Ouvrir le menu principal

Gastone

film de Mario Bonnard, sorti en 1960
Gastone
Description de cette image, également commentée ci-après
Alberto Sordi

Titre original Gastone
Réalisation Mario Bonnard
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre comédie
Durée 102 minutes
Sortie 1960

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Gastone est un film italien réalisé par Mario Bonnard et sorti en 1960[1].

Sommaire

SynopsisModifier

Rome, années 1920. Gastone, un danseur mondain, artiste médiocre, à la fois séducteur et escroc, rêve d'accéder à la gloire en montant sur la scène du prestigieux « Salon Margherita ». Après s'être délesté d'une fausse duchesse russe appelée Sonja, il croit avoir détecté le filon en la personne d'une belle employée de maison, Nannina. Mais il est bientôt arrêté par la police. De son côté, profitant de son absence, Nannina triomphe en solo dans un spectacle. Un imprésario célèbre la remarque et devient son protecteur, lui assurant désormais une belle carrière. Durement éprouvé, Gastone tente de refaire surface, mais en pure perte...

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

CommentairesModifier

  • Le pionnier Mario Bonnard - qui fut acteur dès 1907 et réalisateur à partir de 1916 - « s'attendrit et s'amuse » (J. Lourcelles)[2] à décrire un personnage que créa Ettore Petrolini dans une comédie, musicale et théâtrale, représentée pour la première fois en 1924 au Théâtre Arena del Sole de Bologne.
  • Or, ce protagoniste a des similitudes profondes avec ceux qu'incarna Mario Bonnard aux temps héroïques du cinéma muet, notamment dans Ma l'amor mio non muore de Mario Caserini et La memoria dell'altro de Degli Abbati en 1913. Films dans lesquels il y dessine des portraits de « dandy cynique, crépusculaire, sceptique, à la D'Annunzio, non sans une subtile veine d'ironie. »[3]
  • « Ce retour sur soi, par personnage interposé à cinquante ans de distance, a quelque chose d'unique dans l'histoire du cinéma », soutient Jacques Lourcelles[4]. En dépit d'un scénario déjà parfaitement populaire, Gastone, outre la composition savoureuse d'Alberto Sordi, tire parti d'une bonne direction d'acteurs et d'une fidèle restitution du milieu du spectacle italien autour des années folles, comme l'atteste le Ruban d'argent attribué à la costumière Maria De Matteis[5].
  • Le protagoniste de Gastone apparaît dans l'un des quatre sketches du Nerone (it) d'Alessandro Blasetti. Sur Ettore Petrolini, on pourra consulter utilement l'ouvrage de Jean Antoine Gili, La comédie italienne, publié chez Henri Veyrier (1983).

RéférencesModifier

  1. « Archivio cinema ANICA »
  2. Les citations de cet auteur sont empruntées au Dictionnaire du cinéma, publié chez Robert Laffont, Paris, 1992.
  3. Roberto Chiti cité par G. Caillet in : Dictionnaire du cinéma italien, Nouveau Monde Éditions, Paris, 2014.
  4. J. Lourcelles, op. cité.
  5. G. Caillet in : op. cité.