Gouvernement Ernest Courtot de Cissey

Gouvernement Ernest Courtot de Cissey

Troisième République

Description de cette image, également commentée ci-après
Le gouvernement Ernest Courtot de Cissey
(L'Illustration, ).
président de la république Patrice de Mac-Mahon
Président du Conseil Ernest Courtot de Cissey
Formation
Fin
Durée 9 mois et 3 jours
Composition initiale
Parti politique Orléaniste
Représentation
Assemblée nationale
214  /  638
Drapeau de la France

Le gouvernement Ernest Courtot de Cissey est le gouvernement de la Troisième République en France du au .

CompositionModifier

Nominations du 22 mai 1874Modifier

Fonction Image Nom Parti politique
  Vice-président du Conseil   Ernest Courtot de Cissey Orléaniste
Fonction Image Nom Parti politique
  Ministre de la Guerre   Ernest Courtot de Cissey Orléaniste
  Ministre des Affaires étrangères   Louis Decazes[1] Orléaniste
  Ministre de la Justice   Adrien Tailhand Orléaniste
  Ministre de l’Intérieur   Oscar Bardi de Fourtou (du au ) Bonapartiste
    François de Chabaud-Latour (du au ) Orléaniste
  Ministre des Finances   Pierre Magne[1] (du au ) Bonapartiste[2]
    Pierre Mathieu-Bodet (du au ) Orléaniste
  Ministre de l'Agriculture et du Commerce   Louis Grivart Orléaniste
  Ministre de la Marine et des Colonies   Louis Raymond de Montaignac de Chauvance Orléaniste
  Ministre de l'Instruction publique, des Beaux-arts et des Cultes   Arthur de Cumont Orléaniste
  Ministre des Travaux publics   Eugène Caillaux Orléaniste
  Sous-secrétaire d'État à l'Instruction publique   Albert Desjardins[1] Orléaniste

Nominations du 23 mai 1874Modifier

Fonction Image Nom Parti politique
  Sous-secrétaire d'État à la Justice   Louis-Numa Baragnon Légitimiste
  Sous-secrétaire d'État aux Finances   Léon Lefébure[1] (du au ) Orléaniste
    Louis Passy Orléaniste

Nomination du 21 juillet 1874Modifier

Fonction Image Nom Parti politique
  Sous-secrétaire d'État à l'Intérieur   Cornélis Henri de Witt Orléaniste

Bilan des actions du gouvernementModifier

Il s'agit d'un gouvernement extra-parlementaire qui a eu pour mission de poursuivre la politique du duc de Broglie, sans lui.

La loi du 24 juillet 1874 scinde le territoire en dix-huit régions militaires. La loi du 17 juillet 1874 stipule que de nouveaux ouvrages de fortifications seront construits autour des place de Verdun. Le 5 janvier 1875, la nouvelle majorité, le Centre droit et la gauche, vote l’amendement Wallon par 353 voix contre 352. L’amendement établissait que « le président de la république est élu à la majorité des suffrages par le sénat et la chambre, réunis en Assemblée nationale ». Le nouveau ministre des finances, Bodet, crée la banque de l'Indochine. Par ailleurs, il renforce le monopole de l'état sur la fabrication des allumettes et fait voter une loi sur la conservation des registres hypothécaires.

Fin du gouvernement et passation des pouvoirsModifier

Le , Ernest Courtot de Cissey remit la démission du gouvernement au président de la République, Patrice de Mac-Mahon.

Le , Patrice de Mac-Mahon nomma Louis Buffet à la vice-présidence du Conseil.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Membre du précédent gouvernement ayant conservé son poste
  2. Guy Antonetti, Fabien Cardoni et Matthieu de Oliveira, « Magne (Pierre) », dans Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (III) : Dictionnaire biographique 1848-1870, Institut de la gestion publique et du développement économique, coll. « Histoire économique et financière - XIXe-XXe », (ISBN 978-2-8218-2827-8, lire en ligne), § 183.