Gare du Vésinet - Le Pecq

gare ferroviaire française

Le Vésinet - Le Pecq
Image illustrative de l’article Gare du Vésinet - Le Pecq
Le bâtiment voyageurs de 1972 et entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Le Vésinet
Adresse Rue Alexandre Dumas
78110 Le Vésinet
Coordonnées géographiques 48° 53′ 54″ nord, 2° 07′ 19″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code UIC 87758086
Site Internet La gare du Vésinet - Le Pecq, sur le site de la SNCF
Service (RER)(A)
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Saint-Lazare à Saint-Germain-en-Laye
Voies 3
Quais 2 centraux
Transit annuel 2 017 145 voyageurs (2015)
Zone 4 (tarification Île-de-France)
Altitude 32 m
Historique
Mise en service (première gare)
Architecte Alfred Armand
(débarcadère de 1837 démoli en 1847)
Correspondances
Argenteuil - Boucles de Seine Paris transit icons - Bus.svgArgenteuil - Boucles de Seine20ACFGM
Saint-Germain Boucles de Seine Paris transit icons - Bus.svgSaint-Germain Boucles de Seine21
Noctilien (BUS)NoctilienN153

La gare du Vésinet - Le Pecq (ancien nom Le Pecq) est une gare ferroviaire française de la ligne de Paris-Saint-Lazare à Saint-Germain-en-Laye, située sur le territoire de la commune du Vésinet, à proximité du Pecq, dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Quatre gares vont se succéder ; les trois premières porteront le nom de « gare du Pecq ». La première est édifiée par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Saint-Germain en 1837 sur le bord de la Seine au Pecq. La deuxième, en 1847, se trouve au Vésinet, comme celle de 1955. La gare actuelle prend le nom de gare du Vésinet - Le Pecq dès sa construction en 1972 pour l'arrivée du réseau express régional d'Île-de-France (RER).

C'est aujourd'hui une gare de la Régie autonome des transports parisiens (RATP), desservie par des trains du RER qui effectuent des missions sur la ligne A. Depuis cette gare, le temps de trajet est de 25 minutes environ vers ou depuis la gare de Châtelet - Les Halles située au centre de Paris.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 32 mètres d'altitude, la gare du Vésinet - Le Pecq est située au point kilométrique (PK) 18,20 de la ligne de Paris-Saint-Lazare à Saint-Germain-en-Laye, entre la Vésinet-Centre et celle de Saint-Germain-en-Laye[1].

HistoireModifier

Gare du PecqModifier

La débarcadère d'origine (1837-1847)Modifier

 
Plan de la gare.

L'histoire de la gare se confond avec celle de la première ligne ferroviaire d'Île-de-France de Paris à Saint-Germain-en-Laye qui, dans un premier temps, se limitera à une ligne de Paris au Pecq inaugurée le [2],[3] par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Saint-Germain. L'ouverture de la ligne au public a lieu le [4] et, à cette occasion, est mise en service la première gare du Pecq et son bâtiment voyageurs, œuvre de l'architecte Alfred Armand[5]. Appelée alors débarcadère, cette station terminus, située sur le bord de la Seine dans la commune du Pecq, permet des correspondances avec des bateaux à vapeur ; un pont permet aux omnibus de traverser le fleuve pour monter à Saint-Germain.

Gares de passage (1847-1972)Modifier

En 1847, lors de la construction du chemin de fer atmosphérique, la nouvelle voie pour Saint-Germain s'embranche avant le débarcadère, qui se retrouve hors de la ligne. Une gare provisoire est édifiée sur la commune du Vésinet, tout en conservant son nom d'origine. Le débarcadère d'Alfred Armand, un moment utilisé avec une correspondance d'omnibus, est finalement détruit car trop vaste ; un nouveau bâtiment voyageurs est construit près de l'embranchement.

La gare du Pecq est légèrement déplacée en 1955[6] ; un nouveau bâtiment voyageurs est construit rue Watteau à quelques dizaines de mètres de l'ancien, qui n'est pas détruit.

Gare du Vésinet - Le PecqModifier

La gare prend son nom actuel « Le Vésinet - Le Pecq » lors de la construction d'une nouvelle gare pour l'arrivée du RER en 1972. Le bâtiment de 1847 trouve une affectation : la SNCF y installe des bureaux, puis une boutique SNCF, qui ferme vers 2009[7]. Le bâtiment est alors inutilisé et laissé à l'abandon par cette dernière[7]. Acquis par la mairie en , le , un pignon menace de s'effondrer, nécessitant sa destruction partielle immédiate[7].

En 2015, la fréquentation annuelle estimée par la RATP est de 2 017 145 voyageurs[8].

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

DesserteModifier

 
Vue des deux quais.

La gare est desservie par les trains de la ligne A du RER parcourant la branche A1 de Saint-Germain-en-Laye. La fréquence des dessertes est d'un train toutes les 10 minutes aux heures creuses, de 12 trains par heure aux heures de pointe et d'un train toutes les 15 minutes en soirée. Elle joue aussi le rôle de terminus de certains trains aux heures de pointe.

IntermodalitéModifier

La gare est desservie par les lignes 20, A, C, F, G et M du réseau de bus d'Argenteuil - Boucles de Seine, par la ligne 21 du réseau de bus de Saint-Germain Boucles de Seine et, la nuit, par la ligne N153 du réseau Noctilien.

Galerie de photographiesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, vol. 2 : Lignes 601 à 990, Paris, Les Éditions La Vie du rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), « [975] Paris-St-Lazare - St-Germain-En-Laye », p. 130.
  2. Société d'Histoire du Vésinet, Le Paris Saint-Germain fait courir les Parisiens... en 1837 revue de presse (d'après B. Grangier, La Vie du Rail no 1365, 1972) lire (consulté le 27 mai 2011).
  3. Découverte de la première gare de voyageurs de France, INRAP, juin 2017.
  4. Alfred Louis Edmond Vallettee, Mercure de France, Volume 277, 1937, p. 508 extrait (consulté le 27 mai 2011).
  5. Tiphaine Zirmi, « Comment les Pereire firent la fortune de l'architecte Alfred Armand (1805-1888) », dans Livraisons d'histoire de l'architecture, no 5, 1er semestre 2003, p. 109 lire (consulté le 27 mai 2011).
  6. Société d'Histoire du Vésinet, Les trois gares du Pecq, au Vésinet (source : Le Vésinet revue municipale, no 81, décembre 1987) lire (consulté le 27 mai 2011).
  7. a b et c « Le Vésinet : Le RER A perturbé en raison d’un mur menaçant de s’effondrer », Le Parisien, 25 août 2019 (consulté le jour même).
  8. « Trafic annuel entrant par station du réseau ferré - Le Vésinet - Le Pecq », Données publiques - RATP, (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Terminus
ou Saint-Germain-en-Laye
Terminus
ou Saint-Germain-en-Laye
    Le Vésinet-Centre Marne-la-Vallée - Chessy
ou Torcy
ou Boissy-Saint-Léger
Saint-Germain-en-Laye Saint-Germain-en-Laye     Chatou-Croissy La Varenne - Chennevières