Gouvernement Salwai II

Le gouvernement Salwai II est le gouvernement du Vanuatu depuis le . Il est dirigé par le Premier ministre Charlot Salwai.

Gouvernement Salwai II

Description de cette image, également commentée ci-après
Le Premier ministre Charlot Salwai.
Président de la République Nikenike Vurobaravu
Premier ministre Charlot Salwai
Élection 13 octobre 2022
Législature 13e
Formation
Durée 7 mois et 6 jours
Composition initiale
Coalition voir ci-dessous
Représentation
Parlement
29  /  52
Drapeau du Vanuatu

Formation modifier

Les élections législatives d'octobre 2022 produisent le gouvernement Kalsakau, coalition composée de huit partis politiques dont notamment l'Union des partis modérés, le parti Terre et Justice, le Parti des dirigeants et le Mouvement de réunification pour le changement. Ce gouvernement dure dix mois, avant de perdre sa majorité au Parlement de Vanuatu, l'opposition lui reprochant sa politique étrangère jugée pro-occidentale ainsi que son augmentation du salaire minimum. Le gouvernement Kilman VI formé alors en septembre 2023 ne dure toutefois qu'un mois ; plusieurs de ses membres se joignent rapidement à la nouvelle opposition. Le 6 octobre, le Parlement destitue le gouvernement Kilman par vingt-sept voix à zéro, les députés du camp Kilman ayant boycotté la séance. Les députés présents élisent alors Charlot Salwai Premier ministre[1].

Composition modifier

Le Premier ministre nomme le gouvernement suivant le 9 octobre[2],[3] :

Portefeuille Ministre Parti Circonscription
Premier ministre   Charlot Salwai RMC Pentecôte
Vice-Premier ministre,
Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et du Commerce extérieur
  Matai Seremiah LVP Luganville
Ministre du Réchauffement climatique   Ralph Regenvanu GJP Port Vila
Ministre des Finances et de l'Économie   John Salong GJP Ambrym
Ministre de l'Agriculture, de la Sylviculture, des Pêcheries et de la Biosécurité   Nako Natuman UMP Tanna
Ministre de la Santé   John Qetu NUP Ambae
Ministre de la Justice,
Ministre des Services locaux
  John Amos NM Tongoa
Ministre des Terres et des Ressources naturelles   John Timakata VP îles Shepherd
Ministre de la Jeunesse et des Sports   Tomker Netvunei LVP îles du sud
Ministre de l'Éducation   Christophe Emelee VNDP îles Torrès
Ministre de l'Intérieur   Rick Mahe RMC Santo rurale
Ministre des Infrastructures publiques   Don Ken PPP Malekula
Ministre de Commerce   Anatole Hymack UMP Malekula

Suites modifier

Le gouvernement Salwai perd rapidement sa majorité, en une période d'instabilité politique qui a vu trois gouvernements se succéder en deux mois, certains députés changeant fréquemment de camp. Le 7 novembre, le gouvernement doit renoncer à soumettre au vote du Parlement son budget, car il n'a déjà plus de majorité. Le même jour, Marc Ati, le chef du groupe Iauko, dépose au Parlement une motion de censure signée par vingt-neuf députés (donc une majorité absolue), dont les chefs du Vanua'aku Pati, de l'Union des partis modérés, du Parti du développement rural, du Parti national unifié et du Parti progressiste populaire[4].

Après une médiation par le président de la République Nikenike Vurobaravu, les partis d'opposition retirent leur motion de censure afin de ne pas aggraver l'instabilité politique qu'a connu le pays[5]. Bob Loughman et Ishmael Kalsakau, chefs des deux principaux partis d'opposition et anciens Premiers ministres, présentent publiquement à la télévision leurs excuses aux citoyens pour avoir contribué à cette instabilité au lieu de se concentrer sur les conséquences des cyclones Judy et Kevin (en) qui ont frappé le pays en mars 2023, et du cyclone Lola (en) qui a fait de même en octobre[6].

Pour consolider son gouvernement, le Premier ministre Salwai le 3 décembre y fait entrer Joshua Pikioune (député de Santo pour le Nagriamel comme ministre de l'Éducation, remplaçant Christophe Emelee, et Gracia Shadrack (député de Malekula pour le Parti des dirigeants) comme ministre des Terres, remplaçant John Timakata[7].

Le 7 décembre, le Vanua'aku Pati ayant accepté de se joindre à la majorité parlementaire en vue d'un gouvernement d'union nationale, Johnny Koanapo (député de Tanna et secrétaire général du Vanua'aku Pati) est nommé ministre de l'Intérieur. Il remplace Rick Tchamako Mahe[8].

Voir aussi modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Références modifier