Gilbert Lazard

linguiste et iranologue français

Gilbert Lazard, né le à Paris et mort le à Paris[1], est un linguiste et iranologue français.

Gilbert Lazard
Lazard.JPG
Gilbert Lazard en 2013.
Fonctions
Président
Société de linguistique de Paris
Françoise Bader (d)
Président
Académie des inscriptions et belles-lettres
Président
Association pour l'avancement des études iraniennes (d)
-
Philippe Gignoux (d)
Président
Société de linguistique de Paris
René L'Hermitte (d)
Directeur
Institut d'études iraniennes (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 98 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Membre de
Association pour l'avancement des études iraniennes (d)
Société asiatique
Académie des inscriptions et belles-lettres (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Ses travaux se partagent principalement entre, d'une part, l'étude des langues iraniennes, notamment par des traductions de la poésie persane classique[2], et d'autre part, en linguistique générale, des recherches sur la typologie syntaxique des langues et la notion d'actance. Il s'est aussi intéressé à la langue tahitienne.

Carrière académiqueModifier

Reçu à l'École normale supérieure en 1940, Gilbert Lazard est incorporé aux Chantiers de jeunesse puis rejoint la Résistance, au sein du Mouvement de libération nationale, en 1943[3]. En 1944-1945, il est déporté au camp de concentration de Dachau[3].

Il a été l'élève d’Émile Benveniste et d’Henri Massé[4]. Il obtient en 1946 l'agrégation de grammaire (major du concours spécial[5]), puis en 1948 le diplôme de persan de l'École nationale des langues orientales vivantes — devenu depuis l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO). Il y est professeur de langues et civilisations iraniennes de 1958 à 1966[4].

De 1951 à 1969, il est chargé de cours de civilisation iranienne à la Sorbonne, avant de devenir maître de conférences (en 1960) puis professeur (en 1966) de langues et civilisation iraniennes. En 1969 et jusqu'en 1981, il devient professeur à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Il en dirige de 1969 à 1974 le département d'orientalisme et de 1972 à 1987 l’institut d’études iraniennes.

De 1972 à 1990, il est directeur d'études de linguistique et philologie iraniennes à l’École pratique des hautes études.

De 1972 à 1983, il est responsable de l’équipe de recherche de langues, littératures et culture iraniennes associée au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et à l’université Sorbonne nouvelle - Paris 3. De 1984 à 1993, il est responsable du groupement de recherches du CNRS « Recherche interlinguistique sur les variations d’actance et leurs corrélats ».

Il est élu, le , membre ordinaire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres [6]. Il la préside en 1990.

Il est membre de nombreuses sociétés savantes dont l'Association pour l’avancement des études iraniennes, la Société de linguistique de Paris[7], la Société asiatique et l'Association for Linguistic Typology[8]. De 1979 à 1999 il est le président de l'Association pour l'avancement des études iraniennes[9].

La Grammaire du persan contemporain et le Dictionnaire du persan-français de Gilbert Lazard sont devenus des travaux de référence, tout comme ses traductions de la poésie persane classique. Il est également le créateur de la revue Studia iranica, dont il fut durant de nombreuses années membre du comité de rédaction puis du comité scientifique.

Vie privéeModifier

Gilbert Lazard est l'époux de Madeleine Lazard.

Principales publicationsModifier

Études iraniennesModifier

Traductions du persanModifier

Études tahitiennesModifier

Linguistique généraleModifier

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Les universitaires iraniens rendent hommage à Gilbert Lazard », sur Agence de presse de la République islamique, (consulté le 10 septembre 2018)
  2. (en) « Gilbert Lazard: French Linguist who Lived in Persian Poetry », sur Asharq Al-Awsat, (consulté le 10 septembre 2018)
  3. a b c et d « Élection de M. Gilbert Lazard », sur Le Monde, Archives, (consulté le 9 septembre 2018).
  4. a et b « Disparition de Gilbert Lazard », sur studiairanica.com (consulté le 14 décembre 2020)
  5. « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960 », sur rhe.ish-lyon.cnrs.fr (consulté le 14 décembre 2020)
  6. « Lazard Gilbert », sur aibl.fr (consulté le 14 décembre 2020)
  7. Annuaire de la Société de linguistique de Paris. « http://www.slp-paris.com/spip.php?rubrique20 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  8. (en) Notice dans l'annuaire de l'Association for Linguistic Typology. « http://ling-asv.ling.su.se/alt_filer/directory2.php?q=645 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  9. « Présidences », sur studiairanica.com (consulté le 14 décembre 2020)
  10. « Gilbert Lazard honoré en Iran », sur fr.isna.ir, (consulté le 14 décembre 2020)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Philippe Gignoux (dir.) et Charles Henri de Fouchécour (dir.), Études irano-aryennes offertes à Gilbert Lazard, Paris, Association pour l'avancement des études iraniennes, coll. « Studia Iranica » (no 7), , xviii-383-[27] p., 26 cm (OCLC 464192740, notice BnF no FRBNF35764335)
  • Charles Henri de Fouchécour, « Lazard, Gilbert », dans Pierre Labrousse, Langues’O 1795-1995 : Deux siècles d’histoire de l’École des langues orientales, Paris, Hervas, , 477 p., 30 cm (ISBN 2-903-11890-6, OCLC 35816391, notice BnF no FRBNF37001555), p. 88
  • Amr Helmy Ibrahim (dir.), « Du persan à la typologie : L’apport de Gilbert Lazard », Faits de Langues, no 38,‎ (résumé)

Liens externesModifier