Georges-Léon-Alfred Perrichon

graveur français

Georges-Léon-Alfred Perrichon, né le à Paris et mort le à Andeville est un graveur, dessinateur et peintre français.

Georges-Léon-Alfred Perrichon
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
Andeville ou AudevilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Léon Alfred PerrichonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Maîtres
Enfant

BiographieModifier

Georges-Léon-Alfred Perrichon est l'élève de Lequien, de Jacques Adrien Lavieille, et d'Émile Lassalle[1]. Il est associé, en 1851, avec Antoine-Alphée Piaud et Isidore Désiré Regnier[2], en 1858, d'Edmond Yon ensuite. Nombre de ses gravures sont co-signées avec Buri & Jeker[3]. Il a fréquemment gravé d'après les peintures de Gustave Brion.

Il expose pour la première fois au Salon de Paris en 1864, deux gravures d'après Brion[4], et envoie des œuvres à ce salon jusqu'en 1879. Il est ensuite membre de la Société des artistes français et expose en leur salon régulièrement jusqu'en 1892.

Il est également présent dans de nombreuses expositions : Société des amis des arts de Strasbourg, en 1884, Société artistique de l'Hérault, en 1885 ; Société des amis des arts du département de Seine-et-Oise, musée de Versailles, 1885 ; Société des amis de arts du département de la Somme, en 1887 ; Société des amis des arts du Havre, en 1896 ; exposition du Méru (Oise), 1907. Il représente fréquemment dans ses œuvres des paysages des environs de Paris et en Normandie.

Il forme son fils Jules-Léon Perrichon à la gravure sur bois.

Une rue d'Andeville porte le nom de Georges Perrichon.

ŒuvreModifier

Ouvrages illustrésModifier

Œuvres présentes dans des muséesModifier

Le British museum possède 9 estampes[5] : Scène de l'Apocapypse, d'après Albrecht Dürer ; Les amours d'Antoine et de Cléôpatre d'après Giovanni Battista Tiepolo ; La Vierge et l'Enfant Jésus entourés de Saint Jean-Baptiste, Sainte Marie-Madeleine, d'après Botticelli ; Tête de femme ; Marat chez Talma ; Portrait de Corot ; Triomphe de Marat.

Le Metropolitan Museum of Art (New York)[6] : Charge of the Ninth Cuirassiers, Village of Morsbronn, August 6, 1870 d'après Édouard Detaille.

Notes et référencesModifier

  1. E. Bénézit, Dictionnaire Critique et Documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs & graveurs tome 3, Paris, E. Gründ, , 1238 p., p. 461
  2. Comité national de la gravure française, Nouvelles de l'estampe, 2000, p. 123
  3. Atelier des beaux-frères graveurs Rudolf Buri (d) (1835-1878) et Melchior Karl Jeker (d) (1834-1868).
  4. Fiche exposant Salon 1864, base salons du musée d'Orsay.
  5. « Georges Léon Alfred Perrichon », sur britishmuseum.org (consulté le )
  6. « Charge of the Ninth Cuirassiers, Village of Morsbronn, August 6, 1870 », sur metmuseum.org (consulté le )

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :