Georges Decaux (éditeur)

éditeur

Georges Decaux (1845 - Rouen, 11 juillet 1914[1]) est un éditeur français du XIXe siècle, spécialisé dans les périodiques illustrés.

Georges Decaux
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

ParcoursModifier

Georges Decaux reprend la maison d'édition de François Polo en 1874, devenant La Librairie illustrée en 1877 (Paris, 7 rue du Croissant), avec le concours de Maurice Dreyfous et Armand-Désire Montgrédien avec lesquels il fonde notamment le Journal des voyages puis La Science illustrée. Il est également directeur de publication pour Musée universel[2].

Originellement spécialisée dans la presse satirique, Decaux en diversifie la production éditoriale, avec une prédilection pour les ouvrages destinés au grand public, allant toutefois de la vulgarisation et de la littérature jeunesse aux livres d'art, en passant par les guides et les dictionnaires.

Il est le premier éditeur à croire au talent de Jean Richepin (1849-1926) en éditant, en 1876, sa Chanson des Gueux. Pour cette mauvaise action il est condamné à 500 francs d'amende, comme Jean Richepin et l'éditeur Debons, le 15 juillet 1876, par la 9ème Chambre du tribunal correctionnel de la Seine[réf. nécessaire].

Avec l'éditeur Dreyfous, il encourage Albert Robida à pratiquer l'eau-forte et la lithographie, ce dernier illustrant notamment les Œuvres de Rabelais en 1885[3].

En 1890, malade, il laisse sa succession à Armand-Désiré Montgrédien via la société Montgrédien & Cie pour le domaine historique, associé à Jules Tallandier pour le populaire, ce dernier reprenant l'ensemble sous son nom en 1900[4].

Paul Margueritte écrivit de lui en 1919 : "Georges Decaux était un novateur, un des esprits les plus actifs de la librairie"[5].

Sa bibliothèque de 3160 ouvrages est conservée à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris[6].

Notes et référencesModifier

  1. http://www.robida.info/auteur_illustrateur.html ; Nécrologie, Bull. de la Société des amis des arts du département de l'Eure, n° XXX, 1919, p. 47, consultable sur Gallica
  2. « Fiche du Musée universel », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 30 novembre 2016).
  3. Philippe Brun, « Robida, Albert », dans Dictionnaire encyclopédique du Livre, t. 3, Paris, Cercle de la Librairie, , 1088 p. (ISBN 978-2-7654-0987-8), p. 580
  4. Jacques Jourquin, « Tallandier », dans Dictionnaire encyclopédique du Livre, t. 3, Paris, Cercle de la Librairie, , 1088 p. (ISBN 978-2-7654-0987-8), p. 810
  5. Paul Margueritte, "Le printemps tourmenté : souvenirs littéraires (1881-1896)", Revue des deux mondes, 1919, p. 271 (consultable sur Gallica)
  6. Consulter la liste.

AnnexesModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier