Ouvrir le menu principal

Giuseppe Parini

poète italien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parini.
Giuseppe Parini
Giuseppe Parini pastel on paper.jpg
Fonction
Abbé
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
MilanVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière Mojazza de Milan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Membre de
Œuvres principales
Lode al Beato Angelo Carletti (d), Il giorno (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Giuseppe Parini par Francesco Rosaspina
Monument de Parini, Piazza Cordusio, Milan par Luca Beltrami

Giuseppe Parini, francisé Joseph Parini, né à Bosisio le et mort à Milan le est un poète italien[1].

Giuseppe Parini est l'une des figures les plus importantes du néoclassicisme avec Ugo Foscolo, Andrea Appiani ou Alessandro Manzoni.

BiographieModifier

Giuseppe Parini (à l'origine orthographié « Parino ») est né à Bosisio (rebaptisée « Bosisio Parini » en son honneur) en Brianza (Lombardie). Son père, un commerçant de soie, l'envoie à Milan sous la garde de son grand-père : là, il étudie chez les Barnabites à l'Académie Arcimboldi (it), tout en copiant des manuscrits pour vivre.

En 1741, son grand-père lui laisse une rente mensuelle, à la condition qu'il entre en sacerdoce. Parini est donc ordonné prêtre. Néanmoins ses études religieuses ne lui sont pas profitables, car il continue de travailler dans un cabinet d'avocat pendant son temps libre et il est peu réceptif à l'ancienne méthode pédagogique utilisée.

En 1752, il publie à Lugano, sous le pseudonyme de « Ripano Eupilino », un petit volume de versets choisis, Alcune poesie, qui assure son élection à l’Accademia dei Trasformati à Milan (sous le pseudonyme de Darisbo Elidonio) ainsi qu'à celle de l’Académie d'Arcadie à Rome.

Le Ministre plénipotentiaire autrichien de Milan, le comte Karl Joseph von Firmian, s'occupe de la promotion du poète, le nommant directeur de la Gazzetta di Milano, organe officiel du gouvernement autrichien et en 1769, en dépit des Jésuites, une chaire de belles-lettres est spécialement créée à l'école Palatine.

Sous l'occupation française de Milan, il est rémunéré en tant que magistrat par Napoléon, mais dès qu'il est à la retraite il reprend son activité littéraire et travaille à l'achèvement de Il Vespro et La Notte qui seront publiés après sa mort et qui composent Il Giorno.

Giuseppe Parini a été associé de l'Accademia della Crusca.

Giuseppe Parini est mort à Milan en août 1799.

CritiqueModifier

L'œuvre de Parini a été perçue par les plus jeunes poètes comme une leçon de morale et de liberté de pensée en «il primo poeta della nuova letteratura che sia anche uomo, cioè che abbia dentro di sé un contenuto vivace e appassionato, religioso, politico e morale»[2] et «in lui l'uomo valeva più che l'artista»[3].

Ugo Foscolo, qui a rencontré Parini à Milan, le dépeint « comme une personne sérieuse et digne ».

Giacomo Leopardi le définit comme le « Virgile de l'Italie moderne »[4].

ŒuvresModifier

  • Son poème le plus célèbre est Il giorno (La Journée), publié en 1763, qui est une satire de la noblesse milanaise marque une avancée distincte le vers non rimé. Il installe à la fois la popularité et l'influence de Parini, et deux ans plus tard une suite sur le même thème a été publiée sous le titre de Il Mezzogiorno (1765)
  • Un autre poème Odi composé entre 1757 et 1795, a été édité à diverses occasions.

Œuvres poétiquesModifier

  • Quelques poésies de Ripano Eupilino
  • Dialogo sopra la nobiltà
  • Il giorno
  • Odi

Œuvres théâtralesModifier

Traductions en françaisModifier

  • Le Jour, texte traduit et présenté par Sébastien Camugli, traduction de Il giorno, F. Aubier, 1931
  • La Divine Raillerie, traduite du texte italien en vers français, suivie du Secret de la paix universelle par L.-Alfred de Ruffi de Roux, Agen , impr. de V. Lenthéric, 1880
  • Le Jour, traduit en vers français par J.-L.-A. Reymond, Ponthieu, 1826
  • L'Art de s'amuser à la ville, ou les Quatre parties du jour, traduction libre par l'abbé Joseph Grillet-Desprades du poëme italien intitulé "Il Mattino e il mezzogiorno", par M. l'abbé Parini, Milan, Paris, J.-F. Bastien, 1778

Notes et référencesModifier

  1. (en) Catholic Encyclopedia, Giuseppe Parini, New York, Robert Appleton Company,
  2. (it) Armando Balduino, L'Ottocento in Storia della Letteratura Italiana, Milan, Vallardi, 1990-1997 (lire en ligne), p. 1854
  3. (it) Francesco De Sanctis, Saggi critici, vol. 3°, Bari, à cura di Luigi Russo Universale Laterza, (lire en ligne)
  4. (it) Giacomo Leopardi, Opere, t. I, Milan, a cura di Francesco Flora, Mondadori, , p. 561

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographieModifier

  • (en) Herbert Morris Bower, The Day Morning, Midday, Evening, Night : a Poem, Westport, Hyperion Press, (ISBN 0-88355-592-1)

Liens externesModifier