Ouvrir le menu principal

Gaston Etchegoyen

historien, hispaniste et traducteur français

BiographieModifier

Gaston Etchegoyen naît à Pont-Saint-Esprit le 22 mai 1890. Il fait sa scolarité au collège d'Uzès, au lycée Lakanal, puis se consacre à la rhétorique et à la philosophie à Henri-IV. Après avoir obtenu le prix de philosophie de ce dernier lycée, il voyage en Espagne et passe sa licence d'espagnol en juin 1912[1].

Il prépare son diplôme d'études supérieures à l'École des Hautes Études sous la direction de François Picavet et Alfred Morel-Fatio. Sur leurs conseils ainsi que ceux de Henri Delacroix, il se consacre à Thérèse d'Avila[1].

Gaston Etchegoyen devient hispaniste et membre de l'École de Rome. Il travaille à l'École des Hautes Études Hispaniques en 1917-1919, sous la direction de Pierre Paris, dynamisant son activité scientifique[2]. Il prépare une thèse sur L'Amour divin. Essai sur les sources de sainte Thérèse[3].

En 1921, il est nommé « professeur de lettres et philosophie » au Lycée français de Madrid[3]. Il meurt à Madrid le 16 décembre 1922 « des suites d'une opération de l'appendicite », selon Charles Terrasse, auteur de sa nécrologie dans la revue Mélanges d'archéologie et d'histoire[3].

Sa thèse paraît de façon posthume en 1923 dans la Bibliothèque de l'École des Hautes Études Hispaniques, en son hommage. Charles Terrasse écrit que Etchegoyen, « d'une âme délicate et passionnée, était particulièrement apte à comprendre le symbolisme et le mysticisme »[3].

TravauxModifier

Gaston Etchegoyen fait sa thèse de doctorat en 1922, intitulée L'Amour divin. Essai sur les sources de sainte Thérèse. Elle paraît en 1923 après sa mort soudaine en 1922, à Bordeaux chez Feret et fils[1].

Il s'intéresse aux sources des images utilisées par les mystiques hispaniques, en particulier Raymond Lulle et Thérèse d'Avila. À la suite de Alfred Morel-Fatio, qui fut son maître à l'École des Hautes Études Hispaniques[1], il étudie l'image du château[4].

Il étudie aussi l'image de l'« âme-oiseau » (the bird of the soul) chez Thérèse d'Avila, Francisco de Osuna, Raymond Lulle, Alonso de Orozco, et Bernardino de Laredo, dans sa thèse de doctorat L'Amour divin. Essai sur les sources de sainte Thérèse[5].

Une autre image qu'il analyse chez les mystiques est le feu. Le psychologue Carl Gustav Jung en fera un archétype[6].

Etchegoyen est également un spécialiste du philosophe et mystique majorquin Raymond Lulle. Il publie deux articles d'études du Livre de l'Ami et de l'Aimé, dans les Mélanges d'archéologie et d'histoire en 1920[7], et dans le Bulletin hispanique en 1922[8].

Œuvre et articlesModifier

  • Gaston Etchegoyen, L'Amour divin. Essai sur les sources de sainte Thérèse, Bordeaux, Feret & fils, 1923 (disponible sur Gallica).
  • Gaston Etchegoyen, « La mystique de Raymond Lulle, d'après le Livre de l'Ami et de l'Aimé », Bulletin Hispanique, vol. 24, no 1,‎ , p. 5-17 (lire en ligne, consulté le 23 juin 2017).
  • Gaston Etchegoyen, « Versets choisis du Livre de l'Ami et de l'Aimé de Raymond Lulle », Mélanges d'archéologie et d'histoire, vol. 38, no 1,‎ , p. 197-211 (lire en ligne, consulté le 23 juin 2017).

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Marc Delaunay, Des palais en Espagne : L'École des hautes études hispaniques et la Casa de Velázquez au cœur des relations franco-espagnoles du XXe siècle (1898-1979), Madrid, Casa de Velázquez, , 670 p. (ISBN 9788486839512).
  • (es) María Jesús Mancho Duque, La espiritualidad española del siglo XVI : Aspectos literarios y lingüisticos, Salamanca, Universidad de Salamanca, , 228 p. (ISBN 9788474815719).
  • (en) Hilaire Kallendorf (dir.), A New Companion to Hispanic Mysticism, Leiden/Boston, Brill, , 516 p. (ISBN 9789004183506).
  • (en) Luce López Baralt (trad. Andrew Hurley), Islam in Spanish Literature : From the Middle Ages to the Present, Leiden/New York/Köln, Brill, , 323 p. (ISBN 9789004094604).
  • Charles Terrasse, « Gaston Etchegoyen », Mélanges d'archéologie et d'histoire, vol. 40, no 1,‎ , p. 161-162 (lire en ligne, consulté le 23 juin 2017).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier