Giovanni Angelo Becciu

cardinal de l'Église catholique romaine

Giovanni Angelo Becciu est un cardinal italien né le à Pattada en Italie. Il est substitut pour les Affaires générales de la secrétairerie d’État du Saint-Siège, du au , et ainsi le « numéro deux » du premier et plus important dicastère de la Curie romaine.

Giovanni Angelo Becciu
Image illustrative de l’article Giovanni Angelo Becciu
Angelo Becciu en 2018.
Biographie
Naissance (76 ans)
Pattada (Italie)
Ordination sacerdotale par Francesco Cogoni
Cardinal de l'Église catholique
Créé
cardinal
par le pape François
Titre cardinalice Cardinal-diacre de S. Lino
Démission
Évêque de l'Église catholique
Ordination épiscopale par le card. Angelo Sodano
Préfet de la Congrégation pour la Cause des Saints
Substitut pour les Affaires générales de la secrétairerie d'État
Nonce apostolique à Cuba
Nonce apostolique en Angola et à Sao Tomé-et-Principe
Archevêque titulaire de Roselle (de)

Blason
« Duc in altum »
« Avance en eau profonde » Lc 5,4
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Préfet de la Congrégation pour la Cause des Saints depuis le , il démissionne de sa fonction et de « tous les droits liés au cardinalat » le et se voit retirer son droit de vote au conclave .

En juillet 2021, il est renvoyé devant un tribunal pénal pour détournement et mauvaise gestion des fonds du Vatican, notamment liés à l’achat d’un immeuble luxueux à Londres. En décembre 2023, il est condamné à 5 ans et demi de prison par le tribunal de l'État de la Cité du Vatican.

Biographie

modifier

Formation

modifier

Originaire de Sardaigne et ordonné prêtre pour le diocèse d'Ozieri le , Angelo Becciu a poursuivi sa formation à l'Académie pontificale ecclésiastique. Il fait son entrée au service diplomatique du Saint-Siège le . Il est membre du mouvement des Focolari dans la branche des évêques amis du mouvement[1]. Outre l’italien, il parle français, anglais, espagnol et portugais.

Diplomate

modifier

Il a été au service des nonciatures apostoliques en République centrafricaine, Soudan, Nouvelle-Zélande, Liberia, Royaume-Uni, France, États-Unis.

Le , le pape Jean-Paul II le nomme nonce apostolique en Angola. Le , il est consacré évêque par le cardinal Angelo Sodano, qui est alors secrétaire d'État. Le , le pape Benoît XVI le nomme nonce apostolique à Cuba.

Substitut pour les Affaires générales

modifier

Le , le pape Benoît XVI le nomme substitut pour les Affaires générales de la secrétairerie d’État[2]. Il remplace à ce poste Fernando Filoni, nommé le même jour préfet de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples.

Comme substitut pour les Affaires générales, il est l’un des plus proches collaborateurs du pape[2] et un personnage central de la Curie romaine : « Avec le préfet de la Maison pontificale, il est l'intermédiaire habituel entre le Saint-Père et ceux qui désirent s'adresser à lui. […] Responsable du chiffre et des passeports […] Les distinctions honorifiques sont aussi de son ressort. […] En cas de vacance du siège apostolique, il dirige la secrétairerie d’État et doit en répondre devant le Sacré Collège des cardinaux[3]. »

Le , il est confirmé en même temps que les autres supérieurs de la Secrétairerie d'État dans ses fonctions de substitut pour les affaires générales par le pape François[4], le secrétaire d'État étant remplacé par Pietro Parolin[5].

Le le pape François le nomme son « délégué personnel » chargé du « renouveau spirituel et moral de l'Ordre [souverain de Malte] et, en particulier, de ses membres qui ont professé le vœu d'obéissance, chasteté et pauvreté » et qu'il charge du statut des « membres profès, afin qu'il réalise pleinement le but « de promouvoir la gloire de Dieu par la sanctification des membres, le service à la foi et du Saint Père et l'aide du prochain » » envisageant ainsi une révision de la constitution de L'Ordre[6].

Cardinal

modifier

Le , le pape François annonce au cours de l'Angélus qu'Angelo Becciu sera créé cardinal avec treize autres prélats lors d'un consistoire qui se tiendra le [7]. Il prendra les fonctions de préfet de la Congrégation pour la Cause des Saints en août 2018, annonce le Saint-Siège le 26 mai 2018[8], et quitte son poste de substitut de la secrétairerie d’État[2]. Il préside la cérémonie de béatification des dix-neuf martyrs d'Algérie à Oran, le 8 décembre 2018[9].

Scandale financier

modifier

En , la justice du Vatican enquête sur une transaction jugée suspecte : l’investissement de 150 millions à 200 millions d'euros par la secrétairerie d’État en dans un luxueux immeuble londonien[2]. Le Vatican a finalement revendu l'immeuble de 17 000 m² situé dans le quartier huppé de Chelsea, dont l'acquisition à un prix surévalué et grevé d'une hypothèque cachée aurait lourdement entaché sa réputation. L'affaire a notamment mis en évidence l'utilisation imprudente du Denier de Saint-Pierre, la grande collecte annuelle de dons dédiés aux actions caritatives du pape. Selon le procureur du Vatican, Angelo Becciu aurait fait perdre entre 130 et 180 millions d'euros à l'administration centrale du Saint-Siège[10].

En , une enquête est diligentée par l’Autorité d'information financière (AIF). Un mois plus tard, le pape François évoque « des problèmes de corruption » avec cette transaction[2]. Les médias italiens L'Espresso et La Repubblica, évoquent un enrichissement familial bénéficiant à l'entourage du cardinal[2].

Le , le pape François accepte la démission d'Angelo Becciu de sa fonction de préfet de la Congrégation pour les causes des saints, ainsi que sa renonciation à « tous les droits liés au cardinalat »[2],[11], en particulier celui de voter au conclave qui élira le prochain pape[2] sans que le Vatican ne donne officiellement de raison à cette démission. À la date de celle-ci, Angelo Becciu n'a que 72 ans, à trois ans encore de l'âge de la retraite canonique, fixé à 75 ans. La presse[2] interprète cette démission comme une sanction et fait le lien avec le soupçon de corruption[2],[12],[13],[14]. Il est le deuxième cardinal à renoncer à ses droits et prérogatives cardinalices pendant le pontificat du pape François, après le cardinal Keith O'Brien le .

Le , Angelo Becciu attaque en diffamation le magazine L’Espresso[15],[16] devant le tribunal civil de Sassari, demandant dix millions d'euros d'indemnisation[17]. Débouté de sa plainte, il est condamné à s'acquitter des frais de procédure chiffrés à quarante mille euros[17].

« Procès de Londres »

modifier

Le 3 juillet 2021, il fait partie des dix personnes dont le Saint-Siège annonce le renvoi devant son tribunal pénal, pour détournement de fonds, abus de pouvoir et subornation de témoin. Le cardinal se dit « victime d’un complot »[18],[19]. Le procès, dit « procès de Londres », s'ouvre le 27 juillet[20].

En mars 2022, au cours de la dixième audience, le prélat clame son innocence et dénonce le « massacre médiatique » dont il est victime[21]. En août 2022, Becciu affirme que le pape François l'a réintégré dans ses fonctions de cardinal[22] ce à quoi le Vatican rétorque que le cardinal est simplement invité au consistoire mais sans que lui soit restitué son droit de vote au conclave[23], précisant que « dans toutes les statistiques, le cardinal Giovanni Angelo Becciu est compté parmi les non-électeurs (alors qu’il aura 80 ans le 2 juin 2028) »[23].

En novembre 2022, la presse italienne révèle que trois jours avant l'ouverture du « procès de Londres »[24], avec l’une de ses proches, le cardinal a, dans une tentative de se couvrir, enregistré à son insu le pape au cours d'une conversation téléphonique passée peu après la lourde opération chirurgicale du souverain pontife[25] et portant sur le déblocage de fonds liés à une rançon[26].

En mars 2023, lors d'une audience du procès, il apparaît que le cardinal Becciu a tenté, dès juillet 2021, de contraindre le pape de l’innocenter ce à quoi ce dernier oppose alors une sèche fin de non recevoir, arguant dans un courrier rendu public que l'opacité d'une « attribution spontanée et imprudente de ressources financières détournées de leurs objectifs typiques » menée par Becciu « ne peut être couvert par le secret d’État pour des raisons de sécurité, ni ne peut être soumis au secret pontifical », refusant ainsi de le blanchir et recommandant de « laisser la justice vaticane faire son travail »[24].

Le 26 juillet 2023, le procureur du tribunal de l'État de la Cité du Vatican requiert une peine de sept ans et trois mois de prison à son encontre[27].

Le 16 décembre 2023, il est condamné en première instance pour fraude, à 5 ans et demi de prison et à une amende de 8 000 euros par le tribunal de l'État de la Cité du Vatican[28],[29].

Distinctions

modifier

Annexes

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Notes et références

modifier
  1. « Vatican : Mgr Becciu désormais en charge des béatifications et des canonisations », sur Aleteia, (consulté le )
  2. a b c d e f g h i et j AFP, « Le cardinal Becciu, l’un des plus puissants du Vatican, est sanctionné », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Paul Poupard, Le Vatican, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », , 1re éd., 125 p. (ISBN 2-13-036879-4), p. 55-56
  4. (it) Salle de presse du Saint-Siège, « Conferma dei superiori segreteria di stato e della casa pontificia », sur press.vatican.va, (consulté le )
  5. AFP, « Le pape François remplace son numéro deux controversé au Vatican », sur press.vatican.va, (consulté le )
  6. Article de Nicolas Senéze sur le site de La Croix, en date du 4 février 2017.
  7. « L'émotion de Mgr Becciu, futur cardinal », sur vativannews.va, Vaticannews, (consulté le )
  8. « MMgr Becciu nouveau préfet pour les Causes des saints », sur vativannews.va, Vaticannews, (consulté le )
  9. Anita Bourdin, « Algérie : à Oran, béatification des 19 martyrs catholiques le 8 décembre 2018 », sur zenit.org, Zenit, .
  10. « Cardinal Becciu : le tribunal du Vatican requiert sept ans de prison », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  11. « Le Pape accepte la renonciation du cardinal Angelo Becciu - Vatican News », sur www.vaticannews.va, (consulté le )
  12. « Le cardinal Angelo Becciu, très en vue au Vatican, démissionne », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  13. La Libre.be, « Importante démission au Vatican : le cardinal Angelo Becciu renonce à ses droits », sur LaLibre.be, (consulté le )
  14. « Corruption : Angelo Becciu, cardinal très proche du pape François démissionne », sur RFI, (consulté le )
  15. « Le cardinal Becciu veut être indemnisé pour ne plus pouvoir devenir pape », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  16. (it) « Lo stupefacente attacco di Becciu a L'Espresso (e al Papa) », sur l'Espresso, (consulté le )
  17. a et b (en) « "Becciu was not defamed": denied compensation for 10 million euros », sur L'Unione Sarda English, (consulté le )
  18. « Scandale de corruption au Vatican : un cardinal au cœur d’un procès financier », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. « Un cardinal jugé pour détournement de fonds », sur lefigaro.fr (consulté le )
  20. « Procès à Rome : le Vatican juge ses escrocs, même cardinaux », sur Télérama (consulté le )
  21. « Justice vaticane: le cardinal Becciu répond aux accusations de corruption - Vatican News », sur www.vaticannews.va, (consulté le )
  22. Matthieu Lasserre, « Angelo Becciu annonce être réintégré dans ses fonctions de cardinal », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  23. a et b Loup Besmond de Senneville, « Le Vatican affirme que le cardinal Becciu n’aurait aucun droit de vote en cas de conclave », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  24. a et b Loup Bemsond de Senneville, « « Procès de Londres », comment le cardinal Becciu a tenté de contraindre le pape de l’innocenter », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  25. Ouest-France/AFP, « Le pape enregistré à son insu par un cardinal jugé pour fraude », Ouest France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. La Croix, « Le cardinal Becciu a enregistré le pape François à son insu », sur la-croix.com, (consulté le )
  27. Loup Besmond de Senneville, « Cardinal Becciu : le tribunal du Vatican requiert sept ans de prison », sur La Croix,
  28. « Vatican : le cardinal Angelo Becciu condamné à 5 ans et demi de prison », sur Le Figaro,
  29. « Vatican : le cardinal Angelo Becciu condamné à cinq ans et demi de prison pour fraude », sur Le Monde,
  30. (it) Présidence de la République italienne, « Becciu S.E.R. Mons. Giovanni Angelo », sur quirinale.it (consulté le )
  31. (ro) Klaus Iohannis, « Decretul nr. 437/2015 privind conferirea unor decorații », sur lege5.ro, (consulté le )
  32. Ambassade de France près le Saint-Siège, « S.E.R. Mgr Angelo Becciu, Commandeur de la Légion d’honneur », sur france-vatican.org, (consulté le )
  33. « L’archevêque Becciu est reçu au sein de l’Ordre », sur orderofmalta.int, (consulté le )