Gilbert de Chalon

Gilbert de Chalon
Fonctions
Comte d'Autun, de Chalon et de Beaune
Administration du duché de Bourgogne sous la suzeraineté de Hugues le Grand
Prédécesseur Hugues le Noir
Successeur Otton de Bourgogne (gendre)
Comte de Dijon et d'Atuyer
Prédécesseur Manassès II (frère)
Comte de Troyes
Prédécesseur Richard de Troyes
Successeur Robert Ier de Meaux (gendre)
Biographie
Dynastie Manassides
Date de naissance vers 900
Date de décès Pâques 956
Lieu de décès Paris
Père Manassès Ier l'Ancien
Mère Ermengarde de Troyes ou de Beaune
Conjoint Ermengarde
Enfants Adélaïde Werra de Troyes
Lietgarde de Beaune ou de Dijon

Gilbert de Chalon ou Gislebert, mort en 956[1], fut comte de Chalon, d'Autun, de Beaune, de Troyes, d'Avallon et de Dijon. Il administra le duché de Bourgogne entre la mort d'Hugues le Noir et l'avènement de son gendre Otton de Bourgogne.

FamilleModifier

Il est le fils du comte Manassès Ier l'Ancien et d'Ermengarde. Ermengarde pourrait être la veuve du comte Adalelme de Troyes[2].

Il épouse Ermengarde, d'origine inconnue.

L'ancienne historiographie pensant que Gilbert a été formellement duc de Bourgogne, chercha à le rattacher à Richard le Justicier[note 1] en lui faisant épouser une de ses filles. Aucune source[1] ne le confirme et cela introduit diverses incohérences.

Gilbert et son épouse Ermengarde ont deux enfants connus, deux filles. L'ancienne hypothèse d'une troisième fille qui serait Adélaïde, la femme du comte Lambert de Chalon, n'est plus retenue[3] par les historiens modernes.

  • Adélaïde dite Werra (930/935[1]- ), qui épouse avant 950, Robert Ier de Vermandois ( après le ) comte de Meaux, fils de Héribert II comte de Vermandois et de sa femme Adela (capétienne) ;
  • Lietgarde, qui est promise en 953 à Otton de Bourgogne (~945 - février 965) fils de Hugues le Grand. En 958 Rodolphe de Dijon capture le château de Beaune et kidnappe Lietgarde ; mais Otton reconquiert le château aux calendes de mai. Le Chronicon d'Odorannus de Sens dit que Lietgarde a cocufié Otton avec Rodolphe[1].

BiographieModifier

La carrière publique de Gilbert ou Gislebert commence en 920 où il apparaît comme vicomte en avril 920 dans un acte[4] pour l’Église d'Autun préparé par son frère l'évêque Hervé d'Autun.

En juin 924 alors qu'il est normalement marié, nous le voyons souscrire[5] avec le titre de comte à Chalon avec sa mère Ermengarde.

En 924[6] Gilbert et son frère Wallon soutiennent leur oncle Raynard, vicomte d'Auxerre, dans la prise du château Mont-Saint-Jean. Mais le roi Raoul le reprend peu après. Raynard doit laisser son fils en otage au roi.

En Mai 926, Gilbert et son épouse Ermengarde, qui souscrit[7] pour la première fois, font don d'une villa du Mâconnais à l'abbaye de Cluny.

Après 928, Manassès II, qui avait récupéré les honneurs de son père Manassès Ier l'Ancien en Dijonnais, disparaît des sources. Gilbert[8] en hérite.

En 943[9], le roi Louis IV confirme Hugues le Grand dans ses fonctions de ducs des Francs et duc des Bourguignons. Le marquis Hugues le Noir et le comte principal Gilbert lui doivent ainsi aide et conseil.

En décembre 952[10], meut le duc et marquis Hugues le Noir. Gilbert, à la tête de la marche d'Autun, et de nombreux comtés que possédait sa parentèle est le premier personnage de la Bourgogne après Hugues le Grand et avant le comte de Mâcon Liétaud. Hugues le Grand ne peut absorber dans ses prérogative le ducatus bourguignon. Il confie l'administration de celui-ci à Gilbert, en contrepartie[11] de quoi, ce dernier promet une de ses filles, Lietgarde, au fils cadet du duc Otton de Bourgogne.

Fin 954, nous voyons souscrire Gilbert[12], devant le roi et le duc avec le titre de comte principal en Bourgogne.

En 956[13], Gilbert meurt lors de la période pascale. Son gendre Otton, va devenir[note 2] duc de Bourgogne.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Henri Drouot et Joseph Louis Antoine Calmette, Histoire de Bourgogne, p.  82, disent ceci : Richard le Justicier avait fait épouser au fils de son favori [Gilbert, fils de Manassès], sa propre fille Ermenjart (graphie du texte) et ce mariage avait valu au jeune homme le comté d'Autun. Le premier à avoir mentionné ce fait est André Duchesne, Histoire généalogique de la maison de Vergy justifiée par chartes, tiʆtres, arrests, & aultres bonnes & certaines preuves, Paris, Sébastien Cramoisy, (lire en ligne), p. 40. Voir aussi ses Preuves de l'histoire de la maison de Vergy, (lire en ligne), p. 34-35 (latin).
  2. Hugues le Grand meurt peu après Gilbert, et le roi Lothaire ne vas pas investir de suite ses fils, Hugues Capet comme ducs des Francs, et Otton comme duc des Bourguignons. Il faut attendre 960 et une intervention de Bruno de Cologne, frère du roi Otton Ier de Germanie, pour que ces investitures aient lieu.

RéférencesModifier

  1. a b c et d (en) Charles Cawley, « Gilbert de Chalon », dans « Burgundy duchy – Dukes of Burgundy », ch. 2 : « Dukes of Burgundy [918]-956 », section B : « Duke of Burgundy 936-956 », sur Medlands (consulté le ).
  2. Georges de Manteyer, Les origines de la Maison de Savoie en Bourgogne (910-1060), Genève, Mélanges d’archéologie et d’histoire publiés par l’École française de Rome, 19, , p. 458.
  3. Settipani, Christian – « Les origines maternelles du comte Otte-Guillaume » - Annales de Bourgogne, 66, 1994, pp. 5-63.
  4. Acte XLIII du Cartulaire de l’Église d’Autun (Gislebertus Vicecomes).
  5. Cartulaire de Saint-Marcel-lès-Chalon, acte n°28, Gisleberti comitis illustris.
  6. Annales de Flodoard, année 924.
  7. Cartulaire de Cluny, acte n°268.
  8. Chronique Saint-Bénigne, pour 928, notice de plaid - Gislebertus comes Burgundiae.
  9. Annales de Flodoard, année 943 (c'est une conséquence du Traité de Visé-sur-Meuse entre Louis IV et Otton Ier de Germanie).
  10. Recueil des historiens des Gaules et de la France, Livre VIII, page 254.
  11. Raphaël Bijard, « La construction de la Bourgogne Robertienne (936 - 1031) », sur Academia, , p. 27-28.
  12. Recueil des actes de Lothaire – Fin de l'An 954 - Gislebertus, Burgundiae comes praecipuus.
  13. Annales de Sainte-Colombe de Sens - année 956 - Gislebertus, princeps Burgundionum.

Voir aussiModifier