Gonfanon de la Justice

peinture de Le Pérugin

Gonfanon de la Justice (ou Gonfalon de la Justice[1] plus proche de l'italien : Gonfalone della Giustizia) est une peinture religieuse, une tempera et huile sur toile du Pérugin, datant de 1501 environ et conservée à la Galerie nationale de l'Ombrie à Pérouse.

Gonfanon de la Justice
Pietro Perugino cat44.jpg
Artiste
Date
1501 env
Type
Tempera et huile sur toile
Dimensions (H × L)
278 × 138 cm
Mouvement
Collection
Localisation

HistoireModifier

L'œuvre est une bannière de procession, un gonfalon destiné aux frères de la « Confrérie de la Justice » de Pérouse. Il s'agit d'une œuvre réalisée à l'apogée de la popularité du maître.

Le gonfanon utilisé durant les processions publiques a été réalisé durant la période correspondant à l'apogée de la popularité de l'artiste, après les succès du cycle pictural de la Sala delle Udienze del Collegio del Cambio, quand il « tenait boutique » simultanément à Florence et à Pérouse.

ThèmeModifier

L'œuvre reprend la représentation récurrente dans la peinture chrétienne de la Vierge à l'Enfant (ou Madone), représentant la Vierge Marie avec l'Enfant Jésus, ici accompagnés d'anges et de religieux, dans les cieux, donc une « Vierge en gloire ».

DescriptionModifier

L'œuvre représente, sur deux registres, la Vierge en gloire entre anges et séraphins au-dessus des saints François d'Assise et Bernardin de Sienne agenouillés, auréolés, reconnaissables à leurs attributs : François et ses stigmates, Bernardin à son profil caractéristique et au monogramme du Christ IHS (flottant devant lui) avec en arrière-plan une vue de Pérouse et de ses habitants agenouillés, femmes à droite, hommes à gauche, d'autres en pénitents blancs cagoulés de la « Confrérie de la Justice », les commanditaires du gonfalon.

AnalyseModifier

Bien que l'œuvre possède une grande finesse compositive et chromatique, le schéma reste constitué d'un assemblage de dessins du répertoire du Pérugin. La Vierge et l'Enfant par exemple est une reproduction similaire de celle du Retable de Fano, les deux anges dorés disposés symétriquement se retrouvent dans de nombreuses compositions de ces mêmes années comme dans La Résurrection de San Francesco al Prato, La Vierge en gloire et saints de Bologne et La Vierge de la consolation.

Notes et référencesModifier

  1. Daniel Arasse

SourcesModifier

BibliographieModifier

  • Vittoria Garibaldi, Perugino, in Pittori del Rinascimento, Scala, Florence, 2004 (ISBN 888117099X)
  • F. Santi, Gonfaloni umbri del Rinascimento, pérouse, 1976.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • Daniel Arasse, Faire croire. Modalités de la diffusion et de la réception des messages religieux du XIIe au XVe siècles, vol. Actes de table ronde de Rome, Publications de l'École française de Rome, coll. « Actes de table ronde de Rome (22-23 juin 1979) », (lire en ligne), p. 145