George de Lalaing

Stathouder de Frise, Drenthe et Groningue

George de Lalaing
Biographie
Dynastie Maison de Lalaing
Surnom Rennenberg
Date de naissance
Lieu de naissance Hoogstraten
Date de décès
Lieu de décès Groningue
Père Philippe de Lalaing
Mère Anna van Rennenberg

George de Lalaing

George de Lalaing, mieux connu sous le nom de Comte de Rennenberg ou simplement Rennenberg (Hoogstraten 1536 - Groningen ), était le stathouder de Frise, Groningue, Drenthe et Overijssel. Il venait d'une famille de fonctionnaires du Hainaut. Ses parents étaient Philippe de Lalaing, deuxième comte de Hoogstraten et Anna van Rennenberg. Dans l'histoire néerlandaise, il est surtout connu pour sa «trahison».

Stadhouder de l'EtatModifier

 
Rennenberg, sur la droite à cheval, prend la ville de Deventer.

Sur la recommandation de Guillaume Ier d'Orange-Nassau, Rennenberg a été nommé stadholder des régions nordiques susmentionnées en 1576. Dès décembre 1573, Caspar de Robles (nl) en avait été le gouverneur, mais il fut capturé le par ses propres troupes à Groningue, à l'instigation d'un agent-provocateur wallon, François Stella. Dans ses instructions, il reçut l'ordre de conclure un accord avec la garnison espagnole de Groningue, afin que la ville en soit libérée et passe dans le camp des Provinces-Unies.

Rennenberg a tenté de conserver ses régions dans la foi catholique, dans le cadre de la pacification de Gand. Lorsque Don Juan d'Autriche montra, en juillet 1577, qu'il ne se conformait plus à l'Édit perpétuel et continuait ainsi la guerre, il devint de plus en plus difficile de préserver le calme parmie la population car les protestants se radicalisèrent davantage, en particulier dans les provinces de Flandre, Brabant, Hollande et Zélande, surtout après la défaite écrasante de Gembloux le 31 janvier 1578. Rennenberg a ensuite été envoyé par les États généraux dans la province d'Overijssel pour prendre le contrôle de certaines villes où des garnisons espagnoles étaient stationnées, ce qui a conduit au Siège de Kampen et au siège de Deventer (1578). Rennenberg a également essayé de maintenir l'égalité de la pratique entre le culte catholique romain et le culte calviniste dans cette province. Cependant, cette position est devenue pratiquement impossible en 1579 après la création de l'Union d'Utrecht, bien que rejetée par le Landdag d'Overijssel et qui a également rencontré la résistance de la majorité (catholique) de la population de Groningue.

La Trahison de RennenbergModifier

 
Les Pays-Bas en 1577-1978: Rennenberg conquiert Kampen et Deventer aux Espagnols, tandis que dans de nombreuses villes du sud les calvinistes s'emparent du pouvoir, et ce malgré l'avance de du duc de Parme vers le nord.

Les causesModifier

Dans l'histoire néerlandaise, il est mentionné la «trahison de Rennenberg». Cependant, la situation de celui-ci était un peu plus compliquée que celle d'un "traître" ordinaire. De nombreux catholiques des Pays-Bas avaient initialement soutenu de tout cœur la pacification de Gand, dans l'espoir que cela pourrait conduire à une réconciliation entre catholiques et protestants. Cependant, l'expérience a montré que dans de nombreuses villes, les calvinistes bien organisés, n'étaient pas satisfaits de la situation. A Bruges, Gand et Bruxelles, entre autres, les calvinistes avaient pris le pouvoir (à l'époque des soi-disant républiques calvinistes) et la position des catholiques restant était devenue très précaire, contrairement à ce qui avait été déterminé lors des négociations de la pacification.

 
Les catholiques quittent Leeuwarden en février 1580, chassés par les calvinistes radicaux.

La décision finale de Rennenberg a été déterminée en partie par la situation dans les régions dont il était le stathouder. En Frise, la position de Rennenberg en tant que stadhouder dépendait des partis des villes de Leeuwarden, Harlingen et Stavoren. En janvier et février 1580, ces groupes de soutien ont été occupés par les États de la Frise et en conséquence, Rennenberg a été déclaré incompétent pour le stathouderat en Frise[1].

À Groningue, Rennenberg a dû naviguer entre les intérêts conflictuels des deux partis de la région, la ville et les Ommelanden. Après que Rennenberg ait été déclaré incompétent en Frise, le commandement de ses troupes est passé à Bartold Entens, un jonker "ommelander" mais aussi un adversaire déclaré du parti de la ville de Groningue[2]. Rennenberg a ainsi été presque obligé de prendre le parti de à la ville, et en particulier, de s'allierà à la faction catholique de Groningue.

Son choix définitif de passer du côté espagnol, le , est donc fortement soutenu par la mairie de Groningue. On peut même se demander si c'est Rennenberg lui-même ou plutôt le premier magistrat groninguois qui a effectué le dernier pas décisif[3]. En plus de la situation politiquement difficile, une pression personnelle a été ajoutée par sa mère Anna, catholique et dévote, et par sa sœur, Cornelia van Lalaing, qui lui avaient dit: "Avez-vous la tête et le pouvoir des hérétiques et des rebelles? Auriez-vous votre vieille mère? Souhaitez-vous porter ce chapeau? "[2] De plus, ses deux cousins Emanuel Filibert (un leader mécontent) et Philip (gouverneur du Hainaut) se sont réconciliés avec le roi respectivement en 1578 et 1579; Rennenberg était de plus en plus isolé dans sa famille même.

Raison et ruseModifier

En dehors de la ville de Groningue, Rennenberg avait déjà perdu son autorité au profit de Bartold Entens en fin février, selon une lettre interceptée de l'Union. Une lettre plus récemment interceptée d'Entens au maire protestant Reidt Alberda a été décisive: Entens se tiendrait devant la Heerenpoort[4] avec son armée le 3 mars à 11h00 et serait introduite par l'entremise de protestants pour capturer la ville. Rennenberg était pris entre trois urgences : les États l'avaient lâché et allaient lui retirer ses fonctions; le général espagnol Alexander Farnese, duc de Parme, avait fait une avancée régulière pour reprendre les territoires des Pays-Bas depuis 1578; et enfin, la majorité catholique des citoyens de Groningue le trouvait trop proche des protestants et donc lui était de plus en plus hostile. S'il choisissait la camp de la révolte, il ne lui resterait plus rien, mais s'il choisissait le camp du roi d'Espagne, il pourrait compter sur le soutien du peuple catholique et la coopération de Parme[2].

Dans la soirée du 2 mars, Rennenberg est apparu sur le Breede Merckt, le Grand Marché de Groningue, où il s'est adressé aux habitants. Il a soutenu que jusque-là, il avait cru que les protestants luttaient pour une bonne réforme du christianisme, mais maintenant, ils recherchaient un pouvoir laïque sous le couvert de la foi. Lorsqu'au moment de son discours, il a demandé leur aide aux gens, toutes les personnes présentes l'ont acclamé. Le gouverneur a ensuite délibéré toute la nuit et a élaboré une ruse pour prendre l'avantage sur les protestants: au lieu de six heures, l'horloge sonnerait cinq heures du matin et avec elle, sonneraient des trompettes. À ce signe, tout le monde devait récupérer avec son fusil sur le marché[2] puis, les conspirateurs protestants seraient arrêtés et les portes de la ville fermées contre les soldats de l'armée de l'État qui attendait hors les murs sous les ordres de Bartold Entens.

DébordementModifier

 
Le  : la Trahison sur le Breede Merckt de Groningue. Rennenberg est à cheval avec l'épée au clair.

Au signe convenu, les hommes armés de Peter van Oldendorp ont capturé le Breede Merckt en brandissant des torches et en tirant des coups de feu en l'air, le matin du 3 mars et ont bloqué tous les accès. Rennenberg l'a rejoint à cheval, accompagné d'une trentaine de citoyens éminents. Selon des témoins oculaires, il s'est comporté comme un fou extatique[2], agitant son épée tirée et criant: «Aidez, aidez, pieux citoyens, voyez-moi aujourd'hui comme gouverneur du roi et disposé à vivre avec vous et mourir!" Rennenberg a alors ordonné l'installation de des deux pièces d'artillerie devant la mairie et le son des tambours et des trompettes[5]. Environ 600 civils ont répondu à l'appel et sont apparus armés sur le marché, avec un drap blanc autour de leur bras ou de leur chapeau en signe de reconnaissance. Les mécontents ont chassé les protestants de leurs maisons avec le mot de passe koning (roi en néerlandais) et sécurisé ainsi toute la ville. L'ancien maire, Jacob Hillebrands, qui laissera entrer Entens plus tard dans la journée, est venu se mobiliser avec ses partisans dans la Heerestraat pour empêcher la prise de pouvoir catholique, mais il reçut une balle dans la tête[2]. De plus, une autre personne originaire de Brême a été tuée; les autres victimes à déplorer ont été blessées sans plus de gravité. un autre notable, Dirk Schaffer, également blessé, les conseillers municipaux et environ 200 civils protestants ont été faits prisonniers. Quelques citoyens réformés se sont échappés en escaladant le mur de la ville et en nageant à travers les douves[5] ,[6]. Vers 10 h 30, la ville était sous contrôle.

 
La trahison de Rennenberg a ouvert un nouveau front au nord; l'Union d'Utrecht à dominante protestante, a perdu avec lui un important allié catholique.

Rennenberg a écrit une lettre à Parme ce jour-là, affirmant qu'il était toujours resté fidèle au roi et à son gouverneur, et avait maintenant ramené ses régions sous "l'obéissance du roi". La municipalité de la ville a été expurgé, et le nouveau conseil, entièrement catholique, a également écrit une lettre à Parme le 5 mars, déclarant que la bourgeoisie groninguoise était toujours restée fidèle au gouvernement, et le 3 mars, ils avaient arrêté quelques conjurés de l'Union d'Utrecht. Mais en fait, jusqu'alors, ils avaient ouvertement soutenu la rébellion[2].

Stadhouder d'EspagneModifier

Le Siège de GroningueModifier

Dans la soirée du 3 mars, Bartold Entens assiégeait la ville, mais il n'y avait plus de partisans de leur camp dans Groningue pour leur ouvrir les portes. Entens a reçu des renforts de Guillaume Louis et Diederik Sonoy, mais le 18 juin, les forces de l'État ont dû se retirer. Rennenberg et ses partisans avaient survécu au siège et tentaient alors de maîtriser les Ommelanden, la Drenthe et la Frise.

Combats pour les régions du NordModifier

 
Le siège inutile de quatre mois de Rennenberg à Steenwijk.

Rennenberg a tenté de persuader différentes villes de choisir également le camp espagnol, en envoyant des lettres menaçantes. Cela a souvent eu l'effet inverse. À Deventer, par exemple, plusieurs églises ont été pillées à la suite de sa trahison et de ses correspondances. Avec son field marshal Maarten Schenk van Nydeggen, Rennenberg a conquis Delfzijl, Lingen et Oldenzaal. Mais il a assiégé Steenwijk en vain et a du se retirer.

Rennenberg lui-même, est tombé gravement malade peu de temps après sa bascule vers le camp espagnol. Il est décédé le et a été inhumé dans l'église de Groningue, la Martinikerk. Il a été remplacé par Francisco Verdugo.

AscendanceModifier

Notes et référencesModifier

  1. (nl) F.U. Ros, Rennenberg en de Groningse Malcontenten, diss. Universiteit Nijmegen, 1964, p. 180 du document au format pdf.
  2. a b c d e f et g (nl) Hans Kosterman - e.a., Het aanzien van een millennium: Het verraad van Rennenberg, Utrecht, 1999, pp. 64-66. (ISBN 9027468443)
  3. (nl) F.U. Ros, Rennenberg en de Groningse Malcontenten, diss. Universiteit Nijmegen, 1964, p. 195-96 du document au format pdf.
  4. Porte de la ville de Groningue
  5. a et b (nl) A. Smith (1849) Geschiedenis der provincie Groningen (pp. 221-222). Groningen: Erven C.M. van Bolhuis Hoitsema.
  6. (nl) Jacobus Kok & Jan Fokke, Vaderlandsch Woordenboek. Volume 24 (1791) 213.

SourcesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier