Ouvrir le menu principal

Le Mée
Image illustrative de l’article Gare du Mée
Le bâtiment voyageurs.
Localisation
Pays France
Commune Le Mée-sur-Seine
Quartier Courtilleraies
Adresse Allée de la Gare
77350 Le Mée-sur-Seine
Coordonnées géographiques 48° 32′ 24″ nord, 2° 37′ 26″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service (RER)(D)
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles
Voies 4
Quais 2 centraux
Transit annuel 2 035 800 voyageurs (2016)
Zone 5 (tarification Île-de-France)
Altitude 71 m
Historique
Mise en service (PK 42,328)
(PK 41,322)
Correspondances
Melibus (BUS) Melibus B F Fd J Jd S1 S3
Noctilien (N) N132 NOCTILIEN.png

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Le Mée

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Le Mée

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

(Voir situation sur carte : Seine-et-Marne)
Le Mée

La gare du Mée est une gare ferroviaire française de la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles, située sur le territoire de la commune du Mée-sur-Seine, dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par les trains de la ligne D du RER.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 71 m d'altitude, la gare du Mée se situe au point kilométrique (PK) 41,322 de la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles entre les gares de Cesson et Melun. Elle est desservie par les trains de la ligne D du RER.

HistoireModifier

La création d'une gare sur le territoire de la commune du Mée a été envisagée dès 1849[1].

Ainsi, à la suite de la destruction du pont du Mée permettant aux voies du PLM de franchir la Seine vers Melun lors de la Seconde Guerre mondiale, une halte fut installée sur le territoire de la commune pour permettre la desserte provisoire de Melun le temps des travaux de reconstruction, de 1944 à 1945.

Toutefois, la première véritable gare du Mée ne sera inaugurée que le , et est située alors au PK 42,328, dans le Vieux-Mée, connu aujourd'hui comme étant le quartier du Mée Village.

Afin de faire face aux besoins engendrés par l'explosion démographique de la commune, il fut décidé en 1975 de construire une nouvelle gare, située dans les nouveaux quartiers. Cette nouvelle gare, qui remplace l'ancienne, est située au PK 41,322 dans le quartier des Courtilleraies. Elle a été inaugurée le .

L'ancienne gare du Mée a été le lieu d'un drame relaté dans le journal Libération du . L'article intitulé Un suicide en très grande vitesse écrit par Michel Holley dans la rubrique « faits divers / transport » raconte comment toute une famille (le père, la mère, leurs deux enfants – 7 ans et 3 ans – et leur chien) s'est couchée sur les rails juste avant le passage d'un TGV à 22 h 15 et a attendu l'arrivée du train pour se suicider. Ils furent retrouvés déchiquetés après l'arrêt du train. Cette famille était endettée et le jour même un employé était venu couper l'eau chez eux après un défaut de paiement de la facture. Ce fait divers a été repris par Marguerite Duras dans son livre La vie matérielle (Éditions P.O.L, 1987) sous le titre Le coupeur d'eau[2].

En 2016, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 2 035 800 voyageurs, comme en 2015. Ce nombre s'est élevé à 2 003 400 pour 2014[3].

Services voyageursModifier

Accueil et équipementModifier

Située dans une tranchée ouverte, la gare dispose d'un accès principal dotée d'un bâtiment qui débouche sur le parvis de la gare et sur la gare routière à l'extrémité nord des quais, et d'un accès secondaire à l'extrémité sud des quais.

La gare possède un bâtiment voyageurs. Un service commercial est assuré tous les jours de h à h 20.

Deux passerelles permettent l'accès aux quais.

La gare dispose d'un parking gratuit d'une capacité de 300 à 500 places.

DesserteModifier

La gare est desservie par les trains de la ligne D du RER parcourant la branche D2, à raison de huit trains par heure aux heures de pointe et de quatre trains par heure aux heures creuses.

ProjetsModifier

Afin de résoudre les problèmes d'engorgement automobile de la ville de Melun, et en particulier de l'avenue Thiers, reliant la gare de Melun au nord de l'agglomération, les élus locaux ont demandé que les trains Transilien directs de Melun à la Paris-Gare-de-Lyon puissent faire une halte en gare du Mée. Cette mesure, inscrite au plan de déplacement urbain de l'agglomération à l'unanimité en 1999, n'a toutefois pas encore rencontré un écho favorable ni auprès du Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) ni auprès de la SNCF.

Cette mesure de 1999 avait été consentie par les Melunais en échange d'un accord des élus du Mée-sur-Seine sur le contournement de Melun.

La remise en cause de l'accord des élus du Mée-sur-Seine sur le contournement de Melun rend caduc l'accord des Melunais.

CorrespondancesModifier

La gare est desservie par les lignes B, F, Fd, J, Jd, S1 et S3 du réseau de bus Melibus et, la nuit, par la ligne N132 du réseau Noctilien.

Galeries de photographiesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Note de la compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon du 21 mai 1849 : « Il parait qu'on pourrait obtenir une station au Mée, pour le service des habitants du Mée, de Boissette et de Boissise... », in René-Charles Planck, Histoire du chemin de fer de Seine-et-Marne, Tome I, édition Amatteis, page 322
  2. Marguerite Duras, Les lieux de ravissement par Brigitte Cassirame, Éditions L'Harmattan, 2004, 312 p., extrait sur Google Livres, p. 210, consulté le 23 février 2013.
  3. « Fréquentation en gares : Le Mée », sur SNCF Open Data (consulté le 21 juin 2018).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Paris-Gare-de-Lyon
ou Goussainville
Cesson     Melun Melun