Ouvrir le menu principal

Georges Sérénon (1913 - 2000) fut pionnier de la plongée sous-marine et cofondateur, avec Claude Arzillier, du CIP, le Centre international de plongée.

Résumé biographiqueModifier

Georges Sérénon plongeait en apnée déjà avant la Seconde Guerre mondiale. Il était très habile et s'était fabriqué ses propres palmes de plongée, palmes encore conservées au musée Frédéric-Dumas, à Sanary-sur-Mer. La guerre terminée il travaillait dans l'atelier, à Sanary-sur-Mer, où Paul Dubois fabriquait des masques de plongée, les célèbres masques « Squale ». La société de Dubois fournissait en masques Cousteau, Taillez, Dumas et tous les plongeurs du GRS et c'est ainsi que Sérénon entra en contact avec la plongée en scaphandre autonome et avec l'équipe de Cousteau, au sein de laquelle il fut vite surnommé « Jojo », tout comme Frédéric Dumas était connu par le diminutif « Didi » ou Albert Falco celui de « Bébert ».

Dans les années 1950 Georges Sérénon intégra la Spirotechnique, société filiale d'Air liquide que Cousteau et Gagnan avaient fondée en 1945 pour la fabrication et la vente de leur scaphandre autonome. Il occupa ainsi d'abord un poste d'agent commercial et ensuite il fut nommé inspecteur général de la société. Lorsqu'en 1960 la Spirotechnique signa un contrat avec l'État pour créer un centre qui allait assurer la formation en plongée des sapeurs-pompiers, gendarmes et CRS c'est Georges Sérénon qui fut choisi pour en être le directeur. Le Centre international de plongée (mieux connu sous le nom de CIP Bendor) fut ainsi fondé à l'île de Bendor, en face de Bandol, en 1960 et le premier stage de plongée, destiné aux CRS, eut lieu en juin 1961. Claude Arzillier (surnommé le « Tonton ») et son épouse (surnommée « Mimi ») assurèrent les formations de plongée jusqu'à la retraite du Tonton, dans les années 1990.

Après avoir été inspecteur général de la Spirotechnique et président du Centre international de plongée Georges Sérénon finit sa carrière comme Président de la FIFAS (Fédération internationale des fabricants d'articles de sport). En 1994, déjà retraité, il participa, à Sanary-sur-Mer, à la fondation du musée Frédéric-Dumas, musée consacré à l'archéologie sous-marine et à l'histoire des équipements de plongée.

En 2013, le musée Dumas célébra le centenaire de sa naissance avec celui de Frédéric Dumas et Maurice Fargues nés la même année.

Voir aussiModifier