Ouvrir le menu principal

Georges Pianta

personnalité politique française

Georges Pianta
Fonctions
Député de la 2e de la Haute-Savoie
Législature Ire, IIe, IIIe, IVe, Ve, VIe (Cinquième République)
Groupe politique RI puis UDF
Successeur Yves Sautier
Député de la Haute-Savoie
Législature IIIe (Quatrième République)
Maire de Thonon-les-Bains
Successeur Paul Neuraz
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Thonon-les-Bains, Haute-Savoie (France)
Date de décès (à 85 ans)
Lieu de décès Thonon-les-Bains, Haute-Savoie (France)
Nationalité française

Georges Pianta, né le à Thonon-les-Bains et mort le dans la même ville, est un homme politique français. Il est maire de Thonon-les-Bains de 1944 à 1980 et député de la Haute-Savoie de 1956 à 1981.

Sommaire

BiographieModifier

Fils d'un huissier de justice, Georges Pianta entreprend des études de droit par correspondance avec la faculté de droit de Paris qui l'amènent à devenir avocat et, à l'âge de 22 ans, il s'inscrit au barreau de sa ville natale[1].

C'est à la Libération qu'il entame sa carrière politique en devenant maire de Thonon-les-Bains le 4 septembre 1944 dans la municipalité provisoire et reconduit en mai 1945 lors des premières élections municipales de l'après-guerre. Particulièrement attaché à sa ville, il est ensuite constamment réélu et conserve ce mandat jusqu'au , date à laquelle il décide d'abandonner la vie politique locale[2]. De son expérience d'élu municipal, il a tiré le livre Au service de ma ville natale, paru en 1987.

En 1949, il fait son entrée au conseil général de la Haute-Savoie et exerce la fonction de vice-président de l'assemblée départementale de 1955 à 1979.

Fort de cet ancrage local, il tente en vain une première fois d'obtenir un mandat national au Conseil de la République en 1948. Il échoue également à se faire élire à la Haute Assemblée lors des élections sénatoriales de 1952.

C'est finalement lors des élections législatives de 1956 qu'il obtient un mandat de député en étant élu à la tête d'une liste « Union des indépendants et paysans ». Au cours de cette dernière législature de la IVe République, il se fait remarquer en se prononçant en faveur de la percée d'un tunnel sous le mont Blanc. Le , il vote les pleins pouvoirs au gouvernement Charles de Gaulle. Sa carrière parlementaire se déroule principalement sous la Ve République. Lors des élections législatives de 1958, il est réélu dès le premier tour dans la deuxième circonscription de la Haute-Savoie (alors celle de Thonon-les-Bains), toujours sous l'étiquette de l'Union des indépendants et paysans. En 1962, il rejoint le groupe des Républicains indépendants puis siège sur les bancs de l'UDF au cours de son dernier mandat parlementaire, de 1978 à 1981.

Au cours de sa vie politique, il s'est particulièrement battu pour développer la cité judiciaire de Thonon-les-Bains[3]. En 1968, il inaugure l'hôpital moderne de la ville qui porte désormais son nom[4].

MandatsModifier

Député
Conseiller général
Maire

AnnexeModifier

BibliographieModifier

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier