Gondoin d'Alsace

Gondoin d'Alsace
Titre
Duc d'Alsace
– ap. 667
Successeur Boniface d'Alsace
Biographie
Titre complet Duc d'Alsace
Date de décès
Père Guerner
Mère X de Meaux
Conjoint Saratrude
Enfants Sainte Salaberge

Leudinus Bodo et Fulculf Bodo

Gondoin d'Alsace († [1]), fut seigneur de l'Ornois et de Toul, du Bassigny/Bolenois, et premier duc d'Alsace entre 640 et environ 656.

AscendanceModifier

Selon le généalogiste Christian Settipani, il serait un neveu de Warnachaire II, maire du palais de Bourgogne, et issu d'une sœur de Chagnéric, comte de Meaux (voir Faronides).

BiographieModifier

En revenant d’une mission, l’abbé Eustase de Luxeuil, lui avait rendu visite dans sa villa située en bord de Meuse. Gondoin lui présenta ses deux fils, puis guérit grâce à une « onction d’huile bénite » la jeune Salaberge, sa fille qui était aveugle[2].

Vers 634 Gondoin fonde l'abbaye de Moutier-Grandval (Granfeld[3]) (un des premiers couvents fondés en territoire alaman).

En 640, le roi d'Austrasie fonde le duché d'Alsace (qui durera jusqu'en 754) pour assurer sur le Rhin la sécurité face au puissant et indépendant duché de Saxe-Alémanie. Sundgau et Nordgau sont fusionnés sous l’autorité d’un seul duc, d’un seul administrateur royal (Domesticus) et d’un seul évêque, les trois résidant à Strasbourg.

Il nomme Gondoin d'Alsace premier duc d'Alsace.

Celui-ci favorise avec ses successeurs l'expansion du christianisme en créant des abbayes qui assurent l'évangélisation. Boniface d'Alsace lui succède au titre de duc d'Alsace.

DescendanceModifier

Gondoin épouse Saratrude avec qui il a cinq enfants dont :

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Suzanne Martinet (bibliothécaire de la ville de Laon, présidente de la Société historique de Haute-Picardie), L’abbaye Notre-Dame la Profonde et les deux premières abbesses, une biographie de sainte Salaberge et de son père Gandoin, duc de l'Ornois.
  2. Jean Nicolas Jager, Histoire de l'Église catholique en France, d'après les documents les plus authentiques, depuis son origine jusqu'au concordat de Pie VII, publié par A. Le Clere, 1862, p. 197
  3. Jean Nicolas Jager, op. cité p. 288
  4. Suzanne Martinet, op.cité, p. 67
  5. Jean Nicolas Jager, op. cité p. 290