Ghislain-Joseph Henry

Ghislain-Joseph Henry
Présentation
Naissance
Dinant (Principauté épiscopale de Liège), Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Décès 1820, Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Mouvement Architecture néoclassique
Œuvre
Réalisations Château de Duras
Parc du château de Wespelaar
Extensions du Palais royal de Bruxelles

Ghislain-Joseph Henry est un architecte et un topiaire Liège né à Dinant en 1754 et décédé en 1820. Il appartenait à une famille originaire de Profondeville (Namur). Il est l'ancêtre de la famille Henry de Hassonville.

BiographieModifier

Il obtint le Premier prix d'architecture au concours clémentin de l'Académie de Saint Luc en 1779 et fut élève à Rome de l'Académie de Saint-Luc.

En 1803 il figure parmi les membres fondateurs de la Société de peinture, sculpture et architecture de Bruxelles.

Il fit partie du conseil académique de l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles en 1816.

Apprécié en haut lieu, il fit une carrière comme architecte tant de Louis XVI que de l'empereur du Saint-Empire, puis de Napoléon et du roi Guillaume Ier des Pays-Bas. Il était un peu le concurrent de Laurent-Benoît Dewez même si son œuvre n'a pas eu la même ampleur que celui-ci.

Mais il avait également des talents de topiaire et fit les plans de plusieurs parcs.

Son œuvreModifier

Œuvre architecturaleModifier

L'œuvre de topiaireModifier

  • Parc à l'anglaise du château de Wespelaar.
  • Parc et "fabriques" pour le château de Beauraing appartenant au duc de Beaufort Spontin.
  • Dessin du parc à l'anglaise de la commanderie des Vieux Joncs.

BibliographieModifier

  • Anne et Paul van Ypersele de Strihou, Laeken, résidence impériale et royale, Bruxelles, 1970, p. 27.
  • Académie de Bruxelles, deux siècles d'architecture, Bruxelles, Archives d'architecture moderne, 1989, pp. 35, 38, 79 (note 74), 162, 166, 167, 169, 170, 172, 202.
  • François de Pierpont, « Le château de Duras », dans Le Parchemin, septembre-, p. 353.
  • Xavier Duquenne, Le parc de Wespelaar, le jardin anglais en Belgique au XVIIIe siècle, Bruxelles 2001, pp. 43-55.

Liens externesModifier