Gerhard Friedrich Müller

historien et explorateur du XVIIIe siècle

Gerhard Friedrich Müller (Herford, -Moscou, ), est un historien, explorateur et géographe russe d'origine allemande, spécialiste de la Sibérie.

BiographieModifier

Son père était recteur du Friedrichs-Gymnasium Herford (de). Gerhard Müller étudie la philosophie et l'histoire à l'université Rinteln (de) et à l'université de Leipzig. En 1725, il part enseigner l'histoire et le latin à Saint-Pétersbourg et fait partie des membres fondateurs de l'Académie des sciences de Russie. A 25 ans, il en devient professeur titulaire et en 1730, il devient Fellow de la Royal Society.

Après un voyage aux Pays-Bas et en Angleterre, il est engagé par Johann Georg Gmelin et la tzarine Anne comme directeur de la section historique et ethnographique de la deuxième expédition du Kamtchatka (1733-1743).

Le détachement rejoint ainsi Tobolsk en . Avec Gmelin, Müller remonte l'Irtych et arrive à Irkoutsk le . Après un périple jusqu'à Nertchinsk, les deux hommes retournent à Irkoutsk pour hiverner. Gmelin se charge des collections de flore et de minéraux ainsi que de zoologie et de météorologie, tandis que Müller étudie les manuscrits des archives sibériennes dont il effectue des copies. Il organise aussi des fouilles et mène des travaux ethnologiques et linguistiques.

Le , Müller se rend à Oust-Kout où il est rejoint par Louis Delisle de la Croyère avec qui il descend la Léna et visite la région jusqu'à Irkoutsk qu'il rejoint début septembre et où ils retrouvent Vitus Béring et Alekseï Tchirikov. Les collections de Gmelin disparaissant dans un incendie, Müller, Gmelin et Delisle explorent de nouveau les régions visitées et expédient Kracheninnikov au Kamtchatka. Ils rejoignent Irkousk pour l'hiver.

En 1739, ils parcourent l'Ienisseï jusqu'à Nova Mangazeïa, atteignent Krasnoïarsk où ils décident de se séparer. Müller visite alors Ob, reste l'hiver à Tobolsk, se rend à Tioumen, explore l'Oural où il tombe gravement malade. Il se soigne à Tobolsk. Pendant ce temps, Gmelin à explorer les steppes de la Baraba et l'Oural.

Les deux hommes se rejoignent à Saint-Pétersbourg le . Gmelin y rédige sa Flora Siberica et regagne l'Allemagne. Müller se fait naturaliser Russe et écrit son Histoire de la Sibérie. Lorsque Catherine II devient impératrice, il devient chef des archives du Collège des Affaires étrangères.

BibliographieModifier

  • Joseph Lawrence Black, G.F. Müller and the Imperial Russian Academy of Sciences, 1725-1783: First Steps in the Development of the Historical Sciences in Russia, McGill-Queen’s University Press, Kingston-Montréal, 1986
  • Joseph Lawrence Black, Dieter K. Buse, G.-F. Müller and Siberia, 1733-1743, Limestone Press, Kingston, Ontario / Fairbanks, Alaska, 1989
  • Aleksander Christianovich Elert, Ekspedicionnye materialy G. F. Millera kak istocnik po istorii Sibiri, Akademija Nauk SSSR, Sibirskoe Otdelenie, Institut Istorii, Filologii i Filosofii, Novosibirsk, 1990
  • Michel d'Arcangues, Dictionnaire des explorateurs des pôles, Séguier, 2002, p. 371-372  
  • Gudrun Bucher, Von Beschreibung der Sitten und Gebräuche der Völcker. Die Instruktionen Gerhard Friedrich Müllers und ihre Bedeutung für die Geschichte der Ethnologie und der Geschichtswissenschaft, Quellen und Studien zur Geschichte des östlichen Europa, vol. 63, Franz Steiner Verlag, Stuttgart, 2002

Liens externesModifier