Ouvrir le menu principal

Georges Bruguier

homme politique et résistant français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bruguier.
Georges Bruguier
Sen.at.jpg
Fonctions
Député
Gard
-
Président du conseil général du Gard
-
Conseiller général
Canton de Sauve
-
Georges Martin (d)
Président
Comité local de libération de Nîmes (d)
Membre (d)
Comité départemental de libération du Gard (d)
-
Conseiller général
Canton de Sauve
-
Paul Gachon (d)
Sénateur
Gard
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
CarcassonneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Homme politique, résistantVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Fratrie
Eugène Bruguier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Parti politique
Conflit
Georges BRUGUIER

Georges Bruguier est un homme politique, résistant et journaliste français né le à Nîmes et mort le à Carcassonne.

Sommaire

BiographieModifier

Fils de Victorien Bruguier, pionnier du socialisme dans le Gard, Georges Bruguier fait ses études au lycée de Nîmes, puis à la faculté de droit de Montpellier et devient journaliste. Il collabore également à La Dépêche de Toulouse.

Il s'engage pendant la Première Guerre mondiale et passe tout le conflit au front.

Comme son père, Georges Bruguier, dans un premier temps n'adhère pas à un parti. Cela ne l'empêche pas d'être candidat (malheureux) aux élections législatives de 1919 et 1924, sur deux listes communes SFIO-Parti radical, puis d'être élu sénateur en mai 1924 et conseiller municipal de Nîmes l'année suivante. Il est constamment réélu jusqu'en 1940 et adhère à la SFIO dans les années 1930.

Le 10 juillet 1940, il fait partie des quatre-vingts parlementaires qui votent contre les pleins pouvoirs à Philippe Pétain. À la suite de ce vote, il est révoqué de tous ses mandats par le régime de Vichy et interné à Saint-Paul-d'Eyjeaux, en Haute-Vienne, où il passe toute la Seconde Guerre mondiale.

Il retrouve ses fonctions à la Libération, et est nommé président de la délégation spéciale de Nîmes le [1]. Le 13 mai, il est remplacé par Léon Vergnole, maire élu[1] ; il se retire alors à Carcassonne. Il n'exerce plus dès lors, en politique, qu'un mandat de conseiller municipal de cette ville, de 1959 à son décès.

Son nom a été donné à une rue et à un groupe scolaire de Nîmes.

Il est aujourd'hui inhumé à Carcassonne, dans le cimetière de la cité.

Il est le père du résistant Michel Bruguier[2].

Détail des mandatsModifier

  • Sénateur du Gard de 1924 à 1940
  • Conseiller général du canton de Sauve de 1945 à 1951
  • Président du conseil général du Gard de 1945 à 1951
  • Président de la délégation spéciale de Nîmes en 1945
  • Conseiller municipal de Nîmes de 1925 à 1940 et de 1959 à 1962

Notes et référencesModifier

  1. a et b Cantini et Gilabert 2012.
  2. « Michel Bruguier », dans Serge Velay (dir.), Visas pour le Gard : un siècle, un département, Vauvert, Au diable Vauvert, (ISBN 978-2-84626-101-2), p. 351.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • « Georges Bruguier », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • Jean Maitron (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, éditions de l'Atelier, cédérom, 1997
  • Laurent Pichon, « Bruguier Georges (1884-1962) », dans La Résistance dans le Gard, Paris, Association pour des études sur la résistance intérieure, (ISBN 978-2-915742-23-7) — notice individuelle non paginée.
  • Maureen Cantini et Mariette Gilabert, « Georges Bruguier », dans David Mataix (dir.), Les Maires de Nîmes depuis la Révolution, Nîmes, Lacour, coll. « Rediviva », (ISBN 978-2-7504-2885-3), p. 147-149.

Liens externesModifier