Germain-André Soufflot de Palotte

personnalité politique française

Germain-André Soufflot de Palotte, né le à Auxerre et mort le à Paris, est un homme politique.

Germain-André Soufflot de Palotte
Fonctions
Député de l'Yonne
-
Conseiller général de l'Yonne
à partir de
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Fratrie
Pierre Soufflot de Merey (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Fanny Soufflot de Palotte (d)
Jules Soufflot de Magny et de PalotteVoir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Autres informations
Membre de

BiographieModifier

FamilleModifier

Neveu du célèbre architecte Soufflot et cousin germain du général-comte François Gédéon Bailly de Monthion, Germain-André Soufflot de Palotte est le fils de Jean-André Soufflot de Palotte, officier des finances, et de Geneviève-Thérèse Bailly de Monthyon.

Il épouse, en 1793, Jeanne Marie Julie Boyard de Forterre d'Egriselles, future première dame et sous-gouvernante du «roi de Rome». Ils ont laissé un fils : Jules Soufflot de Magny et de Palotte (1793-1893), officier de cavalerie (l'un des derniers survivants des guerres napoléoniennes) et administrateur des Messageries maritimes pendant cinquante ans, dont il est l'un des fondateurs ; et trois filles, mariées respectivement à l'archéologue Alexis Hubert Robillard, au notaire parisien Ferdinand Germain Lefèvre (père d'Antonin et Amédée Lefèvre-Pontalis) et à Jean-Baptiste Jollois.

CarrièreModifier

Bachelier en droit, intéressé dans les affaires du Roy et huissier de la chambre du roi Louis XVI avant la révolution, il se retire en Bourgogne après la journée du 10 août 1792.

Inquiété sous la Révolution, il est convoqué devant le comité de surveillance le 1er mars 1794. Il est par la suite délégué avec trois autres Auxerrois auprès de la Convention, le 30 mars 1795, afin de demander le désarmement des Jacobins à travers la France.

Il est désigné pour prendre part à la conférence se tenant à Paris en l'an V sur les moyens de relever le commerce, l'agriculture et l'industrie.

En l'an VII, il est l'un des premiers fondateurs de l'entreprise générale des Messageries (Messageries nationales), dont il devient administrateur. Il est choisi plus tard comme membre du conseil d'administration de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale. En 1802, il cède à Pourtalès ses actions dans les Établissements du Creusot pour 58 800 francs[1].

Nommé, le 18 germinal an XI, par le premier Consul, conseiller général de l'Yonne, sur la recommandation du sénateur Villetard et, le 18 fructidor suivant, président de l'assemblée du canton de Coulanges-sur-Yonne, il est présenté, le 16 floréal an XIII, par les collèges électoraux du département de l'Yonne, comme candidat au Corps législatif, et élu en cette qualité par le Sénat, le . Il mourut deux ans après, au cours de la législature.

Un 'portrait-charge' le représentant en uniforme militaire, chevauchant une tortue perchée sur une tablette à roulettes, a été sculpté par Jean-Pierre Dantan en 1844. Il se trouve dans les collections du musée Carnavalet à Paris[2].

SourceModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, 2020
  2. Portrait-charge de Germain-André Soufflot de Palotte (1755-1808), administrateur des messageries et homme politique, Paris Musées