Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Gouvernement Mehdi Jomaa

Gouvernement de Mehdi Jomaa
République tunisienne
Gouvernement
Président de la République Moncef Marzouki
Béji Caïd Essebsi
Chef du gouvernement Mehdi Jomaa
Élection 23 octobre 2011
Législature Assemblée constituante
Formation
Fin
Durée 1 an, 8 jours
Composition initiale
Ministres 22
Secrétaires d'État 7
Femmes 3
Représentation
Assemblée constituante
149 / 217

Le gouvernement Mehdi Jomaa est le gouvernement de la Tunisie du 29 janvier 2014 au 6 février 2015. Succédant à celui d'Ali Larayedh à l'initiative du dialogue national, il est remplacé par celui de Habib Essid à l'issue des élections législatives et présidentielle de l'automne 2014.

Sommaire

FormationModifier

Le 9 janvier 2014, Ali Larayedh présente sa démission ainsi que celle de son gouvernement, qui continue de diriger le pays jusqu'à l'investiture de Jomaa[1]. Le lendemain, Jomaa annonce dans une déclaration aux médias qu'il a rencontré le président Moncef Marzouki, qui l'a chargé de former un gouvernement[2].

Il félicite les initiateurs du dialogue national pour leur rôle, annonce que la nouvelle équipe serait composée de personnalités indépendantes et neutres et annonce qu'il fera son possible pour désigner son cabinet[3] dans un court délai[4].

Le 26 janvier, il est à nouveau chargé de cette tâche alors qu'un consensus ne s'est pas fait sur le nom du ministre de l’Intérieur, ni sur l’article 19 de la loi sur l'organisation provisoire des pouvoirs publics relatif à la possible révocation d’un ministre par l'assemblée[5]. En effet, ce dernier impose cette condition pour l'annonce de son gouvernement. Le 26 janvier, l’amendement de l'article relatif à la motion de censure contre le gouvernement ou l'un de ses membres est adopté, la majorité requise — absolue — étant modifiée à une majorité des trois cinquième[6].

Au lendemain de la signature de la Constitution, Jomaa présente son gouvernement à l'assemblée constituante, chargée de voter la confiance. Lors de cette séance, qui dure plusieurs heures, plusieurs constituants s'y opposent, accusant le cabinet de rassembler des partisans de l'ancien régime de Zine el-Abidine Ben Ali, tout en accusant aussi la ministre du Tourisme désignée de s'être rendue en Israël[7]. Certains blocs parlementaires refusent quant à eux de soutenir le gouvernement, arguant qu'il est illégitime car issu du dialogue national[7].

Répondant à ces accusations, Jomaa déclare qu'il ne dispose pas d’un programme détaillé mais que plusieurs points sont importants : l'organisation d'élections transparentes, la sortie de la crise économique, la création d'emplois, la révision des nominations effectuées par les précédents ministres, la dissolution des Ligues de protection de la révolution ainsi que la lutte contre la corruption[7]. Sur 193 votants, 149 votent la confiance, vingt votent contre et 24 s'abstiennent. Le lendemain, la passation des pouvoirs a lieu à Dar El Bey entre Jomaa et Larayedh[8].

CompositionModifier

Le gouvernement se compose originellement des membres suivants[9],[10] :

MinistresModifier

Image Portefeuille Nom Parti
  Chef du gouvernement Mehdi Jomaa Indépendant
  Ministre de la Défense nationale Ghazi Jeribi Indépendant
  Ministre de l'Intérieur Lotfi Ben Jeddou Indépendant
  Ministre des Affaires étrangères Mongi Hamdi Indépendant
  Ministre de la Justice, des Droits de l’homme et de la Justice transitionnelle Hafedh Ben Salah Indépendant
  Ministre des Affaires religieuses Mounir Tlili Indépendant
  Ministre de l'Économie et des Finances Hakim Ben Hammouda Indépendant
  Ministre de l'Industrie, de l'Énergie et des Mines Kamel Ben Naceur Indépendant
  Ministre du Commerce et de l'Artisanat Nejla Moalla Harrouch Indépendante
  Ministre du Tourisme Amel Karboul Indépendante
  Ministre des Affaires sociales Ahmed Ammar Younbaii Indépendant
  Ministre de l'Éducation nationale Fathi Jarray Indépendant
  Ministre de la Santé Mohamed Salah Ben Ammar Indépendant
  Ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle Hafedh Laamouri Indépendant
  Ministre du Transport Chiheb Ben Ahmed Indépendant
  Ministre de l'Équipement, de l'Aménagement du territoire et du Développement durable Hédi Larbi Indépendant
  Ministre de la Jeunesse, des Sports, de la Femme, de l’Enfance et des Personnes âgées Saber Bouatay Indépendant
  Ministre de la Culture Mourad Sakli Indépendant
  Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et des TIC Taoufik Jelassi Indépendant
  Ministre de l'Agriculture Lassaad Lachaal Indépendant

Ministres déléguésModifier

Image Portefeuille Ministère de rattachement Nom Parti
  Ministre auprès du chef du gouvernement chargé de la Coordination et des Affaires économiques et porte-parole du gouvernement[11] Présidence du gouvernement Nidhal Ouerfelli Indépendant
  Ministre délégué chargé de la Sécurité nationale Ministre de l'Intérieur Ridha Sfar Indépendant

Secrétaires d'ÉtatModifier

Image Portefeuille Ministère de rattachement Nom Parti
  Secrétaire d'État chargé des Collectivités locales et des Régions Ministère de l'Intérieur Abderrazak Ben Khelifa Indépendant
  Secrétaire d’État chargé des Domaines de l’État Mohamed Karim El Jamoussi Indépendant
  Secrétaire d'État au Développement et à la Coopération internationale Noureddine Zekri Indépendant
  Secrétaire d'État à l'Environnement Ministre de l'Équipement Mounir Majdoub Indépendant
  Secrétaire d'État chargée des Affaires de la femme, de l’Enfance et de la Famille Neila Chaabane Indépendante
  Secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères Ministre des Affaires étrangères Fayçal Gouiaa Indépendant
  Secrétaire d'État à la Gouvernance et à la Fonction publique Présidence du gouvernement Anouar Ben Khelifa Indépendant

Féminisation du gouvernementModifier

Le gouvernement compte trois femmes sur 29 membres : Nejla Moalla Harrouch, ministre du Commerce et de l'Artisanat, Amel Karboul, ministre du Tourisme, et Neila Chaabane, secrétaire d’État chargée des Affaires de la femme, de l’Enfance et de la Famille.

RéférencesModifier