Ouvrir le menu principal

FamilleModifier

Grégoire Marie Jean de Saint-Quentin est issu de la famille de Saint-Quentin, originaire de Champagne[1], maintenue noble en 1668 sur titres de 1450[2]. Les armes de la famille de Saint-Quentin portent d'azur à la fasce d'or chargée d'une souche d'arbre de gueules accompagnée de 3 molettes d'éperon d'or rangées en chef.

Son père, Renaud de Saint-Quentin, est major de promotion 1946 de l'École navale, capitaine de corvette (H), ancien pilote de l'aéronavale, ayant servi durant la guerre d'Indochine, l'expédition de Suez et la guerre d'Algérie, officier de la Légion d'honneur, croix de guerre des TOE.

Grégoire de Saint-Quentin a 2 sœurs et 3 frères. Il est le père de 4 enfants[réf. souhaitée].

Carrière militaireModifier

Grégoire de Saint-Quentin est admis comme élève officier à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, dans la promotion Grande-Armée (1981-1983).

Il s'engage comme officier parachutiste dans les troupes de marine.

En 1991, il prend part à la guerre du Golfe, au cours de laquelle il est blessé[3].

Il est commandant et assistant militaire technique à la mission militaire de coopération au Rwanda en 1994. Présent le 6 avril 1994, lors de l'attentat mortel contre l'avion du président rwandais, Juvénal Habyarimana, à Kigali, il est l'un des premiers étrangers à se rendre sur les lieux du crash de l'avion présidentiel qui va déclencher le génocide[4].

Après un passage au Commandement des opérations spéciales (COS) et à l'État-major des armées comme lieutenant-colonel, de 2004 à 2006, le colonel de Saint-Quentin est le chef de corps du 1er RPIMa de Bayonne, élément opérationnel des forces spéciales.

Il devient général de brigade en juillet 2011 en prenant le commandement des éléments français au Sénégal au quartier Frédéric-Geille à Dakar.

Le , il devient le commandant en chef de l'opération Serval (après la période initiale du 11 au 23 janvier où le commandement était assuré depuis Paris par le général Didier Castres)[5],[6], menée au Mali pour la libération et la restauration de l'intégrité des territoires nord-maliens tombés sous le contrôle des groupes islamiques Ansar Eddine et MUJAO.

Le , il remplace le général Gomart à la tête du COS[7].

Il est nommé général de division le 1er mars 2014[8].

Il est nommé sous-chef d'état-major « opérations » de l'état-major des armées à compter du . Il est élevé au rang de général de corps d'armée.

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Régis Valette,Catalogue de la noblesse française, 2007, p.172
  2. Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 6, page 143.
  3. JDD : Grégoire de Saint-Quentin : missions très spéciales
  4. Rapport et audition de la mission d'information parlementaire française sur le Rwanda - décembre 1998 cf. rapports sur le génocide des Tutsi - CEC
  5. Opération Serval au Mali : le général Grégoire de Saint-Quentin nommé officiellement au commandement sur le blog Défense globale de La Voix du Nord le 23 janvier 2013.
  6. Guerre au Mali : Grégoire de Saint-Quentin, de Kigali à Bamako dans Jeune Afrique du 4 février 2012.
  7. [1]
  8. Décret du 24 janvier 2014 portant promotions et nomination dans la 1re et la 2e section et affectation d'officiers généraux

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier