Genêts

commune française du département de la Manche

Genêts (Genest au XIXe siècle) est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 451 habitants[Note 1].

Genêts
Genêts
L'église Notre-Dame.
Blason de Genêts
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Intercommunalité Communauté d'agglomération Mont-Saint-Michel-Normandie
Maire
Mandat
Catherine Brunaud-Rhyn
2020-2026
Code postal 50530
Code commune 50199
Démographie
Gentilé Genestais
Population
municipale
451 hab. (2021 en augmentation de 4,64 % par rapport à 2015)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 05″ nord, 1° 28′ 33″ ouest
Altitude Min. 6 m
Max. 38 m
Superficie 6,89 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Avranches
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Avranches
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Genêts
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Genêts
Géolocalisation sur la carte : Manche
Voir sur la carte topographique de la Manche
Genêts
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Genêts
Liens
Site web www.ville-genets.com

Géographie modifier

 
Vue sur le mont Saint-Michel.

Situation modifier

Le village est situé à l'ouest de l'Avranchin, sur la rive nord de la baie du mont Saint-Michel, offrant une belle vue sur celle-ci, Tombelaine (réserve d'oiseaux) et le mont Saint-Michel. Au nord du village se trouve le bec d'Andaine[1], qui fut jadis le port très fréquenté de Genêts. Ensablée depuis fort longtemps, il ne reste qu'une plage étendue d’où on peut faire des promenades guidées vers le mont Saint-Michel en passant par Tombelaine[2]. Genêts est limitrophe des communes de Vains, Bacilly et Dragey et est traversée par le Lerre.

Son bourg est à 8 km au sud de Sartilly, à 12 km à l'ouest d'Avranches et à 22 km au sud-est de Granville[3].

Communes limitrophes de Genêts[4]
Dragey-Ronthon
(territoire de Dragey)
Dragey-Ronthon
(territoire de Dragey)
Bacilly
Mer de la Manche   Bacilly
Mer de la Manche Mer de la Manche Vains

Système érosion-progradation modifier

L'érosion actuelle de la plage et des dunes de Dragey dans la baie du Mont-Saint-Michel[5],[6] est à l'origine du recul du littoral d'environ 250 m depuis le milieu du XXe siècle), les produits d'érosion étant transportés jusqu'au bec d'Andaine[7] où la progradation des crêtes de sable (barres sableuses allongées, bien individualisées que tous les trois ou cinq ans, et terminées en crochet) s'érigeant en avant des anciennes dunes bordières, est du même ordre[8].

Climat modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[9]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée, caractérisée par une faible pluviométrie en été et une bonne insolation[10]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat maritime », correspondant au Cotentin et à l'ouest du département de la Manche, frais, humide et pluvieux, où les contrastes pluviométrique et thermique sont parfois très prononcés en quelques kilomètres quand le relief est marqué[11].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 11,9 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 741 mm, avec 12,9 jours de précipitations en janvier et 7,5 jours en juillet[9]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Pontorson à 15 km à vol d'oiseau[12], est de 11,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 821,3 mm[13],[14]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[15].

Urbanisme modifier

Typologie modifier

Genêts est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[16],[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Avranches, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 32 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[19],[20].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[21]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[22],[23].

Occupation des sols modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (88,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (43,5 %), prairies (27,4 %), terres arables (13,3 %), zones urbanisées (8,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,3 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1,6 %), zones humides côtières (0,9 %)[24]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie modifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Genitium au Xe siècle, de Genecio en 1066, Genez en 1115, Genecium en 1140[25].

Le nom Genêts (jadis de Genicio vers 1060[26], Genitium, Genecium) est sans rapport avec la plante du même nom (bas latin genĕsta, genista), par contre il correspond bien à sa situation géographique, puisqu'il est basé sur le celtique gen que l'on retrouve dans les environs: Argennes à Saint-Quentin-sur-le-Homme et Ingena, ancien nom d'Avranches[27]. L'archétype devait être *genu- (Genova, Genève) « bouche » Cf. breton genou et gallois genau « bouches », de la sa signification topographique d'« embouchure » et Genêts « endroit près de l'embouchure » (ici celles de la Sée et de la Sélune), soit à l'embouchure de la Lerre sur laquelle l'agglomération est située (allusion à la baie du mont Saint-Michel)[28].

François de Beaurepaire est le premier à rapprocher Genitium / Genecium de l'élément gaulois gen(u)a « bouche; embouchure, estuaire » , dont le radical gen- serait ici suivi d'un suffixe -icium[29].

Jusqu'en 1893, la graphie officielle de la commune est Genest[30].

Le gentilé est Genestais.

Histoire modifier

 
Carte de Genêts publié en 1759. L'estuaire n'est pas encore comblé. Cette carte présente une erreur : le quartier de Salmes y est représenté, or il a été emporté l'année précédente par une conjonction de fortes marées et de divagation de la Sée et de la Sélune[31].

Le territoire a probablement été celui d'une station romaine[32].

En 1090, quand le roi Guillaume et le duc Richard [sic] assiégèrent le Mont-Saint-Michel, Richard avait pour quartier général Genêts. Le roi d'Angleterre Henri II, en allant au Mont-Saint-Michel coucha plusieurs fois au village[32].

Les bonnes conditions d'abri qu'offrait le port (un arc entre le bec d'Andaine et le Haut Moncel, encadrant l'estuaire du Lerre) lui permet de se développer et de devenir un port assez important de commerce jusqu'au XVe siècle : vin, blé, poissons séchés, plâtres, pierres à chaux, mercerie, draps, étoffes[31].

Les sources anciennes mentionnent l'activité de ce port. Un commerce de la région, les meules à moulins de Brie et de Champagne a donné son nom au bois des Meules[31]. Au XIVe siècle la population du bourg se monte à 3 000 habitants[31].

Mais sur les siècles suivant, la baie de Genêts va progressivement s'ensabler et l'estuaire de la Lerre se combler, faisant disparaitre son port. Le village est maintenant séparé de la mer par des marais.

L'affaire criminelle Gaston Durand s'est déroulée à Genets et fut jugée par les assises de la Manche à Coutances le [33].

Le , Genêts s'associe avec Dragey, Ronthon et Saint-Jean-le-Thomas, la commune ainsi formée prenant le nom de Dragey-Tombelaine. Genêts et Saint-Jean-le-Thomas sortent de l'association en 1979, et la commune fusionnée est renommée Dragey, puis Dragey-Ronthon.

Politique et administration modifier

 
La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1959 Maurice Lesrel   Avocat
1959 1959 Martial Vinour    
1959 1963 Jean Simon   Agriculteur
1963 1972 René Chesnay   Agriculteur
1972 1977 Michel Leméteyer   Agriculteur
1977 1979 André Michel   Garde républicain
1979 1983 Emmanuel Leveilley   Maçon
1983 1989 Henri Tropée[34]   Agriculteur
1989 juin 1995 Marie-Claire Daniel   Institutrice
juin 1995 mars 2008 Jacques Hec   Assureur
mars 2008[35] mars 2014 Allain Lalisse SE Retraité du génie civil
mars 2014[36] En cours Catherine Brunaud-Rhyn UMP-LR Cadre juridique et commercial, conseillère départementale
Les données manquantes sont à compléter.
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints[37].

Démographie modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[39].

En 2021, la commune comptait 451 habitants[Note 4], en augmentation de 4,64 % par rapport à 2015 (Manche : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Peuplé d'environ 2 000 habitants au XIVe siècle[réf. nécessaire],Genêts a compté après la mise en place des recensements républicains, jusqu'à 1 017 habitants en 1836.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9139009348791 0101 017951932920
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
960900835776749715647663601
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
606585602480527560543534545
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
532501524524481439439443417
2015 2020 2021 - - - - - -
431453451------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie et infrastructure modifier

Le camping est situé entre le village et la plage de sable.

Culture locale et patrimoine modifier

Lieux et monuments modifier

 
La Maison de la Baie, aménagée dans l'ancienne chapelle Sainte-Anne.

Genêts était le point d'aboutissement de nombreuses voies montoises empruntées par les pèlerins. Au Moyen Âge, la population s'éleva jusqu'à environ 3 000 âmes au XIVe siècle, l'église était alors entourée de sept chapelles dont la chapelle Sainte-Anne détruite puis reconstruite. L'église Notre-Dame est le seul monument qui nous reste de cette époque.

L'église modifier

L'église de Genêts (XIIe, XIVe, XVe – XVIIIe siècles) avec un intérieur gothique et des chapiteaux romans sculptés, est placée sous le vocable de Notre-Dame et aussi sous celui de saint Sébastien.

On n'a pas de données précises sur la première église de Genêts dont certains éléments subsistent encore dans le transept actuel. Au XIIe siècle, le grand abbé du Mont, Robert de Thorigny, « releva l'église qui tombait de vétusté » et la fit consacrer en 1157. De cette époque datent le transept et la robuste tour carrée alors surmontée d'une flèche de pierre. Après le passage des Anglais qui brûlèrent l'église, les abbés-barons Nicolas Le Vitrier et Geoffroy de Servon « qui tenait la truelle à la main et l'épée de l'autre » la reconstruisirent. Lors des guerres de Religion, l'église fut pillée par les troupes de Montgomery. À la fin du XVIIe siècle, l'état des bâtiments était lamentable avec des toitures trouées, des autels croulants. Au siècle suivant, un effort se manifeste.

Aujourd'hui, ce patrimoine est l'objet de mesures conservatoires et d'un suivi attentif. L'église et le cimetière ont été classés monuments historiques le [41]. Elle abrite des statues, des autels et autres éléments classés au titre objet aux monument historique[42] : statue de la Vierge du XIVe siècle, classée dès 1908, maître-autel (XVIIIe), autels latéraux (XVIIe), chandeliers d'autel et croix de procession (XVIIIe), tableau l'Assomption de la Vierge (XVIIIe), statues saint Sébastien et la Vierge (XVIe) ; et inscrits[43], dont un tableau (XXe) mémorial aux morts de la Première Guerre mondiale de Paul Lavallé.

Le transept avec ses quatre piliers massifs et la tour implantée à la croisée de celui-ci appartient à la période romane. Certains éléments plus anciens ont été repris dans cette construction. La tour qui comprend deux étages, autrefois surmontés d'une flèche, a été remaniée au XVIe par l'abbé Guillaume de Lamps qui la coiffa d'un toit en bâtière. Les cloches d'origine fondues à la Révolution, remplacées au XIXe siècle, servaient aussi à guider les personnes égarées dans la baie par temps de brume. Sur les bancs du charmant porche sud dont la construction est attribuée à Guillaume de Lamps, au XIVe siècle, se traitaient autrefois les affaires de la paroisse.

Le chœur à chevet plat, est divisé en trois travées. Il pourrait avoir été édifié vers le milieu du XIIIe siècle . La baie du chevet est décorée d'un vitrail restauré au XIXe siècle, dont certains éléments sont du XIIIe siècle. La nef très difficile à dater a été fort remaniée au XVIIIe siècle. Une récente restauration menée a permis de découvrir une charpente du XVe siècle, à poinçon et entraits qui a été rétablie. Outre la grande verrière du chevet, l'église recèle des objets intéressants, des statues, des autels… Le peintre Alexandre-Claude-Louis Lavalley y a peint Le Christ sortant du tombeau.

 
Le chœur de l'église Notre-Dame.

Autres lieux et monuments modifier

 
Maringotte, carriole attelée qui assurait la liaison vers le mont Saint-Michel à partir de Genêts.
  • Chapelle Sainte-Anne de l'ancien Hôtel-Dieu dite léproserie du Mont Corin, reconvertie en office du tourisme. Elle fût réuni à l'Hôtel Dieu d'Avranches en 1696[44].
  • Le bec d'Andaine, avec sa plage et ses dunes, qui a fait l'objet d'un récent aménagement. C'est le lieu de départ des traversées de la baie, pour atteindre Tombelaine ou le mont Saint-Michel ou des pèlerinages vers l'abbaye.
  • L'hippodrome des Grèves, où chaque année se déroule au mois de juillet des épreuves de trot.
  • Jardin du prieuré.
  • L'îlot de Tombelaine, qui dépend administrativement de Genêts. Propriété de l'État, réserve ornithologique, il fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le [45].
  • Croix de cimetière (1843).
  • Ancien moulin.

Activité et manifestations modifier

 
Traversée des grèves jusqu'au Mont-Saint-Michel depuis le Bec d'Andaine.

Personnalités liées à la commune modifier

 
Plaque à la mémoire de l'abbé Henri Ménardais en l'église Notre-Dame de Genêts.

Héraldique modifier

  Blason
D'azur au croissant d'argent surmonté d'une étoile de huit rais d'or[48].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

  • Daniel Delattre et Emmanuel Delattre, La Manche les 602 communes, Grandvilliers, Éditions Delattre, , 280 p. (ISBN 978-2-9159-0709-4), p. 90.
  • René Gautier et al. (préf. Jean-François Le Grand, postface Danièle Polvé-Montmasson), 601 communes et lieux de vie de la Manche : Le dictionnaire incontournable de notre patrimoine, Bayeux, Éditions Eurocibles, coll. « Inédits & Introuvables », , 704 p. (ISBN 978-2-35458-036-0), p. 216.
  • Émile-Auber Pigeon, Le Mont Saint-Michel et sa baronnie Genêts-Tombelaine. Ouvrage orné de plans, de cartes, et d’un grand nombre de dessins, Imprimerie A. Perrin, Avranches, 1901, 411 p., réédité en 1997.

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Population municipale 2021.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes modifier

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références modifier

  1. « ageb.org/Visite/Genets_andaine… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  2. « ageb.org/Visite/Genets_tombela… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  3. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr.
  4. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  5. (en) Simplified geological and sedimentological map of the Mont-Saint-Michel bay (after Larsonneur and coll., 1989 ; L'Homer et al., 1999).
  6. Coupe géologique à travers la baie.
  7. Le bec d'Andaine est la terminaison de ce système érosion-progradation.
  8. Compain P., Larsonneur C., Walker P., « Les sédiments et leur dynamique dans la partie nord-est de la Baie du Mont-Saint-Michel », Bull. Soc. Linn. Normandie, vol. 112/113,‎ , p. 109-114.
  9. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  10. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  11. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  12. « Orthodromie entre Genêts et Pontorson », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station Météo-France « Pontorson » (commune de Pontorson) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  14. « Station Météo-France « Pontorson » (commune de Pontorson) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  15. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  22. « La loi littoral »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  25. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, volume 1, 1990, page 655.
  26. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  27. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, , 223 p. (ISBN 2-86253-247-9), p. 108.
  28. Cahier des Annales de Normandie - René Lepelley - Les noms de communes de l'arrondissement d'Avranches (Manche), page 562.
  29. François de Beaurepaire, La Toponymie de la Normandie, Méthodes et applications, Cahiers Léopold Delisle XVIII, fasc. 1-2, 1er semestre 1969, Société parisienne d’histoire et d’archéologie normandes, 1970, § 64.
  30. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. a b c et d Christophe Clavel, « L'aménagement du milieu par les hommes et ses conséquences environnementales : l'exemple du Mont-Saint-Michel », sur SEIG (Serveur éducatif de l'IGN et de l'Éducation nationale sur l'information géographique), IGN / Éducation nationale (consulté le ).
  32. a et b Delattre, 2002, p. 90.
  33. Jean-François Miniac, Les Nouvelles Affaires criminelles de la Manche, de Borée, 2012, page ??
  34. Maire de Dragey-Tombelaine.
  35. « Allain Lalisse est le nouveau maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  36. « Catherine Brunaud-Rhyn, maire à l'unanimité », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  37. « Genêts (50530) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  41. « Église et cimetière qui l'entoure », notice no PA00110407, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. |Œuvres mobilières classées à Genêts.
  43. ||Œuvres mobilières inscrites à Genêts.
  44. Gautier 2014, p. 216.
  45. « Îlot de Tombelaine », notice no PA00110408, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. « Site municipal de Genêts - Les personnages illustres de notre village » (consulté le ).
  47. Liste des Justes parmi les nations.
  48. « 50199 Genêts (Manche) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).