Gouvernement Amato II

56ème gouvernement de la République italienne
Gouvernement Amato II
(it) Governo Amato II

République italienne

Description de cette image, également commentée ci-après
Le président du Conseil, Giuliano Amato.
Président de la République Carlo Azeglio Ciampi
Président du Conseil des ministres Giuliano Amato
Élection 21 avril 1996
Législature XIIIe
Formation
Fin
Durée 1 an, 1 mois et 17 jours
Composition initiale
Coalition DS-PPI-Dem-PdCI-RI-FdV-UDEUR-SDI
Ministres 24
Femmes 4
Hommes 20
Représentation
Chambre des députés
309  /  630
Sénat de la République
177  /  324
Drapeau de l'Italie

Le gouvernement Amato II (en italien : Governo Amato II) est le 56e gouvernement de la République italienne entre le et le , sous la XIIIe législature du Parlement républicain.

Il est dirigé par l'indépendant Giuliano Amato, à la suite de la démission de Massimo D'Alema, et repose sur une coalition entre plusieurs partis de centre gauche. Il succède au gouvernement D'Alema II et cède le pouvoir à Silvio Berlusconi et à son second gouvernement après la victoire de la coalition de droite et centre droit aux élections générales.

Historique du mandatModifier

Ce gouvernement est dirigé par l'ancien président du Conseil des ministres indépendant Giuliano Amato, précédemment ministre du Trésor. Il est constitué par une coalition de centre gauche entre les Démocrates de gauche (DS), le Parti populaire italien (PPI), Les Démocrates (Dem), le Parti des communistes italiens (PdCI), le Renouveau italien (RI), la Fédération des Verts (FdV), l'Union des démocrates pour l'Europe (UDEUR) et les Socialistes démocrates italiens (SDI). Ensemble, ils disposent de 309 députés sur 630, soit 49 % des sièges de la Chambre des députés ; et de 177 sénateurs sur 324, soit 54,6 % du Sénat de la République.

Il est formé à la suite de la démission de Massimo D'Alema, au pouvoir depuis .

Il succède donc au gouvernement D'Alema II, constitué par une alliance globalement identique.

FormationModifier

À la suite de la défaite du centre gauche aux élections régionales du 16 avril 2000, Massimo D'Alema remet sa démission le au président de la République Carlo Azeglio Ciampi, qui ne l'accepte pas immédiatement. Après deux jours de consultations avec les différentes forces politiques parlementaires, le chef de l'État confie au ministre du Trésor le mandat de constituer un nouvel exécutif, ce que ce dernier accepte avec réserve[1].

Le , après six jours de crise ministérielle, le mandataire présente sa liste de ministres au président de la République, qui les assermente le lendemain. Il obtient le la confiance de la Chambre par 319 voix pour et 298 contre, puis celle du Sénat le par 179 suffrages favorables et 112 défavorables[1].

SuccessionModifier

Giuliano Amato présente sa démission à Carlo Azglio Ciampi le , dix-huit jours après la nette victoire de la Maison des libertés (CDL) aux élections générales. Chargé le de constituer le prochain exécutif, Silvio Berlusconi présente dès le lendemain son deuxième gouvernement au président, qui obtient la confiances des deux chambres moins de deux semaines plus tard[2].

CompositionModifier

  • Par rapport au gouvernement D'Alema II, les nouveaux ministres sont indiqués en gras, ceux ayant changé d'attributions en italique.
Poste Titulaire Parti
Président du Conseil des ministres Giuliano Amato Sans
Secrétaire d'État à la présidence du Conseil des ministres
Secrétaire du Conseil des ministres
Enrico Micheli PPI
Ministres sans portefeuille
Ministre pour l'Égalité des chances Katia Bellillo PdCI
Ministre pour la Fonction publique Franco Bassanini DS
Ministre pour les Affaires régionales Agazio Loiero UDEUR
Ministre pour la Solidarité sociale Livia Turco DS
Ministre pour les Relations avec le Parlement Patrizia Toia PPI
Ministre pour les Réformes institutionnelles Antonio Maccanico Dem
Ministre pour les Politiques communautaires Gianni Francesco Mattioli (à partir du 15/05/2000) FdV
Ministres
Ministre des Affaires étrangères Lamberto Dini RI
Ministre de l'Intérieur Enzo Bianco Dem
Ministre de la Justice Piero Fassino DS
Ministre des Finances Ottaviano Del Turco SDI
Ministre du Trésor, du Budget et de la Planification économique Vincenzo Visco DS
Ministre de la Défense Sergio Mattarella PPI
Ministre de l'Éducation Tullio De Mauro Sans
Ministre des Travaux publics Nerio Nesi PdCI
Ministre des Communications Salvatore Cardinale UDEUR
Ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat
Ministre du Commerce extérieur
Enrico Letta PPI
Ministre du Travail et de la Sécurité sociale Cesare Salvi DS
Ministre de la Santé Umberto Veronesi Sans
Ministre pour les Biens et les Activités culturels Giovanna Melandri DS
Ministre de l'Environnement Willer Bordon Dem
Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et technologique Ortensio Zecchino PPI
Ministre des Politiques agricoles et forestières Alfonso Pecoraro Scanio FdV
Ministre des Transports et de la Navigation Pier Luigi Bersani DS

Notes et référencesModifier

  1. a et b (it) Chambre des députés, « Crisi del II Governo D'Alema e formazione del II Governo Amato », sur leg13.camera.it (consulté le ).
  2. (it) Chambre des députés, « Dimissioni del II Governo Amato e formazione del II Governo Berlusconi », sur leg14.camera.it (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier