Glen MacWilliams

caméraman américain
Glen MacWilliams
Description de cette image, également commentée ci-après
Glen MacWilliams et Jackie Coogan,
sur le tournage d’Oliver Twist (1922)
Naissance
Saratoga
Californie, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 85 ans)
Seal Beach
Californie, États-Unis
Profession Directeur de la photographie
Films notables Lazybones
The Front Page
Le Chant du Danube
Lifeboat
Séries notables Au nom de la loi
Les Incorruptibles

Glen MacWilliams, né le à Saratoga (Californie), mort le à Seal Beach (Californie), est un directeur de la photographie américain, membre de l'ASC.

BiographieModifier

Au cinéma, Glen MacWilliams débute comme premier assistant opérateur sur huit films muets américains sortis en 1916 et 1917 (ayant tous pour vedette Douglas Fairbanks), dont six aux côtés de Victor Fleming (alors chef opérateur).

Pour ses premiers films comme directeur de la photographie, sortis à partir de 1918, il retrouve notamment Fairbanks et Fleming, comme dans Sa Majesté Douglas de Joseph Henabery (1919). Jusqu'en 1946, il contribue ainsi à quatre-vingt-seize films, la plupart américains.

Toutefois, il travaille également en Angleterre sur plusieurs films britanniques sortis de 1933 à 1940, majoritairement produits par Gaumont British Picture Corporation, comme Le Chant du Danube d'Alfred Hitchcock (1934, avec Esmond Knight et Edmund Gwenn) et Les Mines du roi Salomon de Robert Stevenson (1937, avec Cedric Hardwicke et Paul Robeson). Mentionnons aussi un film musical franco-germano-britannique de Carmine Gallone et Serge Véber (version française sortie en 1934, avec Jan Kiepura et Danielle Darrieux, titrée Mon cœur t'appelle, et version anglaise sortie en 1935, avec Jan Kiepura et Marta Eggerth, titrée My Heart is calling you[1]).

Aux États-Unis, Glen MacWilliams retrouve Hitchcock sur Lifeboat (1944, avec Tallulah Bankhead et William Bendix), lequel lui vaut en 1945 une nomination à l'Oscar de la meilleure photographie. Parmi ses autres films notables, citons Oliver Twist de Frank Lloyd (1922, avec James A. Marcus et Jackie Coogan), Lazybones de Frank Borzage (1925, avec Buck Jones et Zasu Pitts), The Front Page de Lewis Milestone (1931, avec Adolphe Menjou et Pat O'Brien), ou encore Fantômes déchaînés d'Alfred L. Werker (1942, avec Laurel et Hardy).

Après 1946, il ne revient au cinéma que pour deux ultimes films sortis en 1958. Sinon, Glen MacWilliams travaille à la télévision sur quinze séries, entre 1958 et 1965, dont quatre épisodes de la série-western Au nom de la loi (1959) et six épisodes de la série policière Les Incorruptibles (1962-1963). Il contribue également à deux téléfilms, respectivement diffusés en 1960 et 1966 (un western, après lequel il se retire).

Filmographie partielleModifier

Au cinémaModifier

(films américains, comme directeur de la photographie, sauf mention contraire)

 
Scène d'Oliver Twist (1922) :
James A. Marcus et Aggie Herring

À la télévision (séries)Modifier

  • 1958 : Bat Masterson
    • Saison 1, épisode 1 Double Showdown
  • 1959 : Au nom de la loi (Wanted : Dead or Alive)
    • Saison 2, épisode 10 Sans pitié (Reckless) de R. G. Springsteen, épisode 11 Un étrange garçon (Desert Seed) de Don McDougall, épisode 12 Douze heures de voyage (Twelve Hours to Crazy Horse), et épisode 13 Piste sans retour (No Trail Back) de Don McDougall
  • 1962-1963 : Les Incorruptibles (The Untouchables), première série
    • Saison 3, épisode 17 La Relève (Takeover, 1962) de Bernard L. Kowalski, épisode 18 Les Frères Stryker (The Stryker Brothers, 1962) de Stuart Rosenberg, et épisode 19 Drogué du risque (Element of Danger, 1962) de Bernard L. Kowalski
    • Saison 4, épisode 12 Les Loups entre eux (Double Cross, 1962) de Paul Wendkos, épisode 14 Le Spéculateur (The Speculator, 1963), et épisode 18 Le Globe de la mort (Globe of Death, 1963)
  • 1963 : Mon martien favori (My Favorite Martian)

DistinctionModifier

NoteModifier

  1. Ce film a également fait l'objet d'une version allemande réalisée par Carmine Gallone, titrée Mein Herz ruft nacht dir et sortie en 1934, avec Jan Kiepura et Marta Eggerth.

Liens externesModifier