Ouvrir le menu principal

Gebel Silsileh

village en gouvernorat d'Assouan, Égypte
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.
Kheny
D33
n
iiniwt
ẖny

Gebel Silsileh
Site d'Égypte antique
Image illustrative de l’article Gebel Silsileh
Les chapelles dédiées au dieu du Nil, Hapi, construites par Ramsès II et Merenptah.
Localisation
Coordonnées 24° 38′ 34″ nord, 32° 56′ 02″ est

Géolocalisation sur la carte : Égypte

(Voir situation sur carte : Égypte)
City locator 4.svg
Gebel Silsileh

Le Gebel Silsileh (جبل السلسلة Ǧabal as-Silsila, la Montagne de la Chaîne du fait de la chaîne qui y était tendue en travers du Nil pour empêcher la navigation ; égyptien ancien : Khenou ou Kheny) est la plus importante carrière de grès de l'Égypte et un site archéologique sur les deux rives du Nil en Haute-Égypte dans le gouvernorat d'Assouan, à environ quarante kilomètres au sud d'Edfou et soixante-cinq kilomètres au nord de Kôm Ombo. Le Nil coule ici sur une largeur de moins de quatre-cents mètres, surmonté de la falaise de grès.

Des graffiti dans le grès des deux rives du Nil et un cimetière prédynastique sur la rive orientale témoignent de la colonisation depuis la préhistoire. Il y a peu de témoignages de l'Ancien Empire. Le terrain a été de tout temps, jusqu'à maintenant utilisé en carrière, l'exploitation y est intense au Moyen et au Nouvel Empire.

Dès le Moyen-Empire on l'utilise pour les revêtement de grès des constructions. Hormis le temple de Philæ, tous les matériaux de construction des temples de Haute-Égypte proviennent de cette carrière, qu'il s'agisse de la nécropole thébaine depuis le temple de Montouhotep II aux constructions des temples de Dendérah, Karnak (y compris les constructions d'Akhenaton), Louxor, Edfou, Kôm Ombo et Esna.

Le site archéologique est, au moins depuis l'expédition de Bonaparte, détaillé par une description complète. Une exploration plus complète du site a eu lieu sous la direction de Ricardo Augusto Caminos, de sa publication, mais à la suite du décès du chef de la fouille, est restée inachevée. Andrea-Christina Thiem a publié en 2000 une description complète du temple d'Horemheb.

La colonie minière des anciens ouvriers égyptiens se trouvait sur la rive orientale. On a peu d'éléments archéologiques la concernant. Les monuments les plus importants se trouvent sur la rive ouest.

MonumentsModifier

Parmi les monuments sur la rive ouest on trouve :

Plusieurs de ces monuments portent des inscriptions d'Hatchepsout, Amenhotep II, Ramsès II, Mérenptah et Ramsès III.

Parmi les monuments sur la rive orientale il y a des sculptures non finies et des monuments comme le kiosque d'Amenhotep III. Dans le nord de la carrière, au sud-ouest du kiosque le port a été utilisé pour les carrières.

Plusieurs peintures de différentes périodes ont fait l'objet de publications.

BibliographieModifier

  • Arthur Edward Pearse Brome Weigall, A guide to the antiquities of Upper Egypt: from Abydos to the Sudan frontier, Ed. Methuen, , p. 356–373 ;
  • Rosemarie Klemm et Dietrich D. Klemm, Steine und Steinbrüche im alten Ägypten, Ed. Springer, (ISBN 3-540-54685-5) ;
  • Andrea-Christina Thiem, Speos von Gebel es-Silsileh: Analyse der architektonischen und ikonographischen Konzeption im Rahmen des politischen und legitimatorischen Programmes der Nachamarnazeit, Ed. Harrassowitz, (ISBN 3-447-04369-5) ;
  • Ricardo Augusto Caminos et Thomas Garnet Henry James, Gebel es-Silsilah, Ed. Egypt Exploration Soc., .