Gauthier IV Berthout

Gauthier IV Berthout
Titre Avoué de Malines (de facto)
(1213 - 1220)
Prédécesseur Gauthier III Berthout
Successeur Gauthier V Berthout
Allégeance Saint-Empire germanique
Souverains Otton IV du Saint-Empire
(de 1209 à 1215)
Suzerains Henri Ier de Brabant
(de 1202 à 1220)
Faits d'armes Cinquième croisade
Biographie
Décès
Damiette
Père Gauthier III Berthout
Mère Guda de Bretagne
Conjoint Sophie de Looz
Enfants Gauthier V Berthout
Henri Berthout
Gilles Berthout
Arnould Berthout
Famille Maison Berthout

Image illustrative de l’article Gauthier IV Berthout
d'or à trois pals de gueules

Gauthier IV Berthout (†1220), est un membre de la noblesse féodale du duché de Brabant qui vécut entre la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe siècle. Bien qu'il soit le quatrième Berthout à porter ce prénom, certains historiens[1],[2] le mentionnent comme Gauthier Ier car il fut le premier membre de la famille à jouer un rôle politique important à Malines, où il exerça les fonctions d'avoué des évêques de Liège.

BiographieModifier

Gauthier est le fils de Gauthier III Berthout et de Guda de Bretagne[1],[3]. On ne connait pas la date de sa naissance[4]. A la mort de son père, aux alentours de l'an 1202, il hérite de différentes terres, constituées principalement des pays situés autour de Malines et du pays d'Arckel[1]. Son père exerçait également à Malines les fonctions d'avoué du chapitre de Saint-Rombaut[1],[2].

A la mort d’Albert II de Dabo-Moha en 1212, la guerre éclate entre le neveu de ce dernier, le duc Henri Ier de Brabant, et Hugues de Pierrepont, prince-évêque de Liège, à qui Albert avait cédé ses alleux de Moha et Waleffes[5]. Gauthier prend le parti du duc de Brabant contre le prélat, et va grossir avec ses vassaux les rangs de l'armée ducale[2]. Après une première victoire brabançonne qui aboutit au sac de Liège en 1212, les troupes du duc sont battues en 1213 lors du carnage de Steppes[1].

Les habitants de Malines, probablement encouragés par Gauthier qui souhaitait assoir plus solidement son pouvoir dans la seigneurie, profitent de ces troubles pour s'opposer à leur seigneur, l'évêque de Liège, en refusant notamment de payer à ce dernier les impôts qui lui étaient dus[1]. Accaparé par sa guerre contre le duc Henri, l'évêque n'a pas les moyens de faire respecter ses droits par la force et se résout donc à négocier avec Gauthier Berthout[1].

Par charte datée de 1213, Gauthier Berthout reconnait la souveraineté des évêques de Liège sur la seigneurie de Malines. En échange, il s'y voit accorder des domaines, de grands privilèges et une autorité très étendue. Gauthier se reconnait donc vassal de l'Eglise de Liège et promet de défendre les intérêts de cette dernière à Malines. Ainsi, s'il ne porte pas officiellement le titre d'avoué, il en exerce de facto les fonctions à compter de cette date[2],[1].

Gauthier fait plusieurs voyages en Terre sainte, pour combattre les infidèles. Sa femme, Sophie de Looz, qui l’accompagne en Syrie, y décède en 1209 et est enterrée à Saint-Jean-d'Acre[2],[1].

On rapporte qu'en 1216, Gauthier Berthout partit pour l'Aragon afin de combattre les sarrasins aux côtés du roi Jaques Ier et qu'en remerciement ce dernier lui aurait cédé trois des neuf pals de son écu. Telle serait l'origine du blason d'or à trois pals de gueules des Berthout de Malines. Cette explication est toutefois contestée par certains historiens[2],[1].

Revenu à Malines, Gauthier reprend bientôt le chemin de Jérusalem pour la Cinquième croisade et y meurt sous les murs de Damiette (Égypte). Plusieurs historiens[2],[1] fixent la date du décès au mais une autre source[6] situe sa mort en 1220, se fondant sur un acte signé à cette date par Gauthier Berthout, ses fils Gilles et Arnould, et son frère Henri, qui l'accompagnaient à Damiette.

Son corps embaumé fut rapatrié et inhumé en l’église Saint-Rombaut à Malines[2],[1].

FiliationModifier

Gauthier se maria à Sophie de Looz[2]. Plusieurs sources[1],[4] rapportent qu'ils eurent trois enfants :

Une autre source[6] mentionne un quatrième fils, Arnould, dont on ne sait rien sinon qu'il accompagna son père à Damiette lors de la cinquième croisade.

BibliographieModifier

  • F. van den Branden de Reeth, Recherches sur l'origine de la famille des Berthout (...), Bruxelles, Mémoires couronnés et mémoires des savants étrangers publiés par l'Académie royale, Vol. 17 (1843-1844), (lire en ligne).
  • Emmanuel Neeffs, Biographie nationale de Belgique, Bruxelles, Académie royale de Belgique, (lire sur Wikisource), « BERTHOUT, Gauthier I ».
  • M. Servais, Armorial des provinces et des communes de Belgique, Bruxelles, Crédit communal de Belgique, 1955 p., p. 726-727 et 829-830
  • (nl-BE) G. Croenen, Familie en Macht, De familie Berthout en de Brabantse Adel, Louvain, Universitaire Pers Leuven, .
  • (nl-BE) G. Croenen, De oorkonden van de familie Berthout : 1212-1425, Bruxelles, Palais des Académies, .

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k l et m F. van den Branden de Reeth, Recherches sur l'origine de la famille des Berthout (...), Bruxelles, Mémoires couronnés et mémoires des savants étrangers publiés par l'Académie royale, Vol. 17 (1843-1844), (lire en ligne)
  2. a b c d e f g h et i E. Neeffs, Biographie nationale de Belgique, Bruxelles, Académie royale de Belgique, (lire sur Wikisource), « BERTHOUT, Gauthier I »
  3. Guy van Marcke de Lumen, « Arbre généalogique de Gauthier Berthout (et références citées) », sur Geneanet.org (consulté le 14 janvier 2017)
  4. a et b (en) Foundation for Medieval Genealogy, « Brabant & Louvain », sur Medieval Lands, màj le 1er février 2016 (consulté le 17 février 2017)
  5. A. Marchandisse, La fonction épiscopale à Liège aux XIIIe et XIVe siècles : étude de politologie historique, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l'Université de Liège, (lire en ligne), pp. 225-227
  6. a et b T. De Raadt, A propos d'un diplôme relatif à la maison des Berthout, Annales de la Société d'Archéologie de Bruxelles (t. 2), 1888-1889 (lire en ligne), pp. 100-107
  7. T. De Raadt, Egide Berthout I dit à-la-Barbe, Bruxelles, Annales de la Société d’Archéologie de Bruxelles (t. 2), 1888-1889 (lire en ligne), pp. 346-367
  8. (nl-BE) Th. Luykx, Een typisch vertegenwoordiger van den XIIIe eeuwschen adel in onze gewesten : Gilles Berthout I met den Baard, kamerheer van Vlaanderen en broeder van de Duitsche Orde in Pitsemburg te Mechelen, Bruxelles, Mededeelingen van de Koninklijke Vlaamsche Academie voir Wetenschappen, Letteren en Schoone Kunsten van België, Klasse der Letteren, Jaargang 6, n° 3, , pp. 5-37