Georges Tate

historien français

Georges Tate, né le à Vigneux-sur-Seine et mort le à Joigny, est un universitaire, historien et orientaliste français spécialiste de l'Empire byzantin et du haut Moyen Âge proche-oriental[1].

Georges Tate
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
JoignyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Genre artistique
Non-fiction (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
L'Orient des Croisades (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Georges Tate fit ses études aux lycées de Bastia, puis de Montluçon (1954-1961)[2], avant de fréquenter les établissements parisiens (lycée Louis-le-Grand) où il prépara l'entrée à l'École normale supérieure de Saint-Cloud[3].

À la Sorbonne, il suit un cursus classique que ponctuent une brillante réussite à l'agrégation d'histoire (1968) et une place d'assistant à l'université Paris-Nanterre[4].

Professeur à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines depuis sa création[5], il fut également professeur d'histoire byzantine et d'archéologie à l'université de Franche-Comté et directeur de la Mission archéologique française au nord de la Syrie[6].

Directeur de l'Institut d'archéologie du Proche-Orient (IFAPO) de 1980 à 1990[7], il occupe le poste de conseiller culturel à Bagdad puis celui de directeur du département des Sciences humaines et sociales au Centre national de la recherche scientifique (CNRS)[8].

Membre de plusieurs sociétés savantes, il est élu le comme correspondant français à l'Académie des inscriptions et belles-lettres au fauteuil de Charles Higounet[9].

PublicationsModifier

  • Déhès (Syrie du nord) : Campagnes I-III (1976-1978) : Recherches sur l'habitat rural [sous la direction], Paris, Librairie orientaliste P. Geuthner, 1981. (ISBN 2-7053-0111-9)
  • L'Orient des croisades, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard / Histoire », no 129, 1991.
  • Les campagnes de Syrie du nord du IIe au VIIe siècle : exemple d'expansion démographique et économique à la fin de l'Antiquité, Paris, Institut français du Proche-orient, 1992.
  • Les Croisés en Orient, Paris, La Documentation française, 1993.
  • La Grèce antique, Paris, Hachette, coll. « Les fondamentaux », 2000.
  • Justinien : l'épopée de l'Empire d'Orient (527-565), Paris, Fayard, 2004. (ISBN 2-213-61516-0)
  • Le monde byzantin I : L'Empire romain d'Orient (330-641) [ouvrage collectif], Paris, Presses Universitaires de France, coll. «  Nouvelle Clio », 2012.
  • Sergilla, village d'Apamène. Tome I : Une architecture de pierre [sous la direction], Paris, Institut français du Proche-Orient, 2014.

Notes et référencesModifier

  1. André Vauchez (historien), « Allocution à l'occasion du décès de M. Georges Tate, correspondant français de l'Académie », Comptes rendus de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 153,‎ , p. 851-852 (lire en ligne)
  2. Son père y est professeur de musique de 1950 à 1970. Maurice Malleret, Encyclopédie des auteurs du pays montluçonnais et de leurs œuvres (de 1440 à 1994), Charroux, Éditions des Cahiers bourbonnais, 1994, p. 375-376, notice no 302.
  3. Philippe-Jean Catinchi, « Georges Tate », sur lemonde.fr,
  4. François Favory, « Georges Tate (1943-2009) », Dialogues d'histoire ancienne, vol. 35, no 2,‎ , p. 9-11 (lire en ligne)
  5. « Georges Tate », sur babelio.com
  6. M.-M. Mactoux, « Georges Tate (1943-2009) », Dialogues d'histoire ancienne, vol. 35, no 1,‎ , p. 9-10 (lire en ligne)
  7. Marc Griesheimer, « Georges Tate (1943-2009) », Syria. Archéologie, art et histoire, vol. 86,‎ , p. 341-342 (lire en ligne)
  8. Vincent Puech, « Les travaux de Georges Tate sur la Syrie du Nord et les études sur la Macédoine à la fin du Moyen Âge : un apport commun à la connaissance des campagnes byzantines », Topoi. Orient-Occident, vol. 12,‎ , p. 459-470 (lire en ligne)
  9. « Georges Tate », sur aibl.fr

Liens externesModifier