Ouvrir le menu principal

Gilles de Rais dans la culture

Roland Brévannes, L'expiation (série Les Messes noires), Paris, Librairie des publications populaires, s.d. (1906 ?). Couverture illustrée de Bluck.

Gilles de Rais, compagnon d'armes de Jeanne d'Arc et assassin d'enfants, a inspiré plusieurs œuvres. Dès le XVe siècle, le personnage apparaît dans le Mystère du siège d'Orléans tandis que le poète flamand Georges Chastelain l'évoque au détour d'un vers. Le seigneur de Tiffauges subit ensuite une longue éclipse dans les représentations culturelles[1] avant que le folklore ne le transfigure en Barbe bleue. La littérature ranime le pendu de Nantes à compter du XIXe siècle, puis le cinéma agit de même par le biais des films consacrés à la Pucelle. Enfin, la bande dessinée et la « japanimation » illustrent à leur tour des visions contemporaines du maréchal de Rais.

Littérature, théâtreModifier

 
Couverture illustrée du roman d'Émilie Carpentier, Les Prisonniers de Tiffauges (1892).
 
Gilles de Retz et la louve Astarté, par Frank Richards. Illustration intérieure du roman The Black Douglas (1899) de Samuel Rutherford Crockett.
 
Roland Brévannes, Le Baiser de la démone (série Les Messes noires), Paris, Librairie des publications populaires, s.d. (1906 ?). Couverture illustrée de Bluck.
  • Michel Bataille, Le Feu du ciel, Paris, Robert Laffont, , 312 p.
  • Pierre Alexandre Bessot de Lamothe, Les Mystères de Machecoul, Paris, Charles Blériot, , 295 p.
    Réédition en fac-similé : Alexandre Bessot de Lamothe, Les Mystères de Machecoul, Paris, Le Livre d'histoire, coll. « Petite bibliothèque insolite » (no PBI14), , 293 p. (ISBN 978-2-7586-0460-0, présentation en ligne).
  • Hippolyte Bonnellier, Raiz, vol. 1 et 2, Paris, Alardin, (présentation en ligne).
  • Georges Bordonove, Requiem pour Gilles, Paris, Julliard, , 246 p.
    Réédition : Georges Bordonove, Gilles de Rais, Paris, Pygmalion, coll. « Bibliothèque infernale », , 281 p.
  • Roland Brévannes, Les Messes noires, reconstitution dramatique en 3 parties et 4 tableaux, donnée au théâtre de la Bodinière, le 17 février 1904. Musique de scène de René Brancour, Courbevoie, imprimerie de E. Bernard, , 31 p., In-8º obl.
  • Roland Brévannes, Les Messes noires, Paris, Librairie des publications populaires, (1re éd. précédemment paru sous le même titre dans une série de fascicules s.d.), 800 p.
  • Émilie Carpentier, Mémoires de Barbe-Bleue, Paris, Joseph Vermot, , 323 p.
    Réédition : Émilie Carpentier, Les Prisonniers de Tiffauges, Paris, Alexandre Hatier, , 240 p.
  • Blaise Cendrars, Films sans images. Serajevo. Gilles de Rais. Le Divin Arétin, Paris, Denoël, , 255 p.
    Recueil de pièces radiophoniques.
  • Hugo Claus (trad. Marnix Vincent, adaptation de Jean-Claude Carrière), Gilles et la nuit [« Gilles en de nacht »], Paris, Calmann-Lévy, coll. « Petite bibliothèque européenne du XXe siècle », , 76 p. (ISBN 2-7021-2401-1).
  • Pierre Combescot, Pour mon plaisir et ma délectation charnelle, Paris, Grasset, , 188 p. (ISBN 978-2-246-63101-9, présentation en ligne).
  • Enzo Cormann, La Plaie et le Couteau : tombeau de Gilles de Rais : suivi de L'apothéose secrète, Paris, Éditions de Minuit, , 140 p. (ISBN 2-7073-1440-4, présentation en ligne).
  • (en) Samuel Rutherford Crockett, The Black Douglas, New York, Doubleday & McClure Co, (lire en ligne).
  • Gérard Delangle, Gilles de Rais, monstre ou demi-dieu, Les-Loges-en-Josas, Comedia Nova, , 82 p.
  • Marc Dubu (préf. Edmond Locard), Gilles de Rays : magicien et sodomiste, Paris, Les Presses de la Cité, , 250 p.
  • Aimé Giron et Albert Tozza, La bête de luxure : Gilles de Rais, Paris, Ambert, (1re éd. s.d.), 372 p.
  • Vicente Huidobro, Gilles de Raiz, Paris, José Corti, coll. « Ibériques », , 308 p. (ISBN 2-7143-0271-8, présentation en ligne).
  • Joris-Karl Huysmans, Là-bas, Paris, Tresse et Stock, , 15e éd. (1re éd. 1891), 441 p. (lire en ligne).
    Réédition : Librairie générale française (LGF), coll. « Le Livre de poche », 1988, 412 p., (ISBN 2-253-04617-5).
  • Marie-Joseph-Albert-François Jean (alias Albert-Jean), Le Secret de Barbe-Bleue (Gilles de Rais), 1404-1440, Paris, Sfelt, , 247 p.
  • Paul Lacroix (alias le bibliophile Jacob), Curiosités de l'histoire de France : 2esérie : procès célèbres, Paris, Adolphe Delahays, , 363 p. (lire en ligne), « Le maréchal de Rays », p. 1-119.
  • Pierre La Mazière, Gilles de Rays, Paris, Éditions du Laurier, coll. « Les Vies en marge », , 285 p.
  • Tom Lanoye (trad. Alain van Crugten), Sang & roses : suivi de Mamma Medea [« Bloed en Rozen »], Arles, Actes Sud, coll. « Actes Sud-Papiers », , 173 p. (ISBN 978-2-7427-9738-7, présentation en ligne).
  • Hubert Lampo (trad. Marian Van Zaanen, préf. Gilbert Van de Louw), Le Diable et la Pucelle [« De duivel en de maagd »], Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Lettres et civilisations des Flandres et des Pays-Bas », , 163 p. (ISBN 2-85939-765-5, présentation en ligne).
  • Martine Le Coz, Gilles de Raiz ou la confession imaginaire, Paris, Seuil, , 318 p. (ISBN 2-02-010637-X) Réédition : Monaco, Éditions du Rocher, 2002, 318 p., (ISBN 2-268-04268-5).
  • Martine Le Coz, Gilles de Rais, ignoble et chrétien, Nantes, Éditions Opéra, , 143 p. (ISBN 2-908068-41-9).
  • Michel Peyramaure, La Lumière et la boue, vol. 3 : Les roses de fer, Paris, Robert Laffont, , 315 p. (ISBN 2-221-00681-X).
  • Roger Planchon, Gilles de Rais : suivi de L'infâme, Paris, Gallimard, coll. « Le manteau d'Arlequin », , 182 p.
  • Marcel Priollet (sous le pseudonyme de René-Marcel de Nizerolles), Les Aventuriers du ciel, voyages extraordinaires d'un petit parisien dans la stratosphère, la lune et les planètes, fascicule no 42 : « La véridique histoire de "Barbe-bleue" », Paris, Joseph Ferenczi et fils éditeurs, juillet 1936, 16 p.
  • Raymond Queneau, Les Fleurs bleues, Paris, Gallimard, , 278 p.
  • Michel Ragon, Un amour de Jeanne, Paris, Albin Michel, , 167 p. (ISBN 2-226-13596-0, présentation en ligne).
  • Jean de Roche-Sèvre (alias Eugène Bossard), Les Derniers jours de Barbe-Bleue (Gilles de Rais), Nantes, imprimerie d'Émile Grimaud, , 362 p.
  • Prudence-Guillaume de Roujoux, Histoire des rois et des ducs de Bretagne, t. 4, Paris, Dufey, (1re éd. 1828-1829, Ladvocat), 500 p. (lire en ligne), p. 296-320.
  • Michel Tournier, Gilles et Jeanne, Paris, Gallimard, , 139 p. (ISBN 2-07-024269-2).
    Réédition : même éditeur, coll. « Folio », 1985, 151 p., (ISBN 2-07-037707-5).
  • Rais de William Pevny, pièce créée au Mickery Theatre à Amsterdam en 1972[2].

MusiqueModifier

Bandes dessinéesModifier

 
Gilles de Rais, personnage phare de la série Jhen (dédicace du dessinateur Jean Pleyers, 1991).
  • Leone Frollo, L'or du démon [« Barbablu »], Paris, Elvifrance, coll. « Terror - les nouvelles fleurs du mal » (no 7), .
  • Leone Frollo, Le salaire du malin [« Barbablu »], Paris, Elvifrance, coll. « Terror - les nouvelles fleurs du mal » (no 8), .
  • F'murr, Jehanne au pied du mur, Tournai, Casterman, coll. « Les Romans (À suivre) », , 98 p. (ISBN 2-203-33404-5)
    Réédition : F'murr, Jehanne au pied du mur, Bruxelles / Paris, Casterman, coll. « Classiques », , 188 p. (ISBN 2-203-39700-4, présentation en ligne).
    Le seigneur de Tiffauges apparaît brièvement dans cette bande dessinée humoristique et délibérément anachronique. « Complétement beurrés », Gilles de Rais et Dunois tentent de brûler leur compagne de beuverie Jehanne d'Arque sur la place du marché à Rouen mais l'héroïne est heureusement sauvée des flammes par son époux extraterrestre. Après coup, le sire de Rais assiste une première fois au sacre royal du canard Charles VII… puis au second sacre célébré après une distorsion temporelle occasionnée par la désintégration du démiurge « Djeu ». Gilles lorgne ensuite avec insistance le jeune Gargoylus Jr. dans une taverne. En sortant de celle-ci, le maréchal se fait acclamer par deux passants (« Vive Gilles de Rais, protecteur de nos z'enfants ! »). Afin d'accomplir une mission divine piochée au hasard, Jehanne d'Arque et ses compagnons s'en vont grossir l'armée d'Attila le Hun qui assiège Paris. Gilles disparaît alors de l'histoire, bien qu'il ait promis à Jehanne de venir la rejoindre auprès d'Attila, jugeant le Hun « fort sympathique ».
  • Gilles de Rais apparaît en tant qu'ami du rôle-titre dans la plupart des albums de la série Jhen (1984-2012), parue chez Casterman et dessinée par Jean Pleyers sur des scénarios de Jacques Martin.
  • Hugo Pratt (scénario et dessins), Les Helvétiques, Paris, Casterman, (1re éd. 1988), 76 p. (ISBN 978-2-203-03362-7, présentation en ligne).
    Lors de cette aventure onirique, Gilles de Rais est convoqué par le diable pour siéger aux côtés de Jeanne d'Arc (« la télégraphiste de Dieu ») comme juré au procès de Corto Maltese. Évoquant la probabilité d'une « histoire fausse », Satan semble douter de la crédibilité des crimes du maréchal.
  • Paul Gillon (scénario et dessins), Jehanne, t. 1 : La sève et le sang, Paris, L'écho des savanes / Albin Michel, , 60 p. (ISBN 978-2-226-06576-6).
  • Paul Gillon (scénario et dessins), Jehanne, t. 2 : La Pucelle, Paris, L'écho des savanes / Albin Michel, , 109 p. (ISBN 2-226-09416-4).
    Les amours érotiques de Jeanne d'Arc et Gilles de Rais.
  • Éric Corbeyran (scénario), Horne Perreard (dessins) et Angélique Césano (couleurs), Le saigneur de Tiffauges, Toulon, Soleil, , 47 p. (ISBN 978-2-302-00882-3).
  • Valérie Mangin (scénario) et Jeanne Puchol (dessins), Moi, Jeanne d'Arc, Vincennes, des Ronds dans l'O, , 96 p. (ISBN 978-2-917237-34-2, présentation en ligne).
  • Jean-Luc Clerjeaud (scénario), Jean-Charles Gaudin (scénario) et Stéphane Collignon (dessins), Les démons d'Armoises, vol. 1 : Prelati, Toulon, Soleil, , 47 p. (ISBN 978-2-302-01977-5).
  • Jean-Luc Clerjeaud (scénario), Jean-Charles Gaudin (scénario) et Stéphane Collignon (dessins), Les démons d'Armoises, vol. 2 : Jehanne des Garous, Toulon, Soleil, , 47 p. (ISBN 978-2-302-03151-7).
  • Fabrice Hadjadj (scénario), Jean-François Cellier (dessins) et Nicolas Bastide (couleurs), Jeanne la pucelle, t. 2 : À la guerre comme à la paix, Toulon, Soleil, , 47 p. (ISBN 978-2-302-03838-7).
  • Dans Shirayuri no kishi (Le chevalier du lys blanc), manga de type shōjo publié en 1975, Suzue Miuchi met en scène deux personnages respectivement inspirés par Jeanne d'Arc et Gilles de Rais. Désireuse de combattre l'ennemi anglais, l'héroïne Jannu se rend auprès de Charles VII mais un mauvais conseiller du souverain lui assigne une tâche impossible : obtenir l'aide financière du sombre seigneur Jiru do Re. Surnommé shinigami (« dieu de la mort »), le solitaire Jiru réside dans un château peuplé de figures de cire, en réalité les cadavres embaumés de ses proches. Pour parfaire l'imagerie gothique, la mangaka environne la forteresse d'un cimetière. Jiru se dédie aux recherches alchimiques en vue de fabriquer de l'or et devenir l'homme le plus riche du monde. Conformément au schéma de la belle et de la bête, Jannu parvient miraculeusement à convaincre Jiru do Re de se tourner vers la « bonne magie » en se consacrant à la guerre contre les Anglais, au nom de Dieu et du roi[6].
  • Kōta Hirano, Drifters, vol. 1 et suivants, Paris, Tonkam, coll. « Young », , 205 p. (ISBN 978-2-7595-0604-0).
    Dans ce manga, le seigneur de Tiffauges se réincarne en colossal guerrier à la longue chevelure blonde. Aux côtés d'autres personnages historiques ressuscités dans le cadre d'une guerre occulte orchestrée par le ténébreux Roi noir, il sert de second à une Jeanne d'Arc pyromane qui souhaite réduire le monde en cendres afin de lui faire expier sa propre fin sur le bûcher rouennais.
  • Utako Yukihiro et Madoka Takadono, Devils and Realist, vol. 1 et suivants, Paris, Tonkam, coll. « Young », , 177 p. (ISBN 978-2-7595-0689-7).
    Dans cet autre manga, Gilles de Rais apparaît sous les traits d'un nephilim androgyne à la chevelure et aux vêtements violacés. En dépit de son comportement désinvolte, il se montre fort chatouilleux dès qu'on insulte la mémoire de Jeanne d'Arc.

CinémaModifier

  • Monstrum : le terrifiant destin de Gilles de Rais (2014), film réalisé par Éric Dick. Avec Didier Brice, Carmelo Carpenito, Cédrick Spinassou (dans le rôle de Gilles de Rais), Erik Mallet, Jacques Raveleau Duparc, Christian Van Tomme.

Films consacrés à Jeanne d'ArcModifier

Gilles de Rais apparaît essentiellement au cinéma en tant que compagnon d'armes de Jeanne d'Arc dans un certain nombre de films dédiés à la Pucelle. Vincent Petitjean, docteur en littérature comparée, remarque que « le traitement cinématographique de Gilles fait de lui une ombre et ce, à double titre. Il est d'abord l'ombre de Jeanne, car c'est par elle qu'il est mis en lumière, et il est l'ombre de lui-même, la monstruosité à venir l'enveloppant déjà[7]. »

 
Gilles de Rais (Philippe Hériat) à genoux devant Jeanne d'Arc (Simone Genevois).
Photographie du film La Merveilleuse Vie de Jeanne d'Arc, fille de Lorraine, 1929.

Dans La Merveilleuse Vie de Jeanne d'Arc, fille de Lorraine (1929), film muet réalisé par Marco de Gastyne, le rôle est interprété par l'écrivain et acteur Philippe Hériat. Annoncé par un intertitre comme le « Barbe-Bleue de la légende, seigneur sadique et raffiné (...), symbole d'une époque lourde de scandales, de cruauté et de grandeur », Gilles de Rais est dépeint comme un hobereau à la barbe sombre et au regard charbonneux, vêtu d'une élégante houppelande noire qui laisse transparaître sa poitrine dénudée. Tapi au sein d'une imposante forteresse aux murs étouffants, il n'en part pas moins armé de pied en cap, obéissant au mandement de son souverain qui le convie à délibérer au sujet d'une « paysanne qui se dit envoyée de Dieu pour nous porter secours ».

Dès son arrivée à Chinon, refuge d'une cour « occupée à de futiles intrigues », le seigneur de Tiffauges prie Charles VII de recevoir prochainement la Pucelle. Gilles appuie même son propos par une citation des Écritures : « Saint Paul conseille d'éprouver les esprits pour savoir s'ils viennent de Dieu ! » Lorsque Jeanne parvient à son tour à Chinon pour demander audience au monarque, Rais se penche à l'oreille de ce dernier et lui suggère une mise en scène visant à « mettre à l'épreuve cette prétendue envoyée de Dieu », proposition qui réjouit le perfide La Trémoille. À l'instar du « Barbe-Bleue » dans la pièce Sainte Jeanne de George Bernard Shaw, Gilles s'installe sur le trône afin de tenir le rôle du souverain. L'héroïne ne se laisse pas mystifier par l'imposture et se dirige droit vers le véritable Charles VII dissimulé derrière un groupe de courtisans. Ce miracle impressionne fortement Gilles, qui se signe avec effroi.

Par la suite, lors des préparatifs des capitaines du roi, « Barbe-Bleue » se conforme à son surnom mythique en tentant de séduire la belle Ysabeau de Paule, damoiselle promise au jeune seigneur Guy de Laval. Jeanne d'Arc s'interpose et sermonne Gilles, qui s'incline avant de se retirer. Mais au moment de partir à la guerre, juché sur son cheval, le sinistre corrupteur offre une fleur à Ysabeau en lui demandant s'il est « bien prudent [à elle] de paraître en ce grand arroi de gens d'armes et de rudes compagnons ? » La jouvencelle lui répond : « Ne suis-je pas bien assurée, parmi tant de bonne et vaillante chevalerie. » Gilles s'en va sans répondre. Dans le montage actuel du film, le personnage du seigneur de Rais apparaît une dernière fois devant Orléans, lors de l'assaut donné aux tourelles anglaises, tandis qu'il abaisse la visière de son heaume sur ordre de Jeanne avant de chevaucher hardiment[8].

Dans Jeanne la Pucelle (1994), film en deux parties réalisé par Jacques Rivette, le rôle est interprété par Bruno Wolkowitch. Lors du procès en nullité de la condamnation de Jeanne d'Arc, Jean d'Aulon (joué par Jean-Pierre Becker) évoque ses souvenirs d'ancien écuyer de Jeanne en présentant Gilles de Rais comme « le seigneur Gilles de Laval, qui témoignait grande dévotion pour la Pucelle. » De fait, lors d'un flash-back remontant au siège d'Orléans, le sire de Rais s'approche pour la première fois de Jeanne en lui témoignant une admiration mystique : « Je le savais. Tu es de Dieu et non des hommes. » Gilles se prosterne ensuite devant l'héroïne, proclamant en latin puis en français qu'elle est « l'ange Gabriel envoyé pour nous sauver. » Lorsqu'il lui demande sa main à baiser, Jeanne lui enjoint d'arrêter, spécifiant qu'elle n'est « rien de tout ça[9]. »

Dans la 2e partie (Les prisons) du film de Rivette, lors des préparatifs du siège de Paris, Gilles de Laval se montre bien renseigné quant aux tractations diplomatiques de son cousin La Trémoille avec les Bourguignons. Il fait ainsi part à ses compagnons d'armes de son scepticisme relatif à la volonté belliqueuse du roi et du grand chambellan. Du reste, l'armée du sacre est finalement dissoute consécutivement à l'échec de la prise de la capitale. Prenant congé de la Pucelle, Gilles l'informe qu'il a commandé un mystère afin de célébrer leurs exploits militaires, bien que cela se révèle « plus cher que prévu. Tout est plus cher que prévu. » Troublé, le sire de Rais fait observer à Jeanne qu'elle n'est « pas un ange finalement », ce que celle-ci confirme en souriant. Gilles rétorque qu'il se sent « tout de même volé » puis lance à l'héroïne qu'elle a « changé ». Cette dernière répond : « Je ne crois pas ». Gilles réplique : « Alors c'est moi. Adieu. », disparaissant du film sur cette dernière tirade[10].

Dans Jeanne d'Arc (1999), film réalisé par Luc Besson, Vincent Cassel incarne Gilles de Rais. Le projet développé initialement par la réalisatrice Kathryn Bigelow[11] prévoyait de confier le rôle à Jean Reno. Craignant un amalgame avec Les Visiteurs dans l'esprit du public, Besson a préféré attribuer le personnage à Cassel, précise l'acteur Pascal Greggory qui joue le duc d'Alençon dans le film. Greggory ajoute que « Besson a complètement et volontairement occulté le côté sombre, torturé, le côté monstrueux de Gilles de Rais[12]. »

Films lointainement inspirés de l'histoire de Gilles de RaisModifier

 
Paul Naschy interprétant Alaric de Marnac dans El espanto surge de la tumba (Horror Rises from the Tomb), 1972.
Aquarelle de Carolina Gonzalez.
 
Le château de San Martín de Valdeiglesias, l'un des lieux de tournage du film Le Maréchal de l'enfer.

Figure familière des films d'épouvante teintés d'érotisme, l'acteur espagnol Jacinto Molina (dit Paul Naschy) incarne un personnage qu'il considère comme sa création la plus « totémique[13] », à savoir un chevalier vaguement inspiré de Gilles de Rais[14],[15] dans les trois longs-métrages suivants : El espanto surge de la tumba (titre anglais : Horror Rises from the Tomb), réalisé par Carlos Aured en 1972 ; Le Maréchal de l'enfer (El mariscal del infierno, également connu sous le titre : Los poseídos de Satán et sous le titre anglais : Devil's Possessed), réalisé par León Klimovsky en 1974[16] ; Latidos de pánico (titre anglais : Panic Beats), réalisé par Paul Naschy lui-même en 1983[17].

Dans le prologue d’El espanto surge de la tumba, le chevalier français Alaric de Marnac (Naschy) est condamné par l'Inquisition et décapité au petit matin[18] avec sa compagne Mabille (Helga Liné) en raison de leur pratique commune de la magie noire et du cannibalisme. Avant le supplice, le couple diabolique parvient à maudire les personnes qui l'ont trahi[13]. De nos jours, le fantôme du terrible chevalier cherche à se venger en s'en prenant aux descendants de ses bourreaux. Également joué par Paul Naschy, le héros contemporain Hugo, un parisien descendant directement d'Alaric, parvient à renvoyer le spectre dans les profondeurs de l'enfer[19],[20].

Scénarisé par Naschy et partiellement tourné dans l'authentique château de San Martín de Valdeiglesias, Le Maréchal de l'enfer se veut un hommage aux films de chevalerie des années 1950[21]. Modelé directement sur Alaric de Marnac, le personnage principal se nomme Gilles de Lancré[22], maréchal disgracié durant la guerre de Cent ans. Ivre de vengeance, il recrute un alchimiste, Simon de Braqueville, pour convertir le plomb en or en vue de lever une armée et détrôner le roi de France. Le maréchal assassine de jeunes beautés et fait célébrer des messes noires en vue de satisfaire Braqueville qui exige du sang de vierges comme ingrédient indispensable à la pierre philosophale[21].

Enfin, dans Latidos de pánico, l'acteur-réalisateur « présente une variation du même personnage[16] » en interprétant le fantôme d'un seigneur meurtrier de son épouse, revenu hanter ses descendants[23]. À notre époque, l'architecte Paul (autre « double rôle » tenu par Naschy) emmène sa femme cardiaque Geneviève (Lola Gaos) en convalescence dans le dernier vestige de la « gloire passée » de sa famille, le manoir de Marnac rempli de souvenirs chevaleresques. Le protagoniste raconte brièvement la vie criminelle de son ancêtre : cinq siècles auparavant, un seigneur assassina trois de ses cinq fils au motif qu'il s'agissait supposément de bâtards. Il se tourna ensuite vers la sorcellerie et le satanisme, puis, sombrant dans la folie, se mit à boire le sang de ses victimes et à cultiver une obsession pour la pierre philosophale. Il finit empalé au bout d'une lance tenue par son propre frère[24]. L'évocation cinématographique du Moyen Âge est jugée bien plus sommaire que dans les films précédents car Naschy se contente, « costumé en chevalier (...) [de] pourchass[er] une jeune femme nue[25]. »

Projets cinématographiques abandonnésModifier

   
Durant les années 1970, Pier Paolo Pasolini et Luis Buñuel envisagent successivement des adaptations cinématographiques retraçant l'histoire de Gilles de Rais. Leurs projets respectifs n'aboutissent pas.

En 1970, Pier Paolo Pasolini effectue des repérages dans la vallée de la Loire en vue de réaliser Le Décaméron. Convié à un débat avec les étudiants de l'université de Tours, le cinéaste italien se voit remettre par l'anthropologue Franco Cagnetta un ouvrage portant « sur Gilles de Rais et les documents de son procès, en pensant que ça pouvait être un film pour moi. J'y ai pensé sérieusement pendant quelques semaines (en Italie, à cette époque, est sortie une très belle biographie de Gilles de Rais par Ernesto Ferrero). Naturellement, j'y ai alors renoncé. J'étais désormais pris par la Trilogie de la vie... » Pasolini précise qu'il souhaitait alors figurer une sexualité joviale comme « une compensation à la répression » et non réaliser « un film « cruel » » comme le sera ultérieurement Salò ou les 120 Journées de Sodome (1975) où le rapport sexuel, dépeint comme « obligatoire et laid », représente désormais « la réduction du corps à l'état de chose[26]. »

À l'instar de La Femme et le Pantin de Pierre Louÿs et du Journal d'une femme de chambre d'Octave Mirbeau, le roman Là-bas de Joris-Karl Huysmans figure parmi les « ouvrages modernes, brûlants et inquiétants » de la littérature française que le jeune Luis Buñuel dévore lors de son séjour à la Résidence d'étudiants de Madrid vers 1920. Devenu cinéaste, Buñuel demeure fidèle à ses lectures de jeunesse en les adaptant pour le grand écran. Après avoir réalisé Le Fantôme de la liberté (1974), il écrit avec le scénariste Jean-Claude Carrière une transposition contemporaine de Là-bas. Gérard Depardieu accepte d'interpréter le châtelain de Tiffauges durant les séquences médiévales du film. Cependant, le réalisateur — déjà âgé à l'époque — abandonne le projet en anticipant la dimension éprouvante d'un tournage qui nécessiterait d'imposantes reconstitutions historiques. Selon Jean-Claude Carrière, Buñuel considère également le temps des scandales comme révolu. Ainsi, le cinéaste ne parvient « ni [à] prendre au sérieux [la présence du Diable], ni [à] s'en moquer résolument », jugeant désormais superflue et facile la séquence de la messe noire moderne perpétrée par le chanoine Docre[27]. Le scénario du film a été publié :

TélévisionModifier

  • Vincent Gauthier joue le seigneur de Tiffauges dans Jeanne d'Arc, le pouvoir et l'innocence (1989), téléfilm réalisé par Pierre Badel d'après le livre éponyme de Pierre Moinot[28].
  • Benoît Brione campe Gilles de Rais dans Catherine (1986), feuilleton télévisé réalisé par Marion Sarraut d'après la série de romans Catherine de Juliette Benzoni[29]. Catherine, belle héroïne aux yeux violets, y croise plusieurs personnages historiques célèbres, notamment la Pucelle et son sinistre compagnon d'armes[30].
  • Gilles de Rais acquiert la physionomie globuleuse du personnage surnaturel « Caster » dans l'anime Fate/zero, adaptation du light novel éponyme qui retrace une guerre contemporaine entre des mages se disputant le Graal par le biais de leurs « servants », âmes réincarnées de divers héros mythiques[31].Après le supplice de Jeanne d'Arc en 1431, Gilles de Rais se détourne de l'Église en se jetant à corps perdu dans l'occultisme et les dépravations meurtrières pendant huit longues années. Il finit sur l'échafaud à l'initiative de ses ennemis aiguillés par la cupidité plutôt que par un quelconque souci de justice. Quelques siècles plus tard, un tueur en série japonais invoque fortuitement l'esprit de Gilles de Rais en tant que « servant » de classe Caster, sorte de familier maîtrisant la magie. Se surnommant lui-même « Barbe bleue », Caster / Gilles de Rais poursuit ses crimes sous le regard admiratif de son maître mortel, tout en demeurant hanté par le souvenir de l'héroïne. Arborant désormais une longue robe noire de sorcier surmontée d'une grande collerette dentelée, l'ancien chevalier médiéval recourt au « livre des sortilèges de Prelati », grimoire relié en peau humaine, afin de conjurer des horreurs lovecraftiennes sur Terre et provoquer in fine la divinité chrétienne, qu'il tient pour moqueuse et cruelle en raison du destin de Jeanne d'Arc. Personnalité en marge de la guerre du Graal, Caster nourrit une fascination à l'endroit du servant Saber, incarnation féminine du roi Arthur en qui il croit reconnaître la Pucelle malgré les dénégations de l'intéressée.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. Meurger 2003, p. ?.
  2. Edighoffer 1988, p. 36.
  3. Fiche biographique de Paul Ladmirault, Larousse en ligne, [lire en ligne].
  4. Fiche de l'œuvre sur le site de l'Institut de recherche et coordination acoustique/musique (IRCAM), [lire en ligne].
  5. (en) Scott G. Bruce, « Foreword : Good Music / Bad History », dans Ruth Barratt-Peacock et Ross Hagen (dir.), Medievalism and Metal Music Studies : Throwing Down the Gauntlet, Emerald Publishing, coll. « Emerald Studies in Metal Music and Culture », , XX-189 p. (ISBN 978-1-78756-396-4), XVIII.
  6. (en) Rebecca Suter, « From Jusuheru to Jannu : Girl Knights and Christian Witches in the Work of Miuchi Suzue », Mechademia, University of Minnesota Press, vol. 4,‎ , p. 249-252 (lire en ligne).
  7. Petitjean 2016, p. 449.
  8. La Merveilleuse Vie de Jeanne d'Arc, fille de Lorraine, René Chateau Vidéo, coll. « La Mémoire du cinéma français », 1996.
  9. Jeanne la Pucelle, 1re partie : Les batailles, DVD, Artificial Eye, 2009.
  10. Jeanne la Pucelle, 2e partie : Les prisons, DVD, Artificial Eye, 2009.
  11. Michel Holtz, « Les grands bleus », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 8 novembre 2016).
  12. Alain Kruger, « Greggory le grand », Première, no 272,‎ , p. 112.
  13. a et b (en) Xavier Aldana Reyes, Spanish Gothic : National Identity, Collaboration and Cultural Adaptation, Palgrave Macmillan, coll. « Palgrave Gothic », , 241 p. (ISBN 978-1-13730-600-5), p. 197-198.
  14. (en) Xavier Aldana Reyes, Spanish Gothic : National Identity, Collaboration and Cultural Adaptation, Palgrave Macmillan, coll. « Palgrave Gothic », , 241 p. (ISBN 978-1-13730-600-5), p. 28.
  15. Sergi Ramos Alquezar, « Le fantastique espagnol, une approche historique du genre », dans Marie-Solelad Rodriguez (dir.), Le fantastique dans le cinéma espagnol contemporain, Presses Sorbonne Nouvelle, coll. « Monde hispanophone », 2011, p. 33-50, lire en ligne.
  16. a et b (en) Antonio Lázaro-Reboll, Spanish Horror Film, Édimbourg, Edinburgh University Press, coll. « Traditions in World Cinema », , 256 p. (ISBN 978-0-74863-639-6), p. 200.
  17. « Gilles de Rais, un « serial killer » du XVe s. », site de Hervé Dumont, Cinéma & Histoire / Histoire & Cinéma, [lire en ligne].
  18. « Sexe, sang et stupeur : quand Paul Naschy revisitait le Moyen Âge... », Ciné-Bazar, no 5,‎ , p. 55-56.
  19. (en) Danny Shipka, Perverse Titillation : The Exploitation Cinema of Italy, Spain and France, 1960-1980, Jefferson, McFarland & Company, (ISBN 978-0-7864-4888-3), p. 231.
  20. (en) Antonio Lázaro-Reboll, Spanish Horror Film, Édimbourg, Edinburgh University Press, coll. « Traditions in World Cinema », , 256 p. (ISBN 978-0-74863-639-6), p. 43.
  21. a et b « Sexe, sang et stupeur : quand Paul Naschy revisitait le Moyen Âge... », Ciné-Bazar, no 5,‎ , p. 53-54.
  22. (en) Xavier Aldana Reyes, Spanish Gothic : National Identity, Collaboration and Cultural Adaptation, Palgrave Macmillan, coll. « Palgrave Gothic », , 241 p. (ISBN 978-1-13730-600-5), p. 205, n. 40.
  23. (en) Michael R. Pitts, Horror Film Stars, Jefferson, McFarland & Company, , 2e éd., 464 p. (ISBN 978-0-89950-507-7), p. 231.
  24. (en) Xavier Aldana Reyes, Spanish Gothic : National Identity, Collaboration and Cultural Adaptation, Palgrave Macmillan, coll. « Palgrave Gothic », , 241 p. (ISBN 978-1-13730-600-5), p. 198-199.
  25. « Sexe, sang et stupeur : quand Paul Naschy revisitait le Moyen Âge... », Ciné-Bazar, no 5,‎ , p. 55.
  26. Pier Paolo Pasolini, auto-entretien publié le 25 mars 1975 dans Il Corriere della Sera durant le tournage de Salò ou les 120 Journées de Sodome (Nico Naldini (trad. de l'italien par René de Ceccatty), Pasolini, biographie [« Pasolini, una vita »], Paris, Gallimard, coll. « NRF biographies », , 418 p. (ISBN 2-07-072376-3, présentation en ligne), p. 388-389).
  27. Buñuel et Carrière 1993, p. 7-13.
  28. Jean-Marc Doniak, Les fictions françaises à la télévision, t. 1 : 1945-1990, Paris, Dixit, , 580 p. (ISBN 2-906587-88-5), p. 206.
  29. Jean-Marc Doniak et Nicolas Schmidt, Les fictions françaises à la télévision, t. 2 : 1991-1996, Paris, Dixit, , 292 p. (ISBN 2-906587-89-3), p. 135.
  30. David Pringle, Imaginary People : A Who's who of Fictional Characters from the Eighteenth Century to the Present Day, Scolar Press, 1996, 296 pages, p. 44.
  31. (en) Mizuki Sakamoto et Tatsuo Nakajima, « The GamiMedia Model : Gamifying Content Culture », dans P. L. Patrick Rau (dir.), Cross-Cultural Design : 6th International Conference, CCD 2014, Held as Part of HCI International 2014, Heraklion, Crete, Greece, June 22-27, 2014, Proceedings, Berlin / New York / Dordrecht / Londres, Springer Science+Business Media, coll. « Lecture Notes in Computer Science » (no 8528), , XXV-811 p. (ISBN 978-3-319-07307-1), p. 794.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Sandra Beckett, « "Ogre" or "Saint" ? Reopening the Gilles de Rais Trial : Michel Tournier's Gilles et Jeanne », The European Legacy. Toward New Paradigms, vol. 1, no 3 « Fourth International Conference of the International Society for the Study of European Ideas. Workshop 45 : Representations of the Middle Ages in Contemporary Literature »,‎ , p. 1133-1139 (lire en ligne).
  • Michel Bertrand, « Dimensions poétique et politique du Gilles de Rais de Planchon », dans Michèle Gally et Marie-Claude Hubert (dir.), Le médiéval sur la scène contemporaine, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Senefiance » (no 60), , 289 p. (ISBN 978-2-85399-961-8), p. 53-68.
  • Jacques Boislève, « Monstruosité et marginalité chez Gilles de Rais », dans Arlette Bouloumié (dir.), Figures du marginal dans la littérature française et francophone, Angers, Presses de l'Université d'Angers, coll. « Recherches sur l'imaginaire » (no 29), , 228 p. (ISBN 2-903075-96-4, lire en ligne), p. 27-37.
  • Eugène Bossard (abbé), Gilles de Rais, maréchal de France, dit « Barbe-Bleue », 1404-1440 : d'après des documents inédits, Paris, Honoré Champion, , VIII-414 p. (lire en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne], [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • Arlette Bouloumié, « L'itinéraire de Gilles de Rais : de Champtocé à Orléans et Nantes, vu par Huysmans, Georges Bataille, Vincent Huidobro et Michel Tournier », dans Georges Cesbron (dir.), Loire-littérature : actes du colloque d'Angers du 26 au 29 mai 1988 / [organisé par l']Université d'Angers, Centre de recherches en littérature et linguistique de l'Anjou et des bocages, Angers, Presses de l'Université d'Angers, , 755 p. (ISBN 2-903075-38-7), p. 129-145.
  • Pierre Boutin, Pierre Chalumeau, François Macé et Georges Peyronnet, Gilles de Rais, Nantes, Centre national de documentation pédagogique (CNDP) et Centre régional de documentation pédagogique (CRDP) de l'Académie de Nantes, , 158 p. (ISBN 2-86628-074-1).
  • (en) John Burgess, « Roger Planchon's Gilles de Rais at Villeurbanne », Theatre Quarterly, vol. VI, no 21,‎ .
  • Marie-Madeleine Castellani, « Les figures du Mal dans la bande dessinée Jhen », Cahiers de recherches médiévales, no 2 « Regards sur le Moyen Âge »,‎ , p. 167-177 (lire en ligne).
  • Matei Cazacu, Gilles de Rais, Paris, Tallandier, , 384 p. (ISBN 2-84734-227-3)
    Réédition : Matei Cazacu, Gilles de Rais, Paris, Tallandier, coll. « Texto », , 387 p., poche (ISBN 978-2-84734-896-5).
  • Jacques Chiffoleau, « Gilles de Rais, ogre ou serial killer ? », L'Histoire, no 335,‎ , p. 8-16.
  • (en) Peter Christensen, « Really Queer or Just Criminally Insane ? Novelists Confronts Gilles de Rais », The Year's Work in Medievalism, Eugene (Oregon), Wipf and Stock Publishers, vol. 20-21,‎ 2005-2006, p. 34-53 (ISBN 1-55635-530-0).
  • Collectif, Cahiers Gilles de Rais, vol. 1, Nantes, Éditions Joca Seria, , 58 p. (ISBN 2-908929-05-8).
  • Collectif, Cahiers Gilles de Rais, vol. 2, Nantes, Éditions Joca Seria, , 58 p. (ISBN 2-908929-12-0).
  • Collectif, Cahiers Gilles de Rais, vol. 3, Nantes, Éditions Joca Seria, , 58 p. (ISBN 2-908929-15-5).
  • Collectif, Cahiers Gilles de Rais, vol. 4, Nantes, Éditions Joca Seria, , 58 p. (ISBN 2-908929-19-8).
  • Roland Edighoffer, La Liberté guide nos pas : l'image de la France dans le théâtre autrichien après 1945, Mont-Saint-Aignan, Publication de l'université de Rouen, coll. « Publications de l'université de Rouen » (no 133), , 143 p. (ISBN 2-902618-99-9), « Jeanne et Barbe-Bleue », p. 35-38.
  • Bruno Fabre, « Huysmans, biographe de Gilles de Rais », dans Anne-Simone Dufief (dir.), « Plus noble que le roi » : représentations littéraires de la noblesse (journée d'hommage à Alain Néry du ), Angers, Presses de l'Université d'Angers, coll. « Senefiance » (no 60), , 162 p. (ISBN 978-2-915751-44-4).
  • Joris-Karl Huysmans, La magie en Poitou : Gilles de Rais, Ligugé, Imprimerie Saint-Martin, , 28 p. (lire en ligne)
    Réédition : Joris-Karl Huysmans (postface Jérôme Solal), Gilles de Rais : la Magie en Poitou suivi de deux documents inédits, Paris, Éditions Mille et une nuits, coll. « Petite collection » (no 523), , 62 p. (ISBN 978-27555-0001-1).
  • Jean Jacquinot, « Les Mémoires d'un touriste source possible de Là-bas : Gilles de Rais héros de roman de Stendhal et de Huysmans », La Tour Saint-Jacques, Paris, Tour Saint-Jacques, no 10 « 1907-1957. Numéro spécial sur J.‑K. Huysmans »,‎ , p. 62-71 (ISSN 0495-9434).
  • Alain Jost, Gilles de Rais, Alleurs / Paris, Marabout, coll. « Histoire et mystères », , 260 p. (ISBN 2-501-02230-0).
  • (en) Rosette C. Lamont, « Roger Planchon's Gilles de Rais : A Liturgy of Evil », Modern Drama, vol. 25, no 3,‎ , p. 363-373 (lire en ligne).
  • Arlette Laret-Kayser, « Gilles de Rais ou le syndrome du mal absolu », dans Hervé Hasquin (dir.), Magie, sorcellerie, parapsychologie, Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, coll. « Laïcité / Recherches » (no 5), , 237 p. (ISBN 2-8004-0843-X), p. 27-38.
  • Michel Meurger, « L'Imaginaire de Gilles de Rais : la bête, l'esthète et Barbe-Bleue », Le Visage Vert, Paris, Joëlle Losfeld, no 10,‎ , p. 20-55 (ISBN 2-84412-085-7, « présentation en ligne » sur le site NooSFere).
  • Michel Meurger, Gilles de Rais et la littérature, Rennes, Éditions Terre de Brume, coll. « Terres fantastiques », , 237 p. (ISBN 2-84362-149-6, présentation en ligne).
  • Michel Meurger, « Rais, Gilles de », dans François Angelier et Stéphane Bou (dir.), Dictionnaire des assassins et des meurtriers, Paris, Calmann-Lévy, , 607 p. (ISBN 978-2-7021-4306-3, présentation en ligne), p. 487-493.
  • (en) Val Morgan, The Legend of Gilles de Rais (1404-1440) in the Writings of Huysmans, Bataille, Planchon, and Tournier, Lewiston (New York), Edwin Mellen Press, coll. « Studies in French Civilization » (no 29), , XVI-274 p. (ISBN 0-7734-6619-3, présentation en ligne).
  • Vincent Petitjean, « De chair et de saint : Huysmans et Gilles de Rais », dans François Jacob et Pierre Nobel (dir.), Entre dieu et diable : littérature et spiritualité, Paris, L'Harmattan, coll. « Religion et sciences humaines », , 250 p. (ISBN 2-7475-5248-9), p. 227-248.
  • Vincent Petitjean, Vies de Gilles de Rais, Paris, Classiques Garnier, coll. « Perspectives comparatistes » (no 35), , 562 p. (ISBN 978-2-8124-4759-4, présentation en ligne).
  • Zrinka Stahuljak, « « Archéologie pathologique » : Le Moyen Âge et l'histoire de la médecine », dans Élodie Burle-Errecade et Valérie Naudet (dir.), Fantasmagories du Moyen Âge. Entre médiéval et moyen-âgeux : [actes du colloque international, 7-9 juin 2007, Université de Provence], Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Sénéfiance » (no 56), , 280 p. (ISBN 978-2-85399-733-1, lire en ligne), p. 209-216.
  • (en) Zrinka Stahuljak, Pornographic Archaeology : Medicine, Medievalism, and the Invention of the French Nation, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, , VIII-338 p. (ISBN 978-0-81-224447-2), chap. 4 (« Gilles and Joan, Criminal and Genius : Medical Fictions and the Regeneration of the French Race »), p. 99-127.
    Traduction française : Zrinka Stahuljak, L'archéologie pornographique : médecine, Moyen Âge et histoire de France, Rennes, Presses universitaires de Rennes, , 392 p. (ISBN 978-2-7535-7454-0, présentation en ligne).
  • Roland Villeneuve, « Huysmans et Gilles de Rais », La Tour Saint-Jacques, Paris, Tour Saint-Jacques, no 10 « 1907-1957. Numéro spécial sur J.‑K. Huysmans »,‎ , p. 56-61 (ISSN 0495-9434).

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier

  • « Gilles de Rais, un « serial killer » du XVe s. », site de Hervé Dumont, Cinéma & Histoire / Histoire & Cinéma, [lire en ligne].