONG et les juges de la CEDH, 2009-2019. Après avoir épluché les données publiques de la CEDH, il affirme que 22 des 100 juges ayant siégé durant la période aurait un lien direct avec sept ONG actives à la CEDH, dont l'Open Society Foundations de Georges Soros. Ces sept ONG sont intervenues dans 188 affaires comme requérant, représentant ou tiers intervenant (l'ECLJ intervenant par ailleurs elle-même comme tierce-intervenante dans certaines affaires). Dans 88 affaires, des magistrats auraient statué alors qu'ils avaient un lien avec une ONG impliquée dans l'affaire. Dans seulement 12 affaires où il existe un lien entre une ONG impliquée et un juge, celui-ci a choisi de ne pas siéger, évitant ainsi le conflit d'intérêt[26]. À la suite de cette publication[27], le Rassemblement national souhaite que la France sorte de la CEDH, la soupçonnant d'être « infiltrée par les ONG du milliardaire philanthrope George Soros »[28]. En outre, également à suite de cette publication, le juge bulgare (chaque Etat partie à la convention envoie un juge) serait « sur la sellette »[29],[30].

La méthodologie de ce rapport, ainsi que son absence de neutralité, sont critiquées par Conspiracy Watch, qui relève que ce rapport évoque à plusieurs reprises des situations pouvant possiblement relever du conflit d'intérêt, mais sans jamais détailler un cas en particulier. Conspiracy Watch rappelle également que l'ECLJ est "Un pseudopode d’un groupe fondamentaliste chrétien américain"[31].

PublicationsModifier

Prix et distinctionsModifier

PrixModifier

  • Prix « Anton Neuwirth pour la défense de la vie » 2014, pour son rôle en tant que directeur de l'ECLJ[32].
  • Prix « Humanisme chrétien » 2016, pour La famille, les droits de l'homme et la vie éternelle[33].
  • Prix « AuTours des auteurs », catégorie Ethique et société, 2019, pour Les droits de l'homme dénaturé, Éditions du Cerf, 2018[34]

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Comment l'avocat de Donal Trump finance une ONG proche de la Manif pour tous », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  2. (en) « Fertility treatment bans in Europe draw criticism », sur dailyherald.com, (consulté en -2020) : « "The desire to be a parent does not create the right to have children," said Gregor Puppinck (...) "What's lost is the best interests of the child," Puppinck said. "The child has a right not to have two fathers or two mothers." ».
  3. Il a soutenu sa thèse de doctorat en droit privé à l'université de Poitiers en 2009 : « L'auteur de la norme bioéthique ».
  4. a et b https://eclj.org/writers/gregor-puppinck?lng=fr
  5. a et b « European Center for Law and Justice | ECLJ », sur European Center for Law and Justice (consulté le 24 février 2020)
  6. a b c d et e Mickaël Fonton, « Gregor Puppinck, le combattant à l'origine des révélations du “scandale Soros” », sur valeursactuelles.com,
  7. Page de présentation sur eclj.org.
  8. https://www.hrc.org/resources/10-things-you-should-know-about-the-american-center-for-law-and-justice
  9. http://hudoc.echr.coe.int/eng?i=001-187486
  10. « En Israël, l'extrème-droite autrichienne dénonce la menace islamique », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  11. (en) « Trump: US anti-muslim hate Europe », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  12. https://www.cnsnews.com/news/article/patrick-goodenough/calling-mohammed-pedophile-not-covered-free-speech-european-court
  13. « Tu ne blasphèmeras point ! », sur franceculture.fr, (consulté le 1er mars 2020).
  14. « Délit de blasphème : « La CEDH n'est pas Charlie ! » », sur lefigaro.fr (consulté le 26 février 2020).
  15. « [Tribune] Pour la défense de la liberté d’expression en matière religieuse », sur valeursactuelles.com, (consulté le 24 février 2020)
  16. Elisabeth Sabaditsch-Wolff, The Truth is No Defense, New English Review Press, Londres, 2019 (présentation sur Google Livres.
  17. « Grégor Puppinck », sur franceculture.fr
  18. Conseil de l’Europe, Comité Directeur pour les Droits de l’Homme (CDDH), « Rapport 1e réunion du Comité d’experts sur la reforme de la cour (DH-GDR)17-20 janvier 2012. », sur https://rm.coe.int, (consulté en 20200126)
  19. https://www.euractiv.fr/section/justice-affaires-interieures/news/eu-court-deals-blow-to-anti-abortion-campaigners/
  20. « Interrogation autour d'une délégation catholique française en Russie », La Croix,‎ (lire en ligne).
  21. « Newly-appointed OSCE/ODIHR panel of experts on freedom of religion or belief meets in Warsaw | OSCE », sur www.osce.org (consulté le 11 octobre 2019)
  22. Marianne Gomez et Marianne Meunier, « Le Conseil de l’Europe rejette un rapport pour la GPA », La Croix,‎ (lire en ligne).
  23. « Philosophies des Droits de l'homme », sur France Culture (consulté le 22 octobre 2019).
  24. https://eglise.catholique.fr/guide-eglise-catholique-france/structure/ordre-equestre-du-saint-sepulcre-de-jerusalem
  25. « Les droits de l'homme dénaturé de Gregor Puppinck - Les Editions du Cerf », sur www.editionsducerf.fr (consulté le 14 janvier 2020)
  26. Bastien Lejeune, « [Enquête] Comment Georges Soros a infiltré la Cour européenne des droits de l’’homme », sur valeursactuelles.com,
  27. « les ONG et les juges de la CEDH, 2009-2019 », sur eclj.org
  28. « Le RN se demande si la CEDH est «infiltrée» par «les ONG de M. Soros », sur lefigaro.fr,
  29. Bastien Lejeune, « Scandale Soros : le juge bulgare de la CEDH sur la sellette après les révélations de Grégor Puppinck », sur Valeurs actuelles (consulté le 23 mars 2020)
  30. « Interview Yonko Grozev: The Problem is the Kolev Case for the Uncontrolled Attorney General », sur engnews24h.com,
  31. https://www.conspiracywatch.info/soros-ce-que-valeurs-actuelles-ne-vous-dit-pas.html
  32. https://fr.aleteia.org/2014/03/26/slovaquie-leclj-recoit-le-prix-anton-neuwirth-pour-la-defense-de-la-vie/
  33. https://www.hommenouveau.fr/1677/culture/gregor-puppinck-recompense-pour-son-livre.htm
  34. RCF, « L’association AuTour(s) des Auteurs remettait les prix 2019 du salon du livre chrétien à quatre auteurs. », sur rcf.fr, (consulté le 29 janvier 2020)
  35. « Organisation », sur www.saintsepulcre-france.org (consulté le 30 novembre 2017).

Liens externesModifier