Gordon G. Chang

juriste américain

Gordon Guthrie Chang (chinois simplifié : 章家敦 ; pinyin : Zhāng Jiādūn), né le à Long Branch, dans le New Jersey, est un juriste, journaliste et auteur américain d'origine chinoise. Il est connu mondialement pour la non réalisation de sa prédiction en 2001 d'un effondrement du système financier de la Chine et de son gouvernement communiste au plus tôt en 2006, au plus tard en 2011 puis à nouveau en 2012[1],[2].

Gordon G. Chang
Voa chinese Gordon Chang 22jan10 300.jpg
Gordon Chang en 2010
Biographie
Naissance
Formation
Université Cornell
Lycée Columbia (en)
Faculté de droit de Cornell (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Site web

BiographieModifier

OriginesModifier

La famille de Gordon G. Chang est originaire de la petite ville de Rugao, dans la province du Jiangsu, en Chine continentale[3],[4]. Son père quitta la Chine en 1944 et émigra aux États-Unis[5].

FormationModifier

Gordon Chang fait ses études secondaires à la Columbia High School (en), à Maplewood dans le New Jersey, où il est délégué de classe en dernière année.

Il sort diplômé en 1973 de l'université Cornell, où il était membre de la société Quill and Dagger (en), et en 1976 de la Cornell Law School (en) à Ithaca, dans l'État de New York[6].

JuristeModifier

Pendant au moins deux décennies, il vit et travaille en Chine, à Hong Kong comme associé dans le cabinet international Baker & McKenzie, puis à Shanghai comme avocat du cabinet américain Paul, Weiss, Rifkind, Wharton & Garrison (en)[6],[7].

JournalisteModifier

Gordon Chang est chroniqueur attitré de la revue américaine Forbes. Ses articles sont aussi publiés dans The New York Times, The Wall Street Journal, International New York Times, Commentary, Weekly Standard, National Review et Barron's[8].

PronostiqueurModifier

Le , dans un article paru sur le site The Nationalist Interest, Chang a prédit la survenue d'une révolution en Chine[9].

ExpertModifier

Pour le professeur John Ross, s'exprimant dans Beijing Review en 2012, le fait que Forbes continue, malgré tout, à employer Gordon Chang comme « expert de la Chine », donne une idée de la partialité bien peu scientifique de son employeur[10].

Accueil critiqueModifier

L'effondrement imminent de la Chine (2001)Modifier

Gordon Chang est connu dans le monde entier pour son livre L'effondrement imminent de la Chine (2001)[11],[2], dans lequel il affirmait que les prêts improductifs cachés des Big Four, les quatre grandes banques d'État chinoises, allaient probablement faire s'effondrer le système financier de la Chine et son gouvernement communiste au plus tôt en 2006, au plus tard en 2011. Le , il fixait à sa prédiction une nouvelle date imminente : 2012[12],[1]. Se penchant sur cette prédiction récurrente, le futurologue Brian Wang a l'impression que l'auteur part du principe que la Chine doit s'effondrer et qu'ensuite il s'efforce de trouver les raisons possibles d'un tel effondrement dans les aspects qu'il n'aime pas de la Chine actuelle[13]. Selon Peter Navarro, Chang pour sa défense ne pouvait pas prévoir l’erreur colossale du président Bill Clinton et du Congrès républicain qui ouvrirent une voie mercantile à la Chine quand elle entra dans l'OMC de façon effective le , cinq mois après la publication de son livre. Navarro se demande cependant si l'effondrement imminent de la Chine ne sera pas la revanche de Gordon Chang[14].

Nuclear Showdown: North Korea Takes On the World (2006)Modifier

Pour le journaliste américain Joseph Kahn, l'ouvrage Nuclear Showdown: North Korea Takes On the World (2006) de Gordon Chang montre comment les États-Unis, la Chine et la Corée du Sud ont permis à la Corée du Nord, une nation rebelle qui savait à peine fabriquer des vélos, de devenir une puissance nucléaire, une crise qui a germé dans les années 1950, pris racine pendant la guerre froide et culminé dans les années 1990[15].

Fateful Ties: A History of America’s Preoccupation with China (2014)Modifier

Pour Eva Shan Chou, professeur à l'université de New York, Gordon Chang – qu'elle qualifie d'« historien » avec la publication de son livre Fateful Ties: A History of America’s Preoccupation with China (2014) – aborde les idées préconçues sur la Chine ayant pu conduire à des actions et des politiques de grande portée par les États-Unis, mais aussi l'histoire des interactions américano-chinoises[16].

PublicationsModifier

LivresModifier

ArticlesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b (en) Jamie Kenny, Don’t write off China’s ruling party just yet, The National, March 28, 2015 : Doomsayer Gordon Chang published a book in 2001 titled The Coming Collapse of China, an event he said would take place within five years – or 10 at the most. The anniversaries rolled round and China kept right on going. Undaunted, Mr Chang continued to prophesise. “Instead of collapsing in 2011, the mighty Communist Party of China will collapse in 2012,” he wrote four years ago. “Bet on it.”
  2. a et b (en) Claude Arpi, Will China Collapse?, Indian Defence Review, 16 mars 2015 : It reminds me of another China 'expert' who some 15 years ago, became world famous by predicting "the coming collapse of China". Since then the 'expert' continues to prophesy the same thing, using the same arguments, just changing figures and scenarios from time to time.
  3. (en) $3.9 Trillion Of Local Gov Debt In China . . . And Counting, Forbes, 30 septembre 2013, cliquer sur Full bio.
  4. (en) Gordon G. Chang, China's Economy: Third Stage of economic Collapse, Economy and Markets daily, August 4, 2014 : In my dad's hometown of Rugao, a small city in Jiangsu province across the Yangtze River from Shanghai.
  5. (en) Ching M. Alano, Gordon Chang in China: Coffee, tea or sympathy?, philstar, December 8th, 2002. : my father went to the US. He left in 1944 before the end of the war.
  6. a et b (en) Cornell Law School : A 1976 graduate of Cornell Law School, Gordon Chang has lived and worked in China and Hong Kong for almost two decades, most recently in Shanghai, as counsel to the American law firm Paul, Weiss, Rifkind, Wharton & Garrison.
  7. (en) Présentation de l'auteur sur le site du Sarah Lawrence College : He lived and worked in China and Hong Kong for almost two decades, most recently in Shanghai, as Counsel to the American law firm Paul Weiss and earlier in Hong Kong as Partner in the international law firm Baker & McKenzie.
  8. (en) Susan Yoshihara, Douglas A. Sylva, Population Decline and the Remaking of Great Power Politics, Potomac Books, Inc., 2012, (ISBN 1597975508 et 9781597975506), p. 283.
  9. (en) "China's Coming Revolution", The Nationalist Interest, May 21, 2016.
  10. (en) John Ross (a visiting professor at Antai College, Shanghai Jiao Tong University), An Awesome Decade of Growth and Fallacy, Beijing Review, 26 septembre 2012 : It is a measure of unscientific bias that Gordon Chang continues to be retained as a "China expert" by Forbes.
  11. Thorsten Botz-Bornstein, La Chine contre l'Amérique: culture sans civilisation contre civilisation sans culture ?, Questions contemporaines, l'Harmattan, 2012, (ISBN 2296964265 et 9782296964266), p. 15 et suivantes.
  12. (en) Gordon G. Chang, The Coming Collapse of China: 2012 Edition. I admit it: My prediction that the Communist Party would fall by 2011 was wrong. Still, I'm only off by a year, foreignpolicy.com, December 29, 2011 (Alors oui, je me suis trompé. Ce n’est pas en 2011 mais en 2012 que le puissant Parti communiste chinois tombera. On parie ?).
  13. (en) Brian Wang, Why is China doomer Gordon Chang so wrong?, nextBigFuture, December 26, 2011 : It seems that Gordon Chang starts from the premise that China must collapse and then works back to find his favorite reason based on things he personally does not like about China as it exists today.
  14. (en) Peter Navarro, The Revenge of Gordon Chang and the Coming Collapse of China?, 2 mai 2016
  15. (en) Joseph Kahn (en), 'Nuclear Showdown: North Korea Takes on the World,' By Gordon G. Chang, The New York Times, 7 mai 2006.
  16. (en) Eva Shan Chou, Fateful Ties: A History of America’s Preoccupation with China, by Gordon H. Chang, Times Higher Education, 16 juillet 2015.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :