Gilbert Lazard

linguiste et iranologue français

Gilbert Lazard (Paris, – Paris, [1]) est un linguiste et iranologue français.

Gilbert Lazard
Lazard.JPG
Gilbert Lazard en 2013.
Fonctions
Président
Société de linguistique de Paris
Françoise Bader (d)
Président
Académie des inscriptions et belles-lettres
Président
Association pour l'avancement des études iraniennes (d)
-
Philippe Gignoux (d)
Président
Société de linguistique de Paris
René L'Hermitte (d)
Directeur
Institut d'études iraniennes (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 98 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjointe
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Membre de
Association pour l'avancement des études iraniennes (d)
Société asiatique
Académie des inscriptions et belles-lettres (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Ses travaux se partagent principalement entre, d'une part, l'étude des langues iraniennes, notamment par des traductions de la poésie persane classique[2], et d'autre part, en linguistique générale, des recherches sur la typologie syntaxique des langues et la notion d'actance. Il s'est aussi intéressé à la langue tahitienne.

BiographieModifier

Reçu à l'École normale supérieure en 1940, Gilbert Lazard est incorporé aux Chantiers de jeunesse puis rejoint la Résistance, au sein du Mouvement de libération nationale, en 1943[3]. En 1944-1945, il est déporté au camp de concentration de Dachau[3].

Il obtient en 1946 l'agrégation de grammaire (major du concours spécial[4]), puis en 1948 le diplôme de persan de l'École nationale des langues orientales vivantes — devenu depuis l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO). Il en devient professeur de persan de 1958 à 1966.

De 1951 à 1969, il est chargé de cours de civilisation iranienne à la Sorbonne, dont il devient maître de conférences (en 1960) puis professeur (en 1966) de langues et civilisation iraniennes. En 1969 et jusqu'en 1981, il devient professeur à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Il en dirige de 1969 à 1974 le département d'orientalisme et de 1972 à 1987 l’institut d’études iraniennes.

De 1972 à 1990, il est directeur d'études de linguistique et philologie iraniennes à l’École pratique des hautes études.

De 1972 à 1983, il est responsable de l’équipe de recherche de langues, littératures et culture iraniennes associée au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et à l’université Sorbonne nouvelle - Paris 3. De 1984 à 1993, il est responsable du groupement de recherches du CNRS « Recherche interlinguistique sur les variations d’actance et leurs corrélats ».

Il est élu, le , membre ordinaire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres[5]. Il la préside en 1990.

Il est membre de nombreuses sociétés savantes dont l'Association pour l’avancement des études iraniennes, la Société de linguistique de Paris[6], la Société asiatique et l'Association for Linguistic Typology[7]. De 1979 à 1999 il est le président de l'Association pour l'avancement des études iraniennes[8].

Vie privéeModifier

Gilbert Lazard est l'époux de Madeleine Lazard.

Principales publicationsModifier

Études iraniennesModifier

Traductions du persanModifier

Études tahitiennesModifier

Linguistique généraleModifier

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Philippe Gignoux (dir.) et Charles Henri de Fouchécour (dir.), Études irano-aryennes offertes à Gilbert Lazard, Paris, Association pour l'avancement des études iraniennes, coll. « Studia Iranica » (no 7), , xviii-383-[27] p., 26 cm (OCLC 464192740, notice BnF no FRBNF35764335)
  • Charles Henri de Fouchécour, « Lazard, Gilbert », dans Pierre Labrousse, Langues’O 1795-1995 : Deux siècles d’histoire de l’École des langues orientales, Paris, Hervas, , 477 p., 30 cm (ISBN 2-903-11890-6, OCLC 35816391, notice BnF no FRBNF37001555), p. 88
  • Amr Helmy Ibrahim (dir.), « Du persan à la typologie : L’apport de Gilbert Lazard », Faits de Langues, no 38,‎ (résumé)

Liens externesModifier