Ouvrir le menu principal

Giovanni Fattori

peintre et graveur italien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fattori.
Giovanni Fattori
Fattori ritratto.jpg
Autoportrait de Giovanni Fattori
Naissance
Décès
Nationalités
Grand-duché de Toscane, Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Formation
Élève
Lieu de travail
Mouvement
Plaque commémorative à Florence

Giovanni Fattori (Livourne, - Florence, ) est un peintre un dessinateur, et un aquafortiste italien du XIXe siècle. C'est l'un des plus important représentants du mouvement des Macchiaioli.

BiographieModifier

Giovanni Fattori commence sa carrière avec des œuvres historiques à sujets romanesques (Marie Stuart au camp de Crookstone, Florence, Galerie d'Art moderne), atteignant d'excellents effets naturalistes dans Le Camp italien après la bataille de Magenta (1861, Florence, Galerie d'Art moderne)[1].

Il abandonne progressivement les clairs-obscurs romantiques pour des contrastes de taches de lumière-couleur d'une grande précision (Femme au soleil, 1866, Milan, collection Jucker). Des thèmes constants dans l'œuvre de Fattori sont les paysages et les habitants de la Maremme (Les Gardiens de troupeaux, 1893, Livourne, Musée Fattoriano) et la vie militaire (L'Homme qui a perdu son étrier, 1882, Florence, Galerie d'Art moderne). Il réalise également des aquarelles et des eaux-fortes[1].

En 1890, quand le jeune peintre Alfredo Müller de retour de Paris enthousiasme la jeune génération avec des toiles qui ont retenu la leçon impressionniste, le vieux maître macchiaiolo s'oppose farouchement à cette influence française qu'il juge néfaste. Le débat a marqué le milieu artistique toscan[1].

Amedeo Modigliani, en 1902, s'inscrit à la Scuola Libera di Nudo de l'Accademia di Belle Arti à Florence qui est dirigée par le professeur Giovanni Fattori.

Le Museo Civico de Livourne porte son nom.

ŒuvresModifier

  • Galerie d'Art moderne (Florence), 50 œuvres dont :
    • Marie Stuart sur le champ de bataille de Crookstone (1861),
    • Le Camp italien après la bataille de Magenta (1861-1862),
    • Paesaggio di Marzo
    • La Rotonda di Palmieri (1866)
    • Portait de la Signora Biliotti
    • Autoportrait
    • Portrait d'un jeune homme
    • Bovi al pascolo
    • Madonna della scoperta
    • Maiali al pascolo
    • Perché non dirlo
    • Plotone di cavalleria
    • Riposo
    • Vallospoli
  • Pinacothèque de Brera, Milan
    • Il principe Amedeo ferito alla battaglia di Custoza
    • Il carro rosso ou Il riposo
    • Signora all'aperto
  • Les Soldats français (1859),
  • Portrait de la Signora Martelli
  • Tempête, estampe
  • Portrait de Diego Martelli
  • La Bataille de Ligne
  • Les Butteri
  • La Sardaigne, 1890-1900
  • Les Labours, 1880-1882

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (it) Dario Durbè, « FATTORI, Giovanni », sur treccani.it, (consulté le 18 juin 2018).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Giovanni Fattori. Dipinti rari e inediti a cura di Sandro Bentivegna. Saggi di Raffaele Calzini, Matteo Marangoni, Antony De Witt - Florence (1987)
  • Giovanni Fattori. Dipinti-disegni-acqueforti. Catalogue de l'exposition dirigée par Dario Durbé. Livourne, Villa Fabbricotti, (1953)

Liens externesModifier