Gotabaya Rajapaksa

homme d'État sri-lankais

Gotabaya Rajapaksa
ගෝඨාභය රාජපක්ෂ (si)
கோட்டாபய ராஜபக்ஸ (ta)
Illustration.
Gotabaya Rajapaksa en 2019.
Fonctions
Président de la République démocratique socialiste du Sri Lanka
[N 1]
(2 ans, 7 mois et 26 jours)
Élection 16 novembre 2019
Premier ministre Mahinda Rajapakse
Ranil Wickremesinghe
Prédécesseur Maithripala Sirisena
Successeur Ranil Wickremesinghe
Ministre de la Défense

(1 an, 8 mois et 19 jours)
Président Lui-même
Premier ministre Mahinda Rajapakse
Prédécesseur Maithripala Sirisena (indirectement)
Successeur Ranil Wickremesinghe
Ministre de la Technologie

(1 an, 7 mois et 18 jours)
Président Lui-même
Premier ministre Mahinda Rajapaksa
Ranil Wickremesinghe
Gouvernement Rajapaksa IV
Wickremesinghe VI
Prédécesseur Susil Premajayantha
Successeur Ranil Wickremesinghe (intérim)
Secrétaire du Ministre de la Défense
et à l'Urbanisme

(9 ans, 1 mois et 14 jours)
Président Mahinda Rajapaksa
Premier ministre Ratnasiri Wickremanayake
D.M. Jayaratne
Gouvernement Wickremanayake II
Jayaratne
Prédécesseur Asoka Jayawardena
Successeur B. M. U. D. Basnayake
Biographie
Nom de naissance Nandasena Gotabaya Rajapaksa
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Weeraketiya (Dominion de Ceylan)
Nationalité sri-lankaise
Parti politique SLPP
Fratrie Mahinda Rajapaksa

Gotabaya Rajapaksa
Présidents de la République démocratique socialiste du Sri Lanka

Gotabaya Rajapaksa (en singhalais : ගෝඨාභය රාජපක්ෂ, Goṭhābhaya Rājapakṣa ; en tamoul : கோட்டாபய ராஜபக்ஸ), né le à Weeraketiya, est un homme d'État sri-lankais. Il est élu président de la République le , mais est contraint de démissionner de ce poste le en raison de la crise politique qui touche son pays depuis avril de la même année.

BiographieModifier

FamilleModifier

Son père Don Alwin Rajapaksa (en) était un homme politique influent du Dominion de Ceylan, député de 1947 à 1965 et ministre de l'Agriculture de 1959 à 1960 dans le gouvernement de Wijayananda Dahanayake.

Son frère aîné Mahinda Rajapaksa a été Premier ministre de 2004 à 2005 puis président de la République de 2005 à 2015. Ses autres frères, Chamal Rajapaksa (en) et Basil Rajapaksa (en), sont députés au Parlement du Sri Lanka.

Enfance et étudesModifier

Carrière militaire (1971-1992)Modifier

Secrétaire d'État au ministre de la Défense (2005-2015)Modifier

Selon Mangala Samaraweera et Rajitha Senaratne, hauts responsables de la campagne de Sirisena, Mahinda Rajapaksa a tenté d'organiser un coup d'État pour rester au pouvoir quand il est devenu clair qu'il allait perdre l'élection présidentielle srilankaise de 2015[1]. Ils allèguent que Rajapaksa et son frère Gotabaya Rajapaksa, le secrétaire à la Défense, ont convoqué le Commandant de l'armée Daya Ratnayake, l'inspecteur général de la Police Illangakoon et le Procureur général Yuwanjana Wanasundera à Temple Trees le vers une heure du matin[2]. Rajapaksa aurait fait pression sur les trois responsables pour qu'ils déploient des troupes, annulent les résultats des élections et déclarent l'état d'urgence, mais ils ont refusé[3],[4]. Selon le Telegraph de Colombo, Rajapaksa voulait également dissoudre le parlement[5]. C'est seulement alors que Rajapaksa a décidé de concéder la défaite et a convoqué Wickremesinghe pour l'assurer d'une transition en douceur du pouvoir[6].

Un porte-parole de Rajapaksa a nié les allégations comme étant sans fondement[7],[8]. L'armée et la police ont également nié les allégations[9].

En 2016, est formé, à la demande de Gotabaya Rajapaksa, un nouveau mouvement de la société civile appelé Viyathmaga. Ce mouvement a permis à Rajapaksa de se faire connaître en tant que candidat aux élections et a facilité la création de sa plate-forme électorale. Alors qu'il préparait sa course présidentielle, le mouvement a produit les Vistas of Prosperity and Splendour, un programme tentaculaire pour la nation qui couvrait tout, de la sécurité nationale à la lutte contre la corruption en passant par la politique de l'éducation, aux côtés de la promesse de faire passer la nation à une agriculture entièrement biologique dans le délai d'une décennie[10].

Président de la République (2019-2022)Modifier

ÉlectionModifier

Son frère, Mahinda Rajapaksa, était président entre 2005 et 2015. Il avait battu les Tigres tamouls en 2009 dans la guerre civile qui avait duré plus de 30 ans, ce qui lui valut une certaine popularité dans la population cingalaise. Néanmoins, lors de l'élection présidentielle perdue en 2015, il a cherché à se maintenir au pouvoir par une tentative de coup d'état[11],[12]. Puis, après 3 ans de pression sur le président Maithripala Sirisena, Mahinda se fait inconstitutionnellement nommer Premier ministre, et déclenche la crise constitutionnelle de 2018, où 2 premiers ministres sont en fonction[13]. Il démissionnera le [14].

Alors que des terroristes islamistes commettent les attentats du , le parti politique des Rajapaksa étant ultranationaliste[15], celui-ci regagne en popularité. Néanmoins, Mahinda décide de faire concourir son frère lors du Congrès des SLPP le [16].

Gotabaya Rajapaksa est alors élu à la présidence de la République le 16 novembre 2019[17], face à Sajith Premadasa, qui était soutenu par les minorités musulmane et tamoule[18]. Il prend ses fonctions le [19].

Exercice du pouvoirModifier

Le , après la démission du chef du gouvernement sortant Ranil Wickremesinghe, il nomme son frère, l'ancien président Mahinda Rajapaksa, comme Premier ministre[20].

En réaction des attentats de 2019, il ferme des écoles musulmanes[21].

Quelques mois seulement après son élection, la pandémie de COVID-19 dévaste le secteur touristique sri-lankais, qui représentait près de la moitié des devises du pays en 2019. Dès les premiers mois de 2021, le budget et la monnaie du gouvernement sont en crise, le manque de dollars touristiques épuisant tellement les réserves de change que le Sri Lanka n'est pas été en mesure de payer ses dettes envers les créanciers chinois à la suite d'une frénésie de développement des infrastructures au cours de la décennie précédente[10].

Fin avril 2021, il annonce que le Sri Lanka serait le premier pays du monde à devenir à 100 % producteur d'aliments biologiques, et interdit aussitôt l'importation de tous les produits chimiques phytosanitaires destinés à l'agriculture. Il confie sa politique agricole à des partisans du bio, dont beaucoup sont impliqués dans des entreprises susceptibles de bénéficier de l'interdiction des engrais[10]. Le résultat est brutal et rapide. Contrairement aux affirmations selon lesquelles les méthodes biologiques peuvent produire des rendements comparables à l'agriculture conventionnelle, la production nationale de riz, rien qu'au cours des six premiers mois, chute de 20 %. Le Sri Lanka, longtemps autosuffisant en production de riz, est contraint d'importer pour 450 millions de dollars de riz alors même que les prix intérieurs de cet aliment de base du régime alimentaire national ont bondi d'environ 50 %. L'interdiction a également dévasté la récolte de thé du pays, sa principale exportation et source de devises[10]. Six mois plus tard, il doit faire machine arrière, en annonçant la levée de l'interdiction de tous les produits agrochimiques[22],[23]. Confronté à des manifestations de colère, à une inflation galopante et à l'effondrement de la monnaie sri-lankaise, le gouvernement suspend finalement la politique, en février 2022, pour plusieurs cultures clés, dont le thé, le caoutchouc et la noix de coco, bien qu'elle se poursuive pour d'autres[10].

Crise politique de 2022 et démissionModifier

Le printemps 2022 est marqué par une crise politique qui commence par des manifestations provoquées par les difficultés économiques. Les participants réclament la démission des frères Rajapaksa de leurs fonctions respectives[24]. Le , après de violents affrontements entre partisans et opposants du pouvoir, le Premier ministre Mahinda Rajapaksa démissionne et est remplacé par Ranil Wickremesinghe.

La crise rejaillit cependant au début de l'été suivant avec la reprise des manifestations. Le , malgré l'instauration d'un couvre-feu la veille, des dizaines de milliers de manifestants marchent sur la résidence présidentielle au centre de Colombo, forçant le président à s'enfuir. Ce dernier est alors pris en charge par l'armée qui assure sa sécurité[25]. La résidence du Premier ministre est également investie par les émeutiers qui l'incendient. D'importantes forces de police sont déployées dans la capitale économique pour tenter de disperser la foule à l'aide de gaz lacrymogènes[26].

Le même jour, le président du Parlement Mahinda Abeywardana annonce à la télévision que le président Rajapaksa devrait démissionner la semaine suivante, probablement le , afin « d'assurer une transition pacifique » du pouvoir[26]. Cette démission mettra fin à une domination des Rajapaksa qui étaient au pouvoir depuis 2005. Le Premier ministre annonce également son intention de démissionner[27].

Gotabaya Rajapaksa fuit sa résidence officielle à Colombo avant qu’elle ne soit prise d’assaut par des manifestants[27], et embarque sur un navire militaire en route pour une base militaire du nord-est de l’île[28]. Le président du Parlement affirme que les législateurs désigneront le nouveau président député d’ici une semaine, mais aucun candidat ne semble rassembler une majorité de suffrages[28]. Il tente ensuite sans succès de prendre le 12 juillet un vol pour Dubaï mais il est refoulé par les services de douane[29]. Il signe alors sa lettre de démission datée du lendemain[30]. Il quitte finalement le pays à bord d'un avion de l'armée pour se rendre aux Maldives le 13 juillet. Après sa démission, le Premier ministre Ranil Wickremesinghe doit lui succéder par intérim jusqu'à l'élection d'un nouveau président par le Parlement[31]. Il nomme effectivement celui-ci pour assurer l'intérim[32]. Cette décision provoque l'envahissement du siège du gouvernement par les protestataires alors que le président par intérim décrète l'état d'urgence et un couvre-feu et appelle les forces de sécurité à « faire le nécessaire pour rétablir l'ordre » pour ne pas « permettre aux fascistes de prendre le pouvoir »[33].

Le 14 juillet, Rajapaksa arrive à Singapour à bord d'un avion de ligne. Il envoie sa lettre de démission par mail au président du Parlement. Le jour même, les manifestants tentent sans succès de prendre d'assaut le Parlement mais ils sont repoussés par les forces de sécurité. Au même moment, ils se retirent du palais présidentiel et du siège du gouvernement, avant leur reprise par les forces de l'ordre[34].

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Perd le contrôle du palais présidentiel qu'il fuit le 9 juillet 2022 lors de la Révolution srilankaise. En exil au Sri Lanka à partir du 13 juillet, il démissionne le lendemain, après avoir chargé la veille le Premier ministre Ranil Wickremesinghe de l'intérim.

