Ouvrir le menu principal

Gniezno
Gnesne, Gnesen
Blason de Gniezno
Héraldique
Gniezno
Intérieur de la cathédrale – nef principale, place du Marché, sculptures sur le toit de la cathédrale, vue générale, monument du roi Boleslas Chrobry (le Brave), détails du portail de Gniezno, musée des origines de l’État polonais, peinture murale près de la cathédrale, sculpture en bois du parc de la Sculpture situé près du musée OEP.
Administration
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Région Grande-Pologne
District Gniezno
Commune Gniezno
Maire Tomasz Budasz
Code postal 62-200 à 62-210
Indicatif téléphonique international +(48)
Indicatif téléphonique local 61
Immatriculation PGN
Démographie
Population 69 526 hab. (2010[1])
Densité 1 700 hab./km2
Géographie
Coordonnées 52° 32′ 00″ nord, 17° 36′ 00″ est
Superficie 4 090 ha = 40,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte administrative de Pologne
City locator 14.svg
Gniezno

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte topographique de Pologne
City locator 14.svg
Gniezno
Liens
Site web http://www.um.gniezno.pl

Gniezno (en français Gnesne, en allemand Gnesen, en latin Gnesna) est une ville d'environ 70 000 habitants située dans le Centre-Ouest de la Pologne, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Poznań. L'une des premières place forte de la dynastie des Piast, Gniezno devient la première capitale de la Pologne au Xe siècle, et est resté tout au long de l'histoire du pays une ville de premier plan. Premier archevêché polonais (fondé en l’an mil), ce chef-lieu de district (powiat) fait partie de la voïvodie de Grande-Pologne.

Sommaire

GéographieModifier

La ville de Gniezno est située dans l'ouest de la voïvodie de Grande-Pologne, à environ 10 km de la limite avec la voïvodie de Couïavie-Poméranie, et à 46 km à vol d'oiseau à l'est de Poznań, chef-lieu de la voïvodie. Gniezno est situé dans la plaine d'Europe du Nord, plus précisément dans la plaine méridionale de Grande-Pologne (pl).

La légende de Lech, Czech et RusModifier

D’après la légende, trois frères (Lech, Czech et Rus), cherchant un endroit pour s’établir, ont pénétré dans ce territoire sauvage. Tout à coup, ils ont vu une colline avec un vieux chêne et un aigle au sommet. Lech a décidé d’adopter cet aigle blanc comme emblème de son peuple et de bâtir une forteresse autour du vieux chêne. À cause du nid d’aigle (en polonais Gniazdo), il a décidé d’appeler cet endroit Gniezdno (devenu aujourd’hui Gniezno). Ses frères l’ont laissé, Czech est parti vers le sud, Rus vers l’est.

HistoireModifier

 
Porta Regia – porte de Gniezno.
 
Codex Aureus Gnesnensis.

Gniezno était une ville importante à l’époque de la naissance de l’État polonais. Elle a été la première capitale de la Pologne. Elle est intimement associée aux débuts du christianisme en Pologne. Elle est mentionnée dans le Dagome Iudex, le plus ancien document officiel polonais, sous le nom de Schinesge. Il est très probable que son nom original était Gniezdno, déformation du mot polonais gniazdo (nid).

 
La Toussaint dans le cimetière de la sainte croix à Gniezno. Novembre 2017.

Une première occupation humaine de la colline Panienskie (aujourd’hui la place du Marché) est attesté aux VIe siècle-VIIe siècle. Au VIIIe siècle, la colline Lech est entourée de remparts en bois et en terre. Elle est une place forte de la tribu des Polanes. Au Xe siècle, Gniezno devient la première capitale de l’État de Gniezno. En 966, Mieszko Ier se convertit au christianisme. À la fin des années 900, Gniezno est mentionné pour la première fois dans un document officiel (Dagome Iudex).

 
Vue de la cathédrale et de l'église de Saint-Jean-le-Baptiste.

En 997, Adalbert, en mission d’évangélisation en Prusse, est tué. Il est canonisé deux ans plus tard et inhumé dans la cathédrale de Gniezno. Radzim Gaudenty, le frère d’Adalbert, est consacré premier archevêque de Gniezno. Le synode de l’Église se tient à Gniezno en 1000 avec l’autorisation du pape Sylvestre II. Boleslas Ier le Vaillant ouvre un archidiocèse à Gniezno relevant de Rome et non des archevêchés d'Allemagne, et des évêchés à Cracovie, à Kołobrzeg et à Wrocław. Otton III du Saint-Empire se rend en pèlerinage à Gniezno, accepte la création de l’archevêché et proclame Boleslas Frater et Cooperator Imperii (Frère et collaborateur de l'Empire).

Un incendie ravage la ville et la cathédrale en 1018. Sept ans plus tard, Boleslas est couronné roi de Pologne par l’archevêque de Gniezno. En 1038, les Tchèques détruisent Gniezno et volent les reliques de saint Adalbert. Boleslas II le Généreux est couronné en 1076. Gniezno devient le siège de Mieszko III le Vieux en 1138, qui règne sur la Grande-Pologne après la partition de la Pologne décidée par son père Boleslas III Bouche-Torse. Précisément un siècle plus tard, Gniezno obtient les privilèges urbains (droit de Magdebourg).

En 1295, Przemysl II est couronné roi de Pologne, puis c'est au tour du roi de Bohême Venceslas II de se faire couronner roi de Pologne cinq ans plus tard. La cathédrale est restaurée dans le style gothique au XIVe siècle. Les archevêques de Gniezno sont élevés à la dignité de primat de Pologne en 1419. Gniezno obtient le droit de faire du commerce en 1427 et devient un centre important pour le commerce des vêtements en laine et des fourrures au XVe siècle.

 
Gniezno au XIXe siècle.

La ville est ravagée par un incendie en 1613, puis détruite par les Suédois en 1655. Gniezno est rattachée à la Prusse (deuxième partage de la Pologne) en 1793, et participe à l’insurrection de Kościuszko un ans plus tard. Elle est délivrée de l’occupation prussienne par Napoléon en 1806 et intègre le duché de Varsovie. Gniezno est reprise par la Prusse en 1815 et devient une ville du grand-duché de Posen. Elle est ravagée par un incendie quatre ans plus tard. Une ligne ferroviaire relie Gniezno à Poznań et à Inowrocław en 1872.

La Grande-Pologne se soulève en 1918 et libère Gniezno du joug prussien. Sept ans plus tard, un monument à la gloire de Boleslas Ier le Vaillant est élevé devant la cathédrale. La ville est occupée par l'Allemagne entre 1939 et 1945. Le musée d’archéologie est créée en 1956, et il deviendra par la suite le musée des débuts de l’État polonais. Jean-Paul II effectue un pèlerinage en 1979 sur la tombe de saint Adalbert, puis un second en 1997. Gniezno reçoit le titre de « Gniezno, la ville de saint Adalbert » en 1994. Le comté (powiat) de Gniezno est formé en 1999 et le troisième congrès de Gniezno a lieu en 2000.

 
Cathédrale.

Sur les autres projets Wikimedia :

TourismeModifier

La ville est un centre culturel important. Certains lieux sont incontournables :

  • la colline Lech avec la basilique-cathédrale de l'Assomption de la Bienheureuse-Vierge-Marie (sarcophage de saint Adalbert de Prague, Porte de Gniezno en bronze XIIe siècle, portail gothique avec des scènes du Jugement dernier) et le musée de l’archidiocèse où sont conservés des trésors du passé de la Pologne ;
  • la colline de la Vierge avec la vieille ville, les églises, les restes des remparts de la ville médiévale, le cloître et l’église Saint-Jean ;
  • le musée des origines de l’État polonais, le château d’eau, les vieux cimetières.

ÉconomieModifier

En plus du tourisme, la ville s’est développée industriellement depuis le XIXe siècle. Elle est aujourd’hui un centre économique important :

  • industries légères : chaussures, habillement, tannerie ;
  • industries alimentaires : sucreries, meuneries, laiteries, abattoirs, etc. ;
  • production de tracteurs, de machines et de systèmes d’emballage, de machines de construction.

JumelagesModifier

Notes et référencesModifier

  1. http://www.stat.gov.pl/cps/rde/xbcr/gus/PUBL_l_ludnosc_stan_struktura_30_06_2010.pdf ISSN 1734-6118 Statistiques de population au 30 juin 2010. tableau 8. page 101.

Liens externesModifier