Ouvrir le menu principal

Gare du Champ de courses d'Enghien

gare ferroviaire française

Champ de courses d'Enghien
Commune de Soisy-sous-Montmorency
Image illustrative de l’article Gare du Champ de courses d'Enghien
Le bâtiment-voyageurs de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Soisy-sous-Montmorency
Adresse Place André Foulon
95230 Soisy-sous-Montmorency
Coordonnées géographiques 48° 58′ 47″ nord, 2° 17′ 30″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TransilienLigne H du Transilien
Caractéristiques
Ligne(s) Saint-Denis à Dieppe
Voies 3 voies
Quais 1 quai latéral et 1 quai central
Transit annuel 1 863 941 voyageurs (2017)
Zone 4 (tarification Île-de-France)
Correspondances
Valmy (BUS) Valmy 10 12 14 Soisybus

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Champ de courses d'Enghien Commune de Soisy-sous-Montmorency

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Champ de courses d'Enghien Commune de Soisy-sous-Montmorency

Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise

(Voir situation sur carte : Val-d'Oise)
Champ de courses d'Enghien Commune de Soisy-sous-Montmorency

La gare du Champ de courses d'Enghien est une gare ferroviaire française de la ligne de Saint-Denis à Pontoise, située sur le territoire de la commune de Soisy-sous-Montmorency (département du Val-d'Oise). Elle se situe à 12,6 km de la gare de Paris-Nord.

C'est une gare SNCF desservie par les trains du réseau Transilien Paris-Nord (ligne H).

Sommaire

Situation ferroviaireModifier

La gare du Champ de courses d'Enghien est située au sud de la commune de Soisy-sous-Montmorency à la limite de celle d'Eaubonne, devant l'entrée du champ de courses d'Enghien-Soisy. Ses quais surplombent la route départementale 109 que la ligne coupe perpendiculairement.

Établie en talus à l'est de la vallée de Montmorency, elle se situe au point kilométrique 12,645 de la ligne de Saint-Denis à Pontoise, ancien tronçon de la ligne Paris-Nord - Lille avant l'ouverture du tronçon plus direct de Saint-Denis à Creil en 1859.

Elle se situe après la gare d'Enghien-les-Bains et précède la gare d'Ermont - Eaubonne.

HistoireModifier

 
La halte du Champ de courses d'Enghien au début du XXe siècle.
 
Vue des quais décalés en direction d'Ermont-Eaubonne.
 
Le champ de courses d'Enghien, vu depuis le quai en direction de Paris-Nord.

La ligne Paris - Lille fut ouverte le 20 juin 1846 par la Compagnie des chemins de fer du Nord. Cette ligne passait alors par la vallée de Montmorency avant de bifurquer vers le Nord-Est à Saint-Ouen-l'Aumône et de suivre la vallée de l'Oise. L'itinéraire actuel plus direct par la plaine de France et Chantilly n'a été mis en service qu'en 1859, n'accordant plus dès lors qu'un rôle de desserte secondaire à cet ancien itinéraire. La jonction Ermont-Eaubonne - Valmondois via Saint-Leu-la-Forêt est ouverte en 1876, d'abord à voie unique, puis est doublée en 1889.

Sur le réseau Nord, l'électrification arrive sur la ligne Paris - Lille via Creil le puis sur la lignes Paris - Bruxelles via Compiègne et Paris - Mitry - Crépy-en-Valois en 1963[1].

La modernisation de l'itinéraire Paris-Nord - Pontoise est alors lancée avec pour but d'améliorer les performances de cette ligne dont la fréquentation est en hausse constante avec l'urbanisation croissante de la banlieue Nord et de faire disparaître les locomotives à vapeur 141 TC tractant les robustes mais spartiates voitures de type Nord à la fin de 1970. En avril/mai 1969, la traction électrique est en service sur Paris - Pontoise et Pontoise - Creil accompagnée de la signalisation par block automatique lumineux.

À cette occasion, la troisième voie centrale dite de « relation » de la section Enghien-les-Bains/Ermont est banalisée afin de fluidifier le trafic. Cette voie avait été conçue afin d'assurer une desserte spécifique de l'hippodrome d'Enghien, desserte dorénavant assurée par les trains réguliers de banlieue vu la forte diminution de ce trafic[2]. Puis finalement, c'est au tour de l'antenne Ermont - Eaubonne - Valmondois d'être électrifiée en décembre 1970[3].

En 2017, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 1 863 941 voyageurs, ce nombre s'étant élevé à 2 166 261 en 2016[4].

La gareModifier

Accueil et servicesModifier

En 2010, un guichet Transilien est ouvert du lundi au samedi de 6 h 00 à 1 h 20. Il dispose de boucles magnétiques pour personnes malentendantes.

La gare est entourée de deux parkings gratuits de 169 et 264 places[5].

DesserteModifier

La gare est desservie par les trains du réseau Transilien Paris-Nord (ligne H), à raison d'un train au quart d'heure toute la journée, sauf en extrême soirée. Les trains sont généralement omnibus de Paris-Nord à Pontoise ou Valmondois/Persan-Beaumont, en alternance, et vers Saint-Leu, uniquement aux heures de pointe. Le temps de trajet est de 18 minutes depuis Paris-Nord.

CorrespondancesModifier

La gare est desservie par les lignes 10, 12, 14 et Soisybus du réseau de bus Valmy.

Galerie de photographiesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Bernard Collardey, Les Trains de Banlieue Tome II, pages 57 et 66.
  2. Bernard Collardey, Les Trains de Banlieue Tome II, p.  101-103
  3. La Vie du Rail magazine du 28 juin 1970 - Électrification de la gare de Montsoult-Maffliers.
  4. « Fréquentation en gares : Champ de Courses d'Enghien », sur SNCF Open Data, traitement du 25 février 2019 [cf. l'onglet des informations] (consulté le 2 mars 2019).
  5. Stif - Atlas des transports publics en Île-de-France

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier


Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Saint-Leu (heures de pointe)
ou Valmondois
ou Persan - Beaumont
ou Pontoise
Ermont - Eaubonne     Enghien-les-Bains Paris-Nord