RéférencesModifier

  1. http://www.aljazeera.com/news/southasia/2015/01/sri-lanka-rajapaksa-coup-attempt-2015111836468689.html
  2. « Video : UNP - UPFA trying to destabilise » [vidéo], sur Dailymirror.lk (consulté le ).
  3. Meera Srinivasan, « Sirisena govt. to probe Rajapaksa’s ‘coup’ bid », The Hindu,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. « Sri Lanka’s new president promises ‘no more abductions, no more censorship’ », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. (en) « Gota Flees To Maldives By Air Force Plane - Colombo Telegraph », sur Colombo Telegraph, (consulté le ).
  6. (en) « MR Plots To Prevent His Regime's Corruption From Being Revealed - Colombo Telegraph », sur Colombo Telegraph, (consulté le ).
  7. (en) « Defeated SL leader 'sought army help' », sur Bbc.com, BBC News, (consulté le ).
  8. (en) Shihar Aneez, « Sri Lanka army defied order to keep Mahinda Rajapaksa in power, says aide », The Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. (en) Gordon Fairclough, « Rajapaksa Sought Help ‘By Force,’ Opponents Say », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. a b c d et e (en) Ted Nordhaus et Saloni Shah, In Sri Lanka, Organic Farming Went Catastrophically Wrong, foreignpolicy.com, 5 mars 2022
  11. (en) « Sri Lanka 'peaceful transition' questioned », sur AL Jazeera (consulté le )
  12. (en) « Sirisena govt. to probe Rajapaksa’s ‘coup’ bid », sur The Hindu (consulté le )
  13. « Crise au Sri Lanka : la suspension du Parlement levée », sur Le Monde (consulté le )
  14. « Sri Lanka: démission du premier ministre », sur Le Figaro (consulté le )
  15. « Le retour du clan Rajapaksa, autoritaire et ultranationaliste, plébiscité par la majorité cinghalaise, inquiète les minorités. », sur Le Monde (consulté le )
  16. (en) « Gotabaya Rajapaksa Named Presidential Candidate », sur Asian Tribune (consulté le )
  17. Harold Thibaut, « Au Sri Lanka, le pouvoir en famille », sur lemonde.fr, (consulté le )
  18. (en) « Sri Lanka: Rajapaksa wins presidency as Premadasa concedes », sur aljazeera.com, novembre 2019
  19. « Gotabaya Rajapaksa prête serment comme président du Sri Lanka », sur Le Point, .
  20. Le Point, magazine, « Deux frères du puissant clan Rajapaksa à la tête du Sri Lanka », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  21. (en) « Chaos in Sri Lanka after protesters seize prime minister’s office », sur www.washingtonpost.com, The Washington Post, (consulté le ).
  22. Jérôme Cristiani, Premier pays au monde passé à l'agriculture 100% bio, le Sri Lanka fait machine arrière et réintroduit les pesticides, latribune.fr, 23 novembre 2021
  23. Carole Dieterich, Au Sri Lanka, le fiasco du 100 % bio, lesechos.fr, 17 mai 2022
  24. « Sri Lanka : manifestation massive à Colombo contre le président Rajapaksa », sur France 24,
  25. « Au Sri Lanka, le président Rajapaksa en fuite, le Premier ministre convoque une réunion d’urgence », Libération,
  26. a et b Le Monde avec AP, AFP et Reuters, « Sri Lanka : le président Gotabaya Rajapaksa annonce sa démission », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne  , consulté le )
  27. a et b « Sri Lanka : le président Gotabaya Rajapaksa annonce sa démission », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. a et b « « Notre lutte n’est pas finie » : au Sri Lanka, les manifestants qui occupent le palais entendent rester », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  29. « Sri Lanka : refoulé à l'aéroport, le président tenterait de fuir par la mer », sur TV5MONDE, (consulté le ).
  30. (en) Republic World, « Sri Lanka Prez Rajapaksa signs his resignation letter dated July 13 amid protest: Report », sur Republic World, (consulté le ).
  31. AFP, « Le président du Sri Lanka a quitté son pays pour les Maldives », sur Le Temps, (consulté le ).
  32. (en) Press Trust of India, « Sri Lankan PM Ranil Wickremesinghe appointed as acting President: Speaker », sur www.business-standard.com, (consulté le ).
  33. Le Point, magazine, « Sri Lanka: la foule envahit les bureaux du Premier ministre, le président en fuite », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  34. « Sri Lanka: le président démissionne, les manifestants évacuent les bâtiments occupés », sur Libération (consulté le )

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :