Ouvrir le menu principal

Gombo

plante à fleurs originaire d'Afrique

Abelmoschus esculentus

Le gombo (Abelmoschus esculentus), appelé lalo à l'île de La Réunion et à l'île Maurice, calou en Guyane, calalou en Haïti ou okra en Louisiane[1] et plus généralement dans le sud des États-Unis, est une espèce de plante tropicale à fleurs originaire d'Afrique, proche de l'hibiscus, appartenant à la famille des Malvaceae.

Son fruit est une capsule de forme pyramidale récoltée verte et employée comme légume et comme condiment. Sa section transversale montre cinq carpelles qui forment un pentagone régulier. Sa peau est couverte de soies duveteuses.

Sommaire

NomModifier

Noms vernaculaires : corne grecque, bamya (Grèce), gnawia ou ganaouia (Algérie) (Tunisie)[2], son nom au Maroc est mloukhia[3], 'Gàn, aussi gwán en Bambara au Mali[4], 'darraba en arabe local du Tchad[5], lalo ou bamya en Turquie et au Soudan, quiabo au Brésil, kalalou ou gombo, calalou pour le fruit et lalo pour les feuilles en Haïti, lalo aussi à l'Ile Maurice, nkui au Cameroun, dongó dongó en république démocratique du Congo, fétri en langue Ewe (Togo), poût barang (ពោតបារាំង, « maïs français ») au Cambodge[6].

Le nom de « gombo » est issu du bantou de région angolaise ki-ngombo[7].

Synonymes du nom scientifique : Hibiscus esculentus L. ou H. longifolius Willd[8].

DescriptionModifier

 
Fruit et fleur de gombo

Le gombo est une grande herbe, vivace mais souvent cultivée comme annuelle, à la tige érigée pouvant atteindre 2,50 m de haut[9].

Les feuilles sont palmatilobées, de gabarit suborbiculaires, à 5-7 lobes irrégulièrement serretés. Elles sont portées par un long pétiole (jusqu’à 35 cm)[9].

Les fleurs solitaires, axillaires, sont formées d’un calice spathacé, à 5 dents, de 5 pétales de 3-4,5 cm[9], jaunes ou jaunâtres, tachés de pourpre à la base, de 5 carpelles et d’étamines soudées.

Le fruit est une capsule de 8-25 cm de long, poilue, anguleuse, ovoïde-lancéolée, longuement pointue.

HistoireModifier

Cette plante était cultivée par les Égyptiens[10], puis a été importée en Europe par les Maures espagnols au XIIe siècle. Elle fut introduite au XVIIe siècle en Amérique par les esclaves. Les esclaves et maîtres parlant le créole utilisaient ce mot pour parler des plantes en général[1].

UtilisationModifier

Usage alimentaireModifier

Le gombo est consommé dans la quasi-totalité de l'Afrique tout au long de l'année[11].

Le fruit contient une substance mucilagineuse (de texture gélatineuse) utile pour épaissir soupes et ragoûts. Le gombo se mange cru ou cuit et il fait partie de nombreux plats antillais, africains ou japonais. Il entre notamment dans la fabrication du calalou antillais. Il est par ailleurs l'élément-clé de la soupe qui accompagne le tonmtonm haïtien, plat prisé en particulier dans le Département du Sud du pays.

Il se marie bien avec la tomate, l'oignon, l'igname, le poivron ainsi qu'avec le curry, la coriandre, l'origan, le citron, le vinaigre et d'autres épices comme le ras el hanout. Il est fréquemment utilisé dans la cuisine méditerranéenne, et notamment les cuisines grecque, chypriote et libanaise.

Il est également la base du gombo, soupe cadienne typique de Louisiane[1], dans laquelle le fond est constitué de mélange de céleri, poivron vert et oignon que l'on fait revenir avec les gombos coupés en rondelles. D'autres préparations typiques du Sud des États-Unis sont les gombos braisés à la tomate et les rondelles de gombo frites.

Il est également utilisé dans des sauces avec de la viande blanche ou du poulet.

Fragile, le gombo se conserve deux à trois jours au réfrigérateur dans un sac de papier. Séché, il peut se conserver pendant plusieurs mois.

Les graines mûres, grillées, peuvent être utilisées en guise de café[12].

Le gombo est aussi une spécialité de la Côte d'Ivoire[13] où il est souvent utilisé en sauce sur du riz blanc.

Au Sénégal, le gombo est l'ingrédient de base de la soupe kandia.

Les jeunes feuilles peuvent être consommées comme des épinards ; elles sont parfois données au bétail comme fourrage[12].

Usage médical/médicinalModifier

Le mucilage du gombo a été utilisé pour accroître le volume sanguin. Les feuilles servent parfois de cataplasmes et sont utilisées pour leur propriétés émollientes et sudorifiques, et dans le traitement de la dysurie[12].

Le gombo a également été utilisé à l’Île de La Réunion. C’est ainsi que dans son journal, en date du 22 mai 1829, De Lescouble[14] décrit les oreillons et propose le remède universel et souverain de l’époque. « Céleste a le mal du mouton depuis hier. Elle a la joue et le cou extrêmement enflés et souffre beaucoup. Je lui ai mis des cataplasmes de feuilles de gombo ».

Usage industriel et artisanalModifier

Le même mucilage est utilisé dans la fabrication de papier glacé, comme agent de collage, ainsi que pour la fabrication de confiseries[12].

Les fibres de l’écorce peuvent être utilisées localement pour la confection de cordelette, de papier et de carton[12].

ProductionModifier

Ce légume est cultivé partout sous les tropiques.

Production en tonnes. Chiffres 2003-2004
Données de FAOSTAT (FAO)
2003 2004
Inde 3 530 000 72 % 3 550 000 72 %
Nigéria 730 000 15 % 730 000 15 %
Pakistan 110 000 2 % 110 000 2 %
Ghana 100 000 2 % 100 000 2 %
Bénin 85 333 2 % 86 000 2 %
Égypte 85 000 2 % 85 000 2 %
Autres pays 251 721 5 % 251 835 5 %
Total 4 892 054 100 % 4 912 835 100 %

Voir aussiModifier

NotesModifier

  1. a b et c Zachary Richard, Sylvain Godin et Maurice Basque, Histoire des Acadiennes et des Acadiens de la Louisiane, Lafayette, Université de Louisiane à Lafayette Press, , 130 p. (ISBN 9781935754183), p. 80
  2. « Sauté de veau tunisien aux gombos ou Markat gnawia »
  3. Mariem Bennani, « Le gombo, coupe faim et effet Viagra », sur www.lereporter.ma, (consulté le 6 février 2019)
  4. « Bamadaba bamanankan daɲɛgafe / dictionnaire du Corpus bambara de référence – gán » (consulté le 13 février 2019)
  5. (de) « Die Küche des Tschad »
  6. Pauline Dy Phon, វចនានុក្រមរុក្ខជាតិប្រើប្រាស់ក្នុងប្រទេសកម្ពុជា, Dictionnaire des Plantes utilisées au Cambodge, Dictionary of Plants used in Cambodia, ភ្នំពេញ Phnom Penh, បោះពុម្ពលើកទី ១, រោងពុម្ព ហ ធីម អូឡាំពិក (រក្សាសិទ្ធិ៖ អ្នកគ្រូ ឌី ផុន) គ.ស. ២០០០, ទំព័រ ៣៤៣-៣៤៤, 1st edition: 2000, Imprimerie Olympic Hor Thim (© Pauline Dy Phon), 1er tirage : 2000, Imprimerie Olympic Hor Thim, p. 1.
  7. CNRTL
  8. « Abelmoschus esculentus (L.) Moench — The Plant List », sur www.theplantlist.org (consulté le 6 février 2019)
  9. a b et c (en) Référence Flora of Pakistan : Abelmoschus esculentus (consulté le )
  10. (en) « Abelmoschus esculentus (L.) »
  11. (de) « Okraschote »
  12. a b c d et e (fr) J.S. Siemonsma et C. Kouamé, « Abelmoschus esculentus (L.) Moench », sur prota.org, PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), (consulté le 21 février 2012)
  13. « Sauce Gombo s frais ( kopé) » : « Servez avec du riz »
  14. Renoval de Lescouble J-B. Journal d’un colon de l’île de Bourbon (1811-1838). L’Harmattan. Editions du Tramail, Saint-Denis.

RéférencesModifier

  • Jacques Fournet, Flore illustrée des phanérogames de Guadeloupe et de Martinique, Gondwana editions, Cirad,
    Tome 1 (ISBN 2-87614-489-1) ; Tome 2 (ISBN 2-87614-492-1)

AnnexesModifier

Références taxinomiquesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier