Ouvrir le menu principal

Gerd von Rundstedt

général allemand

Gerd von Rundstedt
Gerd von Rundstedt
Gerd von Rundstedt en 1940, portant l'uniforme et le bâton de Generalfeldmarschall, à la suite de sa récente promotion (ayant eu lieu à Berlin le ).

Nom de naissance Karl Rudolf Gerd von Rundstedt
Naissance
Aschersleben, Empire allemand
Décès (à 77 ans)
Hanovre, Allemagne de l'Ouest
Origine Allemand
Allégeance Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Drapeau de la république de Weimar République de Weimar
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Arme War Ensign of Germany (1903–1919).svg Deutsches Reichsheer
War Ensign of Germany (1922–1933).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade Generalfeldmarschall
Années de service 1893-1945
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Campagne de Pologne
Bataille de France
Bataille de Dunkerque
Opération Barbarossa
Débarquement de Dieppe
Bataille de Normandie
Bataille de Caen
Distinctions Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne et glaives
Famille une femme, un fils
Rundstedt en 1932.

Gerd von Rundstedt est un Generalfeldmarschall du Troisième Reich, né le à Aschersleben (Empire allemand) et mort le à Hanovre (Allemagne de l'Ouest).

Il a été l’un des principaux chefs de l'armée allemande au cours de la Seconde Guerre mondiale. Emprisonné à l'issue du conflit, un temps inculpé de crime de guerre en raison d’un ordre de l’un de ses subordonnés, il n'est pas jugé dans un des procès de Nuremberg ; il n'est pas condamné et est libéré en 1949 en raison de son âge et de sa mauvaise santé.

BiographieModifier

Origines et Première Guerre mondialeModifier

Né en 1875 près de Halberstadt, en Saxe prussienne, dans le centre de l'Empire allemand, il est issu d'une famille de la noblesse prussienne. Il s'enrôle dans l'armée à l'âge de 18 ans et est incorporé dans l’« Infanterie Regiment 83 » le , comme sous-lieutenant (Leutnant). Il entre à l'Académie de guerre de Prusse en 1902 et en sort lieutenant (Oberleutnant). Il est nommé capitaine (Hauptmann) le . Au début de la Première Guerre mondiale, le , il est promu commandant (Major) et est nommé chef de l'état-major de sa division (la 86e division d'infanterie).

Entre-deux guerresModifier

Après guerre, il parvient à rester dans la Reichswehr et devient lieutenant-colonel (Oberstleutnant) le puis colonel (Oberst) le  ; il prend le commandement d'une grande unité, le , en devenant chef de corps du 18e régiment d'infanterie de Paderborn. Sa carrière en temps de paix se poursuit de la manière la plus classique : chef d'état-major du Gruppenkommando 2 le , général de brigade (Generalmajor) le , il commande la 2e division de cavalerie de Breslau le . Général de division (Generalleutnant) le , il se voit confier le commandement de la 3e division le , commandant du Gruppenkommando 1 le même jour.

À ce moment, Rundstedt commence à faire parler de lui : en effet, il méprise les nazis ; issu de la noblesse prussienne, il n'apprécie guère le côté indiscipliné, braillard et orgueilleux des SA et de leur chef suprême, Hitler. Ne souhaitant pas voir les nazis au pouvoir, il menace de démissionner quand le chancelier Franz von Papen décrète la loi martiale à la fin du printemps 1932. Six ans plus tard, en 1938, à la suite de l'affaire Blomberg-Fritsch, en accord avec le général Wilhelm von Leeb, il réussit à empêcher Hitler de nommer le général pro-nazi Reichenau à la tête de l'OKW, le haut commandement des forces armées allemandes nouvellement créé. Général d'armée (Generaloberst) le , il est mis à la retraite sur sa demande car il ne peut accepter de devoir, à terme, obéir aux ordres de celui qu'il qualifie de « caporal d'opérette », le Führer Adolf Hitler. De plus, il perçoit la duplicité de Hitler à la suite des accords de Munich qui conduisent au démantèlement de la Tchécoslovaquie.

Seconde Guerre mondialeModifier

Le déclenchement d’un conflit généralisé étant imminent, il est rappelé au service actif en , en vue de prendre le commandement du Heeresgruppe Süd (groupe d'armées Sud) lors de l’attaque de la Pologne. Il est nommé à la tête de l'Oberbefehlshaber Ost (de) (haut-commandement de l’Est) du au . Lors des préparatifs de l’invasion de le France, en tant que commandant du Heeresgruppe A (groupe d'armées A), depuis le [a], il soutient un général qu'il a sous ses ordres, Erich von Manstein, qui propose un franchissement des Ardennes par des colonnes blindées. Ce plan est accepté par Hitler.

Pendant la bataille de France, il a sous ses ordres quarante-cinq divisions dont sept blindées et trois motorisées, sur un front s'étendant de Sedan à Maastricht. Il semble qu'il soit à l'origine de l'ordre qui fait s'arrêter les troupes de la Wehrmacht avant que celles-ci ne se soient lancées à l'assaut de Dunkerque. En effet, ses Panzerdivisionen, commandées par le général Guderian, se sont trop avancées dans les lignes alliées et son manque de soutien en infanterie lui fait craindre un isolement de ces troupes. Hitler ayant les mêmes appréhensions, accepte de donner cet ordre d’arrêt. Cela permet incidemment à des dizaines de milliers de soldats anglo-français d'éviter la capture. Heinz Guderian dans ses mémoires[1] incrimine quant à lui la mégalomanie de Göring qui, persuadé de pouvoir détruire la poche de Dunkerque avec sa seule aviation, serait à l'origine de cet ordre qui a pu apparaître surprenant.

Promu Generalfeldmarschall le , il participe aux préparatifs de l'opération Seelöwe, le projet d’invasion de la Grande-Bretagne. À la suite de l'annulation de cette opération, en raison de la défaite de la Luftwaffe lors de la bataille d'Angleterre, il prend en charge l'ensemble des forces d'occupation à l'ouest de l'Allemagne (l’Oberbefehlshaber West du à ). Il doit lancer la mise en place d'une défense côtière apte à repousser un éventuel débarquement sur les côtes occidentales.

Mais Hitler se tourne vers l'Est et déclenche l'invasion de l'Union soviétique en . Il place le vieux Prussien à la tête du Heeresgruppe Süd (groupe d'armées Sud) le . Celui-ci comprend quarante-deux divisions, dont cinq blindées, qu'il doit mener à la conquête de l'Ukraine. Son avance est initialement plus lente que celle des autres groupes d'armées, car l'essentiel des forces mécanisées et blindées de l'Armée rouge se trouve dans cette région frontalière. Il prend Kiev et y fait 665 000 prisonniers (les 5e, 21e, 26e et 37e armées soviétiques). Il se dirige ensuite vers Kharkov et Rostov-sur-le-Don. La fin de l'automne arrive et il conseille à Hitler d'arrêter les troupes afin de leur faire préparer une ligne de défense pour affronter les rigueurs de l'hiver russe. Mais Hitler s’oppose à cette idée et souhaite prendre Moscou. En , Rundstedt est victime d'une attaque cardiaque, mais refuse de se faire hospitaliser. Il atteint finalement Rostov le , où il est repoussé par la contre-attaque d'hiver soviétique. Il demande alors à nouveau à Hitler l'autorisation de se replier vers une ligne de défense préparée. Hitler refuse catégoriquement et, ulcéré par ce Generalfeldmarschall qu'il considère « défaitiste », le fait remplacer par Walter von Reichenau le .

Mais à la suite des déboires sur le front de l’Est de l’hiver 1941-1942, Hitler est conduit à reconnaître les qualités de stratège de Rundstedt : il le rappelle au service actif en lui confiant l'Oberbefehlshaber West (le haut-commandement de l’Ouest, couramment abrégé en « OB West ») le . Pendant les deux années qui suivent, Rundstedt travaille à édifier et consolider le mur de l'Atlantique, en collaboration avec Rommel qui le rejoint à la fin de l’année 1943. Les deux hommes sont toutefois en désaccord sur la tactique à y tenir en prévision d’un éventuel débarquement allié : Rommel souhaite se battre sur les plages, tandis que Rundstedt préfère écraser l'adversaire par des contre-attaques massives depuis l'arrière.

