Genshin

penseur de l'école du bouddhisme Tendai

Genshin (源信; 942 - ), également connu sous le nom Eshin Sozu, est le plus influent d'un certain nombre de penseurs de l'école du bouddhisme Tendai, actifs au cours des Xe et XIe siècles au Japon[1].

Genshin
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Taima (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nom dans la langue maternelle
源信Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Maître
Œuvres principales
Genshin, peinture suspendue au Shōjūraigō-ji

Âge de la dégénérescence et dévotion à AmitābhaModifier

Il n'est pas un missionnaire errant comme l'est Kūya, mais un religieux d'élite qui embrasse une doctrine de dévotion au Bouddha Amida. Cette doctrine enseigne que, puisque le Japon est entré dans le mappō, l'« âge de dégénérescence » de la « loi dernière », le seul espoir de salut réside dans le recours à la puissance d'Amitābha (un autre nom d'Amida). Les autres doctrines, selon lui, ne peuvent pas aider un individu parce qu'elles dépendent de « l'auto contrôle » (jiriki) — qui ne peut prévaloir dans le chaos de l'âge dégénéré, lorsque la puissance d'un autre (tariki) est nécessaire.

Dans son approche de la renaissance dans la Terre Pure, Genshin insiste sur les pratiques visuelles de méditation, alors que les sectes tardives de la Terre Pure favorisent les récitations verbales telles que le nembutsu. La doctrine de Genshin est exposée dans son magnum opus, le Ōjōyōshū (往生要集 (« Recueil de l'essentiel pour s'en aller renaître [dans la Terre Pure] »?) (985), dont les éditions ultérieures seront enrichies de représentations saisissantes du bonheur des bienheureux et de la souffrance de ceux condamnés au chaos.

Dans le bouddhisme Jōdo shinshū, Genshin est considéré comme le 6e patriarche. Il passe pour avoir fondé l'école Enshin du bouddhisme Tendai, et pour avoir épousé la doctrine de l'« éveil originel » ou hongaku (本覚), selon laquelle chaque être est naturellement « éveillé » mais l'ignore.

Influence dans le Japon contemporainModifier

L'influence de Genshin dans la culture japonaise contemporaine est principalement due à son traité Ōjōyōshū, en particulier les descriptions terribles du royaume de l'enfer bouddhiste (地獄 jigoku) qui ont inspiré un genre propre d'histoires d'horreur et de moralité. Le film japonais Jigoku, sorti en 1960, a été influencé par le Ōjōyōshū de Genshin, entre autres œuvres.

Genshin laisse plus de 30 œuvres qui continuent à influencer la pensée de la Terre Pure aujourd'hui encore[2].

L'image d'Amida Nyorai dans le bâtiment principal du Yasaka-ji, sur l'île de Shikoku, passe pour être de la main de Genshin à l'époque de Nara[pas clair].

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Robert E. Buswell Jr et Donald S; Lopez Jr, The Princeton dictionary of buddhism, Princeton, Princeton University Press, 2014 (ISBN 0-691-15786-3), page 318.
  2. « Biographies of Dharma Masters » (consulté le )

b