Ouvrir le menu principal

Glossaire des patois de la Suisse romande

Institut académique fondé en 1899 en Suisse
Glossaire des patois de la Suisse romande
Histoire et statut
Fondation
Type
Institution universitaire (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Disciplines
Fondateur
Louis Gauchat, Jules Jeanjaquet (d), Ernst Tappolet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeur
Yan Greub (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Localisation
Pays
Divers
Membre de
Site web

Le Glossaire des patois de la Suisse romande est une institution créée en 1899, ayant pour objectif l'étude des parlers de la Suisse romande. La principale activité du GPSR est la publication du Glossaire, un dictionnaire des patois mentionnant aussi des romandismes, des utilisations anciennes, des noms de lieux et des noms de familles romands. Le GPSR dispose d'une riche documentation ainsi que d'une bibliothèque spécialisée.

HistoriqueModifier

Les fondateurs du Glossaire en 1899 sont l'initiateur du projet Louis Gauchat (1866–1942), Jules Jeanjaquet (1867–1950) et Ernest Tappolet (1870–1939).

Une conférence intercantonale des chefs des départements de l'instruction publique de la Suisse romande se déroule les 23 et 24 à Genève. Elle « a pour but de discuter la question d’un glossaire des patois romands » et décide de son « élaboration ». Les directeurs se réunissent à nouveau plusieurs fois en 1898, ils comptent sur un subside de la Confédération pour le Glossaire, cependant la somme de 5 000 francs discutée en décembre à l’Assemblée fédérale est jugée insuffisance (en regard des 10 000 francs alloués au glossaire allemand, le Schweizerisches Idiotikon)[1]. Le comité philologique (contrôle scientifique) se réunit la première fois en mars 1899 à Fribourg[2]. Le Conseil des États accepte en décembre 1900 de porter la subvention pour le Glossaire de 7 000 à 8 000 francs. Nouvelle augmentation en 1904, de 10 000 à 12 000 francs. Le budget pour 1911 monte à 18 900 francs, dont 13 500 francs versés par la Confédération et 5 400 francs par les cantons[3].

L'institut se trouve à Berne dès 1942, à Lausanne dès 1955, puis à Neuchâtel dès 1972.

Relevés phonétiques 1899-1907Modifier

De 1899 à 1903, des relevés phonétiques ont été faits dans près de 400 localités, sur la base de 350 mots spécialement choisis. Des relevés analogues sont faits à nouveau entre 1904 et 1907, dans 62 lieux et sur la base de 480 mots[4].

Enquête lexicographique 1900-1910Modifier

Les « fiches des correspondants » ont été rédigées par des patoisants bénévoles qui ont répondu par écrit à des questionnaires qui leur parvenaient chaque semaine par la poste, chaque fois sur un sujet précis. Plus de 150 correspondants ont été choisis de manière à couvrir l'ensemble du territoire. Ils ont noté sur une fiche distincte chaque mot patois, utilisant une transcription commune pour leur prononciation, et précisant les significations et emplois par des exemples. Une couleur a été attribuée aux fiches de chaque canton, pour faciliter les classements ultérieurs. Des copistes ont par la suite dupliqué les fiches autant de fois que nécessaire, afin qu’elles puissent être classées sous les divers mots mentionnés. Par exemple une fiche consacrée au mot « blanc » et mentionnant une « chemise blanche » sera aussi classé sous « chemise ». Il y a au total plus d'un demi-million de fiches.

Des compléments aux informations apportées par les correspondants ont été nécessaires là où le patois était peu pratiqué, les fondateurs du Glossaire sont allés sur le terrain et ont constitué une collection de plusieurs milliers de « fiches des rédacteurs ».

Enquête toponymique dès 1903Modifier

 
Spécimen du « fichier Muret », Aux Fourches à Bardonnex
Avant-dernière ligne : prononciation selon Louis Châtillon, 1915

Dès 1903 et pendant 30 ans, le linguiste Ernest Muret a été mandaté par le GPSR pour étudier l'origine et l'évolution des noms de lieux en Suisse romande. 946 communes ont été étudiées et une fiche par lieu-dit recense les diverses appellations officielles retrouvées sur les plans et cartes. Muret a aussi reproduit la prononciation quand des entretiens ont pu avoir lieu avec des locuteurs âgés. Par exemple il y a 232 fiches pour la commune de Bardonnex où deux patoisans ont témoigné en 1915 et 1926[5].

Au total, environ 120 000 fiches rangées dans plus de 160 boîtes recensent environ 150 000 noms de lieux.

Les fiches toponymiques de Muret sont consultables en ligne[6].

Enquête ethnographique 1943-1947Modifier

Le GPSR a mandaté l’ethnologue Wilhelm Egloff pour explorer plusieurs régions de Suisse romande, spécialement concernant la vie agricole et artisanale. Il a recueilli des descriptions minutieuses sur, par exemple, l’agriculture, la viticulture, l’élevage, la charpente, la boissellerie et les travaux de la forge.

Le peintre Paul Boesch a accompagné l’ethnologue, et dessiné plus de 2 000 esquisses représentant des objets de la vie paysanne et des anciens métiers.

Liens institutionnelsModifier

Le GPSR appartient depuis 1997 à la Conférence intercantonale de la Suisse romande et du Tessin, il devient en 2008 un «laboratoire» du Centre de dialectologie et d'étude du français régional de l'Université de Neuchâtel. Son troisième organe de tutelle est l'Académie suisse des sciences humaines et sociales.

Le GPSR est l'un des quatre « Vocabulaires nationaux » de la Suisse, avec le (de) Schweizerisches Idiotikon, le (rm) Dicziunari Rumantsch Grischun et le (it) Vocabolario dei dialetti della Svizzera italiana.

PublicationsModifier

Le GlossaireModifier

Le premier fascicule du Glossaire paraît en .

En 2009, il y a environ 25 000 articles publiés, couvrant les lettres A à E. Les tomes VII et VIII couvrent les lettres F et G. En 2018 sont parus les fascicules n° 126 (de guère à gyuó, tome VIII) et n° 127 (de h à hausse, tome IX).

Le Glossaire est mis en ligne en 2018, après quatre ans de travaux, à l’exclusion des fascicules les plus récents. Ce projet d’envergure a pu se réaliser grâce au financement de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH), à la rétronumérisation effectuée par l’Université de Trèves en Allemagne, et la contribution technique de la Haute École de gestion (HEG Arc)[7].

AutresModifier

  • Le Rapport du GPSR, qui paraît tous les deux ans (annuellement jusqu'en 1997), fait suite à la Bibliographie linguistique ... de 1912–1920.
  • Actes du Colloque de dialectologie francoprovençale organisé par le GPSR, Neuchâtel, 23–27 septembre 1969, Neuchâtel, Université, 1971.
  • Tableaux phonétiques des patois suisses romands, Neuchâtel, Paul Attinger, 1925.
  • Bibliographie linguistique de la Suisse romande, tomes I et II, Neuchâtel, Paul Attinger, 1912 et 1920.
  • Bulletin du Glossaire des patois de la Suisse romande, Berne, Bureau du GPSR, et Zurich, Zurcher & Furrer, 1902–1915.
  • Un projet de rétrodigitalisation a mené en 2018 à l’ouverture au public d’une nouvelle version du portail du GPSR.

Transcription GPSRModifier

 
Transcription de la prononciation du lieu-dit « Les Fourches » par un patoisant de Bardonnex, 1915, fichier Muret.

La transcription du Glossaire des patois de la Suisse romande, aussi appelé transcription GPSR, est un système de transcription phonétique, basé sur l’écriture latine, utilisé en dialectologie de Suisse romande par le Glossaire et ses publications.

Les symboles de la transcription GPSR sont ici mis en regard de l’alphabet phonétique international.

Voyelles Voyelles nasales Semi-voyelles Consonnes Consonnes
GPSR API Notes
a [a]
å [ɑ] entre a et ò
[æ] entre a et è
è [ɛ] e ouvert
e [e] ou [ɛ] e moyen indéterminé
é [e] e fermé
ë [ɜ] entre è et ə
ə [ə] e assourdi
i [i]
ì [ɪ] entre e et i
ò [ɔ] o ouvert
o [o] ou [ɔ] o moyen indéterminé
ó [o] o fermé
ö [ɵ] entre ò et ə
œ̀ [œ] eu ouvert
œ [œ] ou [ø] eu moyen indéterminé
œ́ [ø] eu fermé
ou [u]
[ʊ] entre ó et ou
[ʉ] entre ou et u
u [y]
ù [ø] entre œ́ et u
GPSR API
an [ã]
ån [ɑ̃]
én []
ən [ə̃]
in [ɛ̃]
ïn [ĩ]
on [ɔ̃]
ón [õ]
oun [ũ]
un [œ̃]
ün []
GPSR API
ou̯ [w]
[ɥ]
y [j]
GPSR API
b [b]
ch [ʃ]
d [d]
f [f]
j [ʒ]
k [k]
l [l]
m [m]
n [n]
p [p]
r [r]
t [t]
v [v]
dj []
dz [dz]
g [ɡ]
GPSR API
h [h]
[ɣ]
ł []
ly [ʎ]
[ŋ]
ny [ɲ]
[ʁ]
s [s]
[θ]
ṣᷝ [ɬ]
tch []
ts [ts]
z [z]
[ð]
ẓᷝ [ɮ]

Les voyelles longues sont indiquées à l’aide du macron, par exemple ā ou , les brèves peuvent être notée avec le brève, par exemple ă. Les consonnes prolongées peuvent aussi porter le signe de longueur, par exemple .

L’accent tonique est indiqué avec un trait vertical souscrit, par exemple .

Lorsqu’il y a ambigüité entre la voyelle nasale et la voyelle orale suivie de n, un point médian est placé entre la voyelle orale et le n, par exemple kan pour « camp » et ka·n « canne ».

Les diphtongues sont notées par juxtaposition des symboles des deux voyelles. Le point médian est placé entre les voyelles lorsque celles-ci ne forme pas une diphtongue. Le i tréma est utilisé dans les diphtongues nasales.

DistinctionsModifier

La fondation Graziadio Isaia Ascoli décerne en 1917 son prix de 1 500 francs au GPSR. Ce prix est donné tous les quatre ans. Les rapporteurs pour ce prix sont les philologues italiens Francesco D'Ovidio, Pio Rajna et Ernesto Monaci. Une « distinction très flatteuse » selon le rédacteur de la Gazette de Lausanne[8].

BibliographieModifier

  • Louis Gauchat, « Glossaire des patois de la Suisse romande : notice historique », Bulletin du Glossaire des patois de la Suisse romande, vol. 13, nos 1-2,‎ , p. 3-30 (lire en ligne, consulté le 17 septembre 2019)
  • Ernest Muret, « Enquête sur les noms de lieu et les noms de famille », Bulletin du Glossaire des patois de la Suisse romande, vol. 13, nos 1-2,‎ , p. 31-39 (lire en ligne, consulté le 17 septembre 2019)

SourcesModifier

  • Sever Pop, La dialectologie : aperçu historique et méthodes d'enquêtes linguistiques, J. Duculot, Louvain, 1950, 2 vol. (volume 1 et volume 2 sur archive.org)
  • L. Gauchat, J. Jeanjaquet, E. Tappolet et E. Muret, Glossaire des patois de la Suisse romande, vol. 1 : a - arranger, Neuchâtel et Paris, édition Victor Attinger, 1924-1933 (lire en ligne)

Notes et référencesModifier

  1. « Chronique locale : Conférence », Journal de Genève,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le 16 septembre 2019). Aussi les éditions du , , , . et .
  2. « Chronique locale : Conférence », Gazette de Lausanne,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 16 septembre 2019).
  3. « Confédération suisse : Conseil des États », Gazette de Lausanne,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 16 septembre 2019). Aussi éditions du et .
  4. Les résultats sont publiés en 1925 sous le titre Tableaux phonétiques des patois suisses romands.
  5. Etude des toponymes de Bardonnex et Etude des sources utilisée par E. Muret pour Bardonnex par Michel Mégard, 2004.
  6. « Fiches toponymiques : le "fichier Muret" », sur http://www.unine.ch, Glossaire des patois de la Suisse romande (GPSR) (consulté le 14 août 2019).
  7. ATS, « Le glossaire le plus complet des patois romands est en ligne », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 17 septembre 2019).
  8. « Distinction », Gazette de Lausanne,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 16 septembre 2019).

Voir aussiModifier