Après le , alors que le débarquement allié en Normandie s'avère une réussite, Rundstedt, lucide sur les chances de victoire du Troisième Reich, conseille à Hitler de négocier au plus tôt la paix. Furieux, Hitler le démet à nouveau de ses fonctions le et le fait remplacer par Kluge à la tête de l'OB West.

Mais, deux semaines plus tard, l'attentat du contre le Führer lui permet de reprendre du service : il est, avec Guderian et Keitel, membre de la cour d'honneur de l'armée appelée à statuer sur les dossiers des officiers impliqués dans le complot. En effet, Rundstedt a beau mépriser le chef nazi, il n'en demeure pas moins un officier discipliné et pétri du sens de l'honneur prussien : il ne peut accepter que l'on attente à la vie du dirigeant de l'Allemagne. Peu après, son successeur à l'OB West Kluge étant soupçonné[b], il retrouve son précédent poste le . Il propose alors une contre-offensive modérée en passant par les Ardennes. Hitler veut une offensive massive et rejette partiellement sa proposition ; in fine, Hitler en confie le commandement à Rundstedt et à Model, bien que ces derniers aient estimé ce plan trop ambitieux. La contre-offensive de grande envergure débute en mais se conclut finalement par un échec en , les troupes allemandes étant repoussées. Le , Rundstedt est pour la dernière fois démis de ses fonctions, pour motif de défaitisme, à la suite de la prise « intact » du pont de Remagen sur le Rhin puis de son franchissement par les troupes alliées.

Rundstedt est capturé le par la 36e division d'infanterie américaine, dans le sanatorium de Bad Tölz en Bavière où il s'est réfugié pour soigner ses problèmes cardiaques et d'arthrite.

L'après-guerreModifier

 
Rundstedt au procès de Nuremberg.

Détenu à partir de dans un camp de prisonniers britannique, Rundstedt est inculpé de crime de guerre : on lui reproche des assassinats en masse en Union soviétique. L'acte d'accusation s'appuie notamment sur un ordre publié par Walter von Reichenau, à l'époque sous la supervision de Rundstedt. Cet ordre appelait à l’extermination des « sous-êtres juifs » (jüdisches Untermenschentum). Il est prouvé que Rundstedt était au courant de cet ordre, qu'il l'avait validé et qu'il s’était déclaré parfaitement en accord (voll einverstanden) avec son contenu[2].

En raison de sa santé chancelante et de son âge, les Alliés renoncent à le juger. Sa maladie de cœur incite les Britanniques à le libérer en . En effet, un certain nombre de maréchaux nazis — Walther von Brauchitsch, Werner von Blomberg, Wolfram von Richthofen et Ernst Busch — sont morts de maladie en détention avant leur procès. Ils craignent ainsi qu'un mort de plus ne suscite de l'hostilité contre les Britanniques dans leur zone d'occupation britannique, zone que l'on considère déjà comme un futur allié possible contre les Soviétiques.

Gerd von Rundstedt meurt le , âgé de 77 ans, à Hanovre (land de Basse-Saxe) : il est inhumé dans cette ville, dans le cimetière municipal de Stöcken. Son épouse était morte l'année précédente, en 1952, âgée de 73 ans.

Résumé de sa carrière militaireModifier

PromotionsModifier

Entre parenthèses, sont mentionnés les grades équivalents en France.

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Ce commandement va durer jusqu'au .
  2. Ces soupçons conduisent le Generalfeldmarschall Kluge à se suicider près de Verdun le , alors qu'il est sur le chemin de Berlin, où il est rappelé pour rendre des comptes.

RéférencesModifier

  1. Heinz Guderian - Souvenirs d'un soldat - Plon 1954.
  2. Der „Reichenau-Befehl“: „Das Verhalten der Truppe im Ostraum“, NS-Archiv.de.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (de) Das Personenlexikon zum Dritten Reich. Wer war was vor und nach 1945. Fischer Taschenbuch Verlag, Zweite aktualisierte Auflage, Francfort-sur-le-Main, 2005.
  • (de) Veit Scherzer: Die Ritterkreuzträger 1939-1945, Scherzers Militaer-Verlag, Ranis/Iéna 2007.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :