Ouvrir le menu principal

Godefroi d'Estrades

diplomate français et maréchal de France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Godefroi.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Destrade.

Godefroi d'Estrades
Godefroi d'Estrades

Naissance 1607
Agen
Décès (à 79 ans)
Paris
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Dignité d'État Maréchal de France
Commandement Gouverneur de Dunkerque
Autres fonctions Page de Louis XIII
Maire perpétuel de Bordeaux
Ambassadeur

Godefroi, Comte d'Estrades, né en 1607 à Agen et mort le 26 février 1686 à Paris, était un diplomate français et maréchal de France, maire perpétuel de Bordeaux, vice-roi de la Nouvelle-France.

Sommaire

BiographieModifier

Fils de François d'Estrades, maréchal de camp d'Henri IV, il est le frère de Jean d'Estrades, qui sera évêque de Condom en 1648.

Il devient page de Louis XIII puis chevalier des ordres du Roi avant de combattre à 19 ans pour le prince Maurice de Nassau. Il rejoint ensuite l'armée française, commandée par le cardinal de La Valette, et obtient le grade de maréchal de camp. Il s'illustre en Catalogne en 1651 pendant la guerre de Trente Ans et remplit plusieurs missions importantes en Allemagne, en Hollande, en Savoie et en Angleterre.

Il épouse le 26 avril 1637 Marie de Lallier du Pin, avec qui il aura cinq enfants.

 
Louis-Godefroy, Comte d'Estrades (1607-1686), Ambassadeur, Maréchal de France par Picart Etienne, Le Romain (dit) (1631-1721).

En 1653, Mazarin, à qui il reste fidèle pendant la Fronde, le nomme lieutenant général et maire perpétuel de Bordeaux.

En 1650, il devient gouverneur de Dunkerque en remplacement du maréchal de Rantzau. C'est à ce titre qu'il doit remettre la ville aux Anglais après la bataille des Dunes contre les Espagnols. En 1662, c'est lui qui négocie pour Louis XIV le rachat de Dunkerque à Charles II d'Angleterre[1].

Alors ambassadeur de France en Angleterre, dans une dispute engagée au sujet de la préséance, il reçoit à Londres du baron de Watteville, représentant de l'Espagne, une insulte dont Louis XIV exige une réparation éclatante.

 
Le maréchal d'Estrades

Ambassadeur en Hollande en 1667, il signe le Traité de Breda avec le Danemark. Il suit Louis XIV à la conquête de la Hollande, participe au siège de Maastricht et gagne le bâton de maréchal de France en 1675 par la prise de Liège. Il fait partie des plénipotentiaires dans la négociation de la paix de Nimègue en 1678.

Gouverneur de Philippe d'Orléans, il a laissé des Lettres et Mémoires, imprimées à La Haye, 1743 (9 volumes in-12). Son fils aîné Louis, marié à Charlotte Thérèse de Rune, dame de Fouquesolle, lui succède comme gouverneur de Dunkerque et maire perpétuel de Bordeaux. Son autre fils Jean-François deviendra abbé de Moissac et de Saint-Melaine de Rennes puis ambassadeur à Venise et en Piémont.

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
 
 

Écartelé: au 1, de gueules, au palmier d'or, posé sur une terrasse de sinople, au lion léopardé d'argent couché sur la terrasse (Estrades); au 2, d'azur, à la fasce d'or, acc. de trois têtes de léopards d'or (La Pole-Suffolk)   ; au 3, écartelé en sautoir de sinople et d'or, le sinople chargé d'une bande de gueules bordée d'or, l'or chargé des mots AVE MARIA en pal à dextre et GRATIA PLENA à senestre en lettres d'azur (Mandosse - Mendoza)   ; au 4, de gueules, à sept losanges d'argent, 3, 3 et 1 (Arnoul). Couronne. Supports: deux lions.[2]

Notes et référencesModifier

  1. Michel Vergé-Franceschi, Le Masque de fer, Fayard 2009, p. 192
  2. Michel Popoff (préf. Hervé Pinoteau), Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, , 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)

SourcesